lundi 29 avril

Grand Angle/ Le temps qui reste : Quand les jeunes romanciers italiens rêvent d'Amérique

Dans nos récentes lectures de ce premier semestre 2019 on retrouve  deux premiers romans  italiens qui ne cachent pas leur influence des grands romanciers américains...c’est flagrant dans la construction et le sujet, et de l'ambiance générale, avec un fond mélancolique, tout comme on aime. à Baz'art.. 1/Grand Angle  ; Simone Somekh ( Mercure de France) « Cela faisait une éternité que j’avais quitté Brighton, ou du moins c’est ce qu’il me semblait, mais apparemment certaines habitudes avaient la peau dure. Quand... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 16:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 18 janvier

Hiver Littéraire 2018 : Rosa Ventrella, Une famille comme il faut : un Bari totalement réussi

  « Depuis un moment, Michele et moi rentrions ensemble de l’école. Je parlais de mon père, lui du sien. Nous découvrîmes que certaines anecdotes, une fois adoucies par le temps, pouvaient se révéler amusantes. Par exemple, je lui révélai que papa avait giflé maman parce qu’elle s’était fait faire une permanente par la mère d’Angelina : il soutenait que ses cheveux étaient beaux au naturel et qu’elle n’aurait pas dû les abimer avec ces cochonneries chimiques qui risquaient de la faire devenir chauve. A son tour, Michele me... [Lire la suite]
Posté par Michelio à 06:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
vendredi 21 juillet

Cinq conseils poches pour l'été: Tabucchi, Trueba,Indridason, Cremisi ...et Renaud!!

 Quelques livres pour l'été  à petits prix : des romans en veux-tu en voilà, au format poche, à glisser dans son sac de plage ! Et rassurez vous, comme toujours,  il y en a pour tous les goûts :     1. Pour Isabel, Antonia Tabucchi ( Folio)    " Les mandalas doivent être interprétés, dit il d'un air savant, sans quoi il serait trop facile de chercher le centre, regardez bien au centre, ,il ya une lune que je vous ai dessinée, interpétez là  à votre gré, j'espère que la sensibilité... [Lire la suite]
dimanche 16 juillet

Littérature italienne : Mio Padre de Rossana Campo : le bel adieu d’une fille à son père!

  « Je me sens bizarre, je sens qu’aucun autre enfant n’est comme moi, je n’aime pas les autres enfants, je n’aime pas leurs mères et leurs pères et je n’aime pas les voisins. Quand Renato est là, je suis contente. Parce que je vois que lui non plus, il ne ressemble pas aux autres. Mon père est différent. » Comment écrire sur la mort du père. Un père fantasque, poète, alcoolique, un père bipolaire et peu fiable. Un père qui a même  été radié des carabiniers pour refus de l’ordre établi. Un père tellement attachant et... [Lire la suite]
jeudi 08 septembre

Presagio le long poème mélancolique d'Andrea Molesini

Andrea Molesini avait fait irruption il y a cinq ans sur la scène littéraire avec son excellent roman Tous les salauds ne sont pas de Vienne. lauréat du prestigieux prix Campiello. Il est revenu en début d'année  2016 avec un nouveau  roman paru chez Calmann Levy qye Michel a lu pour nous, entre deux romans de la rentrée littéraire... «  N’en soyez pas chagrinée, Jolanda, les clients viennent dans un palace comme celui-ci pour se baigner, jouer au ballon sur la plage, se régaler de caviar, de glaces et de... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 16:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mardi 02 août

Les jours de mon abandon : lla mystérieuse Elena Ferrante nous livre une intense descente aux enfers

  "Un après-midi d’avril, aussitôt après le déjeuner, mon mari m’annonça qu’il voulait me quitter. Il me le dit tandis que nous débarrassions la table, que les enfants se chamaillaient comme à l’ordinaire dans une autre pièce, et que le chien rêvait en grognant devant le radiateur."  Elena Ferrante est à la fois un auteur plébiscité dans le monde entier (près de 2,5 millions d'exemplaires vendus, avec des traductions dans 42 pays) et un succès planétaire de sa saga L'Amie prodigieuse, et le nom de plume d'un écrivain qui... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 20:36 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 08 décembre

Tanta Vita : Paolo di Paolo, un romancier italien à suivre!!

    Turin 1926, à vingt-quatre ans, Piero Gobetti jeune éditeur antifasciste doit fuir Turin, quitter sa femme et son jeune fils pour s’exiler à Paris. Après la prise de pouvoir de Mussolini en 1922 puis l’assassinat du député socialiste Matteotti en 1924, l’air est devenu irrespirable pour les idéalistes comme lui. Il souffre Piero, à Paris entouré d’amis journaliste il rêve de reprendre ses activités éditoriales, mais les séquelles d’un passage à tabac  par des fascistes l’on rendu si faible. Turin 1926, Moraldo jeune... [Lire la suite]
mercredi 23 avril

Fais de beaux rêves mon enfant; Massimo Gramellini

Voici un livre, sorti en avril 2013 chez Robert Laffont et qui est un vrai  phénomène éditorial en Italie avec un million d'exemplaires vendus. Massimo Gramellini, journaliste italien reconnu dans son pays revient sur le drame personnel qui a conditionné toute sa vie.  C'est un livre d'autant plus remarquable que ce récit est autobiographique. L'auteur nous fait partager sa souffrance, son désespoir, et sa rage lorsqu'il perd sa mère à l'âge de 9 ans, qu'il se referme sur lui suite à ce qu'il considère comme une profonde... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 14:41 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
mercredi 17 avril

XY: Sandro Véronesi nous plonge dans les racines du mal

Troisième roman lu dans le cadre du grand prix des lecteurs du progrès organisé dans le cadre des assises internationales du roman qui débuteront le mois prochain, voici XY, ce titre énigmatique et nouveau roman de Sandro Veronesi, sorti en tout début 2013. De Veronesi,j’avais lu, comme beaucoup je pense , son Chaos Calme, roman sidérant et très riche  sur la difficulté d’un homme à faire le deuil de son épouse.   Il nous revient ici avec un livre en apparence plus classique, polar métaphysique sur un massacre... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 15:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,