vendredi 22 mars

Littérature anglo saxon 1er semestre 2019 : Chimamanda Ngozi Adichie / Jen Beagin/ James Kelman

  On met un peu de côté les quais du polar- pas longtemps évidemment puisqu'on est dans la dernière ligne droite- pour parler de nos dernières lectures en littérature étrangère avec deux romans en grand format, un écossais (qui se déroule aux USA),  un américain et un poche d'une immense romancière US... 1/ La route de Lafayette; James Kelman (Metaillié)     "Murdo se moquait de savoir si papa viendrait avec lui. Il avait déjà dit que c’était idiot. S’il venait il venait et s’il ne venait pas il ne... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 06:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 18 août

Littérature étrangère : les sagas à lire - ou pas- avant la rentrée littéraire

 Ce jeudi 18 aout, sortent dans toutes les librairies et espaces culturels de France une bonne partie des 560 livres de la rentrée littéraire...on en a lu quelques uns, et on vous en reparle vite, mais auparavant un (dernier?) coup d'oeil sur les grandes sagas américaines ou étrangères qu'on a réussi à lire pendant l'été : 1. Se lever à nouveau de bonne heure, Joshua Ferris ( JC Lattès) "J'aurais aimé croire en Dieu. Il y aurait eu alors dans ma vie quelque chose de plus important que le reste. En croyant en Dieu, j' aurai pu... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 06:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
samedi 02 juillet

Littérature étrangère: trois incontournables de l'an passé à rattraper pour l'été

  Avant de tirer un trait sur cette saison littéraire 2015/2016, encore trois conseils de romans en littérature étrangère parmi des incontournables et grands romans à ne pas manquer : 1.La neige noire ; Paul Lynch ( Albin Michel) « Le problème avec vous tous, c’est que vous accordez trop de place aux souvenirs. Vous vivez uniquement dans le passé. C’est la règle, par ici. Vous vivez en compagnie de fantômes, en vous apitoyant sur votre sort. Le regard constamment tourné en arrière. Incapables d’envisager l’avenir, de... [Lire la suite]
mercredi 15 juin

Littérature étrangère: la Compagnie des artistes, 39 rue de Berne, Retour à Cayro

 Après une revue de trois films, on sélectionne trois romans étrangers parmi nos dernières lectures, trois genres différents mais chacune à lire dans leurs genres respectifs 1. La Compagnie des Artistes ;Chris Womersley ( Albin Michel) "Pour être honnête j'étais enchanté d'être en cette compagnie. Leurs vies semblaient hermétiquement scellées, non corrompues par le reste de l'univers ni même assujetties à ses lois naturelles".  1986 Melbourne. Tom a dix-huit ans et veut prendre son indépendance. Ça tombe bien... [Lire la suite]
vendredi 15 janvier

Une jolie fille comme ça, Alfred Hayes: une belle découverte que ce bijou des années 50

    Quatrième de couverture : Alors qu’il s’échappe de la villa où une fête hollywoodienne bat son plein, un scénariste en vogue aperçoit une jeune femme se jeter dans l'océan en contrebas. L’ayant sauvée d’une noyade assurée, lui qui regarde avec dédain les artifices et la vanité de son milieu ne tardera pourtant pas à vendre son âme, ou plutôt sa liberté, faute de savoir résister à la tentation. S’agit-il pour lui de jouer les héros? ou d'oublier l’ennui et le naufrage de son mariage en se laissant aller à une... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 18:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 21 décembre

Illska, le mal: la littérature islandaise à son meilleur

  Présentation de l'éditeur  : Événement dans l’histoire mondiale : Agnes et Omar se rencontrent par un dimanche matin glacial dans la queue des taxis au centre-ville de Reykjavik. Agnes rencontre aussi Arnor, un néonazi cultivé, pour sa thèse sur l’extrême droite contemporaine. Trois ans, un enfant et une crise de jalousie plus tard, Omar brûle entièrement leur maison et quitte le pays. L’histoire commence en réalité bien avant, au cours de l’été 1941, quand les Einsatzgruppen, aidés par la population locale,... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 19:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

jeudi 03 décembre

Trois grands romanciers étrangers en poche

  Dans la foulée de notre article de ce matin sur l'immense Ian Mc Evan on continue à vanter les mérites de la grande littérature étrangère, avec trois romanciers étonnants qui viennent de sortir un roman en poche, pour des livres  assez éblouissants, et  tournés  tous trois à des degrès certes divers sur l'enfance et la nostalgie : 1.La mort d’un père ;  Karl Ove Knausgaard ( Folio) «  La question du bonheur est banale mais celle qui s’en suit, celle du sens, ne l’est pas. Les larmes me montent aux... [Lire la suite]
vendredi 08 mai

Littérature étrangère : Le ravissement des innocentes et Infidèles, deux romans ambitieux et audacieux

  1. Le ravissement des innocents, Taiye Selasi  C’est l’histoire d’une famille, des ruptures et déchirements qui se produisent en son sein, et des efforts déployés par chacun pour œuvrer à la réconciliation. En l’espace d’une soirée, la vie sereine de la famille Sai s’écroule : Kweku, le père, un chirurgien ghanéen extrêmement respecté aux États-Unis, subit une injustice professionnelle criante. Ne pouvant assumer cette humiliation, il abandonne Folá, sa ravissante épouse nigériane, et leurs quatre enfants. Dorénavant,... [Lire la suite]
lundi 09 mars

Revues de chroniques spécial littérature étrangere rentrée de septembre 2014

 Une petite revue de 3 livres étranger sortis à la rentrée de septembre 2014 . Et oui, il nous en restait encore un petit nombre à lire,malgré la rentrée de janvier qui est passée par là depuis : heureusement, quelques bienheureux contributeurs sont venus à mon secours) et parmi elles, trois perles de littérature, qui, chacune dans leur genre ont vraiment retenu particulièrement notre attention  :  1.La mer les emportera de Nick Dybek ( editions presses de la cité) "Loyalty Island, c'était la puanteur des harengs,... [Lire la suite]
dimanche 20 juillet

Je suis interdite; Anouk Markovits

4 ème de couverture : Depuis la Transylvanie juste avant la Deuxième Guerre Mondiale, en passant par Paris après la guerre, jusqu’à Williamsburg aux USA, le roman fait revivre 4 générations d’une famille Satmar. En 1939, le petit Josef, 5 ans, est sauvé par une jeune fermière non juive qui le fait passer pour son fils. Cinq ans plus tard, Josef sauve la jeune Mila, une fois que les parents de celle-ci ont été tués et lui fait rejoindre Zalman Stern, un chef religieux de la communauté Satmar, où Mila va être élevée comme la sœur... [Lire la suite]