mardi 14 mai

La disparition d'Annie Thorne : CJ Tudor nous fait encore tenir évéillé jusqu'au bout de la nuit !!

  "Certains sujets doivent rester clos. Le rouvrir ne peuvent aucun bien. La seule action censée aurait été de la supprimer de vider la corbeille, et d'oublier que je l'avais vu. Mais au leu de cela, j'ai double cliqué sur l'en tête.Je sais ce qui est arrivé à votre soeur. Ca recommence. (page 33)" Après l'excellent « l’homme craie », dont nous avions chanté les louanges l'année dernière, on avait hâte de retrouver l'efficacité du style de la britannique CJ Tudor. Cela tombe bien, elle  reprend le flambeau dès cette... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 06:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

vendredi 06 octobre

Double piège, Harlan Coben : le maitre de nos nuits blanches revient en force et en forme

  "Les seuls moments où les gens défilent devant vous, c’est aux mariages et aux enterrements. Cela ne manquait pas de piquant, mais Maya n’avait pas le cœur à rire. Impossible de dire combien ils étaient, mais cela prit des heures. Les gens avançaient l’un après l’autre comme dans un film de zombies où, quand on en tue un, on en voit surgir dix."  En 2013, lors d'une édition d'un festival "Quais du polar" qui n'avait sans doute pas encore l'ampleur qu'elle a pris ces dernières années j'avais eu l'occasion d'y... [Lire la suite]
mardi 29 août

Coup de Coeur Rentrée littéraire 2017 : Summer: un roman entre rêverie poétique et thriller psychologique

  «  Peut-être est-ce la seule chose qui reste à faire quand on n’a plus si souvenirs ni émotions, retrouver des vestiges, creuser avec ses doigts dans la terre, reconstituer des squelettes, épousseter les fossiles, mais même là, il est probable qu’on ne parvienne jamais à saisir la vie qui les animait, pas même à l’effleurer… »  Je critique assez la littérature française en pestant contre le fait qu’elle a rarement la puissance évocatrice et le lyrisme de son homologue anglo saxonne, que je ne peux que... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 13:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 21 septembre

La maladroite: un premier roman courageux pour un résultat un peu trop froid

  Normal 0 21 false false false MicrosoftInternetExplorer4 st1\:*{behavior:url(#ieooui) } /* Style Definitions */ table.MsoNormalTable {mso-style-name:"Tableau Normal"; mso-tstyle-rowband-size:0; mso-tstyle-colband-size:0; mso-style-noshow:yes; mso-style-parent:""; mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt; mso-para-margin:0cm; mso-para-margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:10.0pt; ... [Lire la suite]
mercredi 07 janvier

Une année ciné qui commence sous le signe du polar..

 Ce n'est pas parce que j'ai dit déjà plusieurs fois depuis le début de cette année que j'allais moins aller au cinéma en 2015 que je vais m'affranchir de mon exercice hebdomadaire du choix des 3 films, bien au contraire, le cinéma continue plus que jamais à me faire envie..  Et On commence donc comme chaque année à vous sélectionner 3 films par semaine, et petit point commun entre les films de la semaine, un même fil conducteur, une enquête policière, soit une disparition, soit un enlèvement soit des meurtres en série, mais... [Lire la suite]
vendredi 08 novembre

Prisoners : Vive le -très- bon cinéma US!!

  J'ai beau, comme je l'ai dit dans mon article du début de semaine sur Pierre Richard, défendre à bras le corps le cinéma français sur ce blog, je suis obligé de reconnaitre que si, en cette année 2013 les films français que j'ai pu voir étaient dans l'ensemble d'un niveau bien inégal, l'excellent cotoyant le médiocre, voire le très médiocre (on va pas balancer, j'ai déjà chroniqué sur la plupart de ces longs métrages), les films américains que j'ai pu voir jusqu'à présent en salles furent en général d'excellente qualité. ... [Lire la suite]
jeudi 20 décembre

Mes adieux à Claude Miller, l'artiste et l'homme...

La semaine passé, j'ai rendu à ma façon hommage au cinéaste Claude Miller qui nous a quitté en avril de cette année,  à peine un mois avant que le Festival de Cannes décide de programmer son dernier film, Thérèse Desqueyroux , à la cloture de la sélection officielle, pour un dernier hommage qu'il méritait amplement. Au moment de sa mort, j'avais voulu écrire un petit billet pour parler de son immense carrière de réalisateur, mais je m'étais finalement simplement contenté de poster des commentaires sur certains blogs ( celui de... [Lire la suite]