jeudi 22 octobre

Critique cinéma : Une vie secrète : une belle fresque historique espagnole

 Le 28 octobre prochain sort . UNE VIE SECRETE (La trinchera infinita), une coproduction franco-espagnole  qui a remporté une multitude de prix à travers le monde (Festival de San Sebastian, Torino Film Festival, etc). On a pu le voir en avant première on vous en dit tout le bien qu'on en pense.    Andalousie 1936, la guerre civile fait rage. Tout le conseil municipal d’un petit village est poursuivi par les troupes franquiste. Après avoir assisté à l’arrestation et l’exécution de ses amis,  Higinio... [Lire la suite]
Posté par Michelio à 14:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 25 septembre

Quelques notes de projection du festival des Reflets du cinéma ibérique et latino américain

    Bagdad le film Brésilien, intéressante mais un peu léger et décousu...     Bagdad adolescente de dix-sept ans s’habille en garçon et passe ses journées à faire  du skate avec ses potes. Bagdad avec ses trois sœurs et sa mère ont crée un gynécée où la vie est douce et tendre. Les hommes de la maison sont un travesti et un gay, serions nous chez Almodovar ? Bagdad et ses skateurs vont rencontrer un groupe de skateuses, les forces en présence s’équilibre et Bagdad va pouvoir accepter sa féminité... ... [Lire la suite]
Posté par Michelio à 08:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
dimanche 26 juillet

Critiques de films été 2020 spécial cinéma espagnol :Eva en août/ The Goya Murders

 Vendredi dernier, notre long échange avec Rodrigo Sogorayen publié la semaine passée,  nous a permis d'aborder en fin d'interview la difficile condition du cinéma espagnol et le peu de succès que le cinéma ibérique rencontre actuellement . Et pourtant le cinéma espagnol continue de nous donner de ses nouvelles, avec plus ou moins de réussite comme le montre ces deux longs métrages à voir en VOD ou au cinéma pour cette fin juillet/ début août.  1/Eva en août ; Jonás Trueba , au cinéma le 5/08/2020   Eva,... [Lire la suite]
vendredi 24 juillet

Rencontre Cinéma : nos 10 Questions à Rodrigo Sorogoyen pour son film Madre

 On a rencontré la semaine passée à Paris le réalisateur Rodrigo Sorogoyen, dont le beau "Madre" (voir notre chronique ici ) est visible en salles depuis mercredi dernier  . On l'a passé au crible de nos questions et voici ses  passionnantes réponses :       Baz'art : Bonjour Rodrigo.. J'ai cru comprendre qu'il n'y aurait pas eu "Madre", le long  métrage sans "Madre", le court. Pouvez- vous  pour commencer cette interview, nous en dire plus sur ce court métrage que vous avez réalisé... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 06:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
dimanche 19 juillet

Critique : Madre : le virage à 180 ° de Rodrigo Sorogoyen

     Après deux  thrillers particulièrement intense qui  allaient  100 à l'heure et ne laissaient aucun répit à son spectateur -  le terrifiant Que Dios Nos Perdone et l'ébouriffant El Reino,  le réalisateur espagnol Rodrigo Sorogoyen change de direction et déjoue les attentes des spectateurs avec Madre, son nouveau long métrage en salles ce mercredi, bien plus intimiste et contemplatif que ses deux précédents longs métrages. Et le contrepied pris... [Lire la suite]
Posté par chocoladdict69 à 17:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
jeudi 02 juillet

Critique cinéma :Tiempo después de José Luis Cuerda : le monde d'encore après

Alors qu'au sortir du déconfinement, chacun se plaît à imaginer le « monde d'après », à en poser les premières pierres ou à ronger les anciennes fondations, la sortie de Tiempo Despuès nous rappelle que le cinéma l'a largement pensé, filmé et anticipé. Dans cette veine, les farces répondent aux fresques science-fictionnelles souvent sombres, par un élan comique et enthousiaste, une folie permise au créateur ravi de pouvoir, à l'écran, construire un nouveau monde de toute pièce, surtout avec celles de celui qu'il connaît.... [Lire la suite]
Posté par Tigger Fun à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 11 mars

Cinéma : Lettres à Franco : un film nécessaire et engagé

Que vaut le nouveau  long métrage du réalisateur hispano-chilien Alejandro Amenábar , cinéaste espagnol un peu oublié, à  qui l’on doit les deux chefs d'oeuvres que sont Mar adentro, Les autres ou  encore son étonnant premier long Tesis )? Sorti  plutôt confidentiellement en salles le 19 février dernier, le film vaut pourtant largement le coup d'oeil et même plus que cela  :  Naissance d' un caudillo. Espagne 1936 Par crainte d' une dictature communiste, le poète et philosophe Miguel... [Lire la suite]
Posté par Michelio à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
samedi 07 mars

REFLETS DU CINÉMA IBÉRIQUE ET LATINO-AMÉRICAIN/ du 18 mars au 1er avril au Cinéma Le Zola

  Les Reflets du cinéma ibérique et latino américain 2020 auront lieu du 18 mars au 1er avril au Cinéma Le Zola à Villeurbanne.Les Reflets se sont toujours singularisés par une volonté de montrer que le cinéma pouvait dire le monde sans forcément le définir. Se faire ainsi le marqueur d’une époque, d’une réalité sociale, politique, celui d’un bourdonnement, d’un frémissement, d’une envie de se soulever, de se révéler ou de s’affirmer. Pas toujours de manière consciente, mais avec une application quoiqu’il en coûte à rendre... [Lire la suite]
lundi 27 janvier

Sortie DVD/ Viendra le feu : la poésie incandescente d'Oliver Laxe

   Adepte de cinéma contemplatif et naturaliste de toute beauté, le cinéma du réalisateur espagnol Oliver Laxe est pour vous    Après Mimosas, envoutant et lancinant road trip mystique dans les montagnes de l'Atlas au Maroc découvert à la Semaine de la critique cannoise en 2016, Oliver Laxe a présenté cette année à Un Certain Regard ( donc ce coup ci en sélection officielle) Viendra le feu, plongée introspective et éminnement naturaliste dans les paysages ruraux desertiques de l'Espagne. Comme... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 16:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
jeudi 24 août

Que Dios Nos Perdone / L'accusé : le polar espagnol a tout bon

 Après les grandes réussites que sont La isla minima, La Nina de Fuego et dans une moindre mesure  La colère d’un homme patient, le cinéma policier espagnol a pris une autre dimension ces dernières années. Deux films sortis cet été, un dans les salles l'autre en DVD illustrent ainsi  à quel point le cinéma de genre est particulièrement en forme. chez nos proches voisins de la péninsule ibérique, épousant parfaitement les concours d'une branche que notre cinéma hexagonal maitrise hélas bien moins bien. Tout d'abord ce... [Lire la suite]