dimanche 24 janvier

A l'autre bout de la mer :la puissante dystopie maritime de Giulio Cavalli

  "D'accord, merci Peppe, ils étaient contents de pouvoir s'éclipser, on s'en occupe demain, ce n'est pas possible vraiment, quelle affaire, on'a jamais vu une chose pareille, et pardonnez moi l'expression mais quel foutu merdier, vraiment quel foutu bordel cette histoire, quand il faut il faut, c'est un peu grossier mais tu as bien cerné le probleme, oublie aussi Peppe, on règle ça ensemble demain, Lino, aide ton père à se distraire parce que cette histoire va le rendre malade. Saut à tous. Salut." C'EST LA MER 🌊 QUI PREND... [Lire la suite]
Posté par chocoladdict69 à 15:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 12 janvier

L'empire de la poussière: Francesca Manfredi , la nouvelle (jolie) voix de la littérature italienne

  "De tous les enfants de mon âge j avais la mère la plus jeune et souvent les professeurs ou mes camarades me le repetaient. On dirait ta grande sœur me disaient ils. Je ne trouvais pas. Je ne me rendais pas vraiment compte de sa beauté non plus : C était quelque chose à laquelle je ne faisait pas attention, une chose pas évidente : je n y pensais pas en la regardant." Valentina a douze ans, une grand-mère pieuse et sévère, une mère sauvage, sublime et insaisissable. Le père est absent la plupart du temps et se contente de... [Lire la suite]
mardi 12 janvier

Nouveauté en poche: Borgo Vecchio: une Palerme vibrante et lyrique

 En ce mardi conseil, on fait un spécial littérature italienne avec coup sur coup deux romans, une nouveauté en poche et un autre en grand format, qui nous a particulièrement emballé.. Commençons d'emblée avec le poche, une fable truculente qui nous amène dans le Palerme d'autrefois: "Quand le père de Mimmo ammena Nana au Borgo vecchio,  tout le monde était aux fenêtres.giovanni avait téléphoné en donnant l 'ordre qu on l'attende sur les balcons.et qu on le dise aussi au voisins : Giovanni arrive avec une... [Lire la suite]
Posté par Michelio à 05:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
jeudi 05 novembre

Je suis la bête : Andrea Donaera livre un polar sanglant et franchement traumatisant

   " Mimi ferme les yeux, sa blessure lui fait mal, sa tête lui pèse, une chose dedans, dans sa tête, lui pèse, puis il ouvre les yeux. A nouveau il demande où ça en est. Carmine dit, avec cette voix de merde, il dit qu’ils ont découvert que, un jour avant les faits, on a vu Michele devant le lycée, il s’était approché d’une gamine, elle était assise sur un scooter garé, Michele s’est approché, on l’a vu parler un moment avec la gamine, puis lui donner une chose, Michele à la gamine, une chose comme un livre ou des... [Lire la suite]
Posté par Michelio à 06:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
jeudi 03 septembre

Rentrée littéraire 2020 : Impossible, le face à face philosophique et profond de Erri de Luca

"Impossible, c'est la définition d'un évenement jusqu'au moment où il se produit. Vous aurez beau mettre tous les zéros que vous voulez, la statistique et vous ne pouvez nier les coiencidences. Elles existent en dépit des zéros.Quantités de découverte en ont été les conséquences, et quantité de désastres."  Le nouveau roman du grand poète et romancier italien Erri de Luca commence comme un face à face entre un magistrat et un prévenu, un peu comme le Garde à vue de Claude Miller. Cet affrontement  a lieu entre ce... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 06:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
mardi 16 juin

Les femmes de.. CATERINA BONVICINI ose une comédie à l'italienne féroce et jubilatoire

"Alors qu’importe si on me dit que je suis trop vieille pour conduire ma voiture ou faire un tour en bateau, on n’est jamais trop vieux pour sa propre indépendance. C’est elle qui maintient en vie justement, qu’est ce que tu crois. Justement " Voici un roman dont je ne savais pas grand chose (pour ne pas dire rien) mais que j’ai eu envie de lire juste parce qu’il se passait en Italie. Toutes les femmes de Vittorio (son ex-femme, sa femme actuelle, ses deux filles, sa soeur, sa mère et son amante) se retrouvent... [Lire la suite]
Posté par chocoladdict69 à 06:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 29 avril

Grand Angle/ Le temps qui reste : Quand les jeunes romanciers italiens rêvent d'Amérique

Dans nos récentes lectures de ce premier semestre 2019 on retrouve  deux premiers romans  italiens qui ne cachent pas leur influence des grands romanciers américains...c’est flagrant dans la construction et le sujet, et de l'ambiance générale, avec un fond mélancolique, tout comme on aime. à Baz'art.. 1/Grand Angle  ; Simone Somekh ( Mercure de France) « Cela faisait une éternité que j’avais quitté Brighton, ou du moins c’est ce qu’il me semblait, mais apparemment certaines habitudes avaient la peau dure. Quand... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 16:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
vendredi 18 janvier

Hiver Littéraire 2018 : Rosa Ventrella, Une famille comme il faut : un Bari totalement réussi

  « Depuis un moment, Michele et moi rentrions ensemble de l’école. Je parlais de mon père, lui du sien. Nous découvrîmes que certaines anecdotes, une fois adoucies par le temps, pouvaient se révéler amusantes. Par exemple, je lui révélai que papa avait giflé maman parce qu’elle s’était fait faire une permanente par la mère d’Angelina : il soutenait que ses cheveux étaient beaux au naturel et qu’elle n’aurait pas dû les abimer avec ces cochonneries chimiques qui risquaient de la faire devenir chauve. A son tour, Michele me... [Lire la suite]
Posté par Michelio à 06:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
vendredi 21 juillet

Cinq conseils poches pour l'été: Tabucchi, Trueba,Indridason, Cremisi ...et Renaud!!

 Quelques livres pour l'été  à petits prix : des romans en veux-tu en voilà, au format poche, à glisser dans son sac de plage ! Et rassurez vous, comme toujours,  il y en a pour tous les goûts :     1. Pour Isabel, Antonia Tabucchi ( Folio)    " Les mandalas doivent être interprétés, dit il d'un air savant, sans quoi il serait trop facile de chercher le centre, regardez bien au centre, ,il ya une lune que je vous ai dessinée, interpétez là  à votre gré, j'espère que la sensibilité... [Lire la suite]
dimanche 16 juillet

Littérature italienne : Mio Padre de Rossana Campo : le bel adieu d’une fille à son père!

  « Je me sens bizarre, je sens qu’aucun autre enfant n’est comme moi, je n’aime pas les autres enfants, je n’aime pas leurs mères et leurs pères et je n’aime pas les voisins. Quand Renato est là, je suis contente. Parce que je vois que lui non plus, il ne ressemble pas aux autres. Mon père est différent. » Comment écrire sur la mort du père. Un père fantasque, poète, alcoolique, un père bipolaire et peu fiable. Un père qui a même  été radié des carabiniers pour refus de l’ordre établi. Un père tellement attachant et... [Lire la suite]