07 novembre 2017

Ces rêves qu'on piétine : un roman érudit et sensible sur l'effondrement du 3ème Reich

  "Ils ont du soleil plein le dos. Et le bruit de leurs pas pour seule compagnie." Dernier roman faisant partie de l'excellente sélection des Talents cultura de cette année 2017, le tout premier roman de Sébastien Spitzer, Ces rêves qu’on piétine, est paru cette rentrée littéraire aux éditions de l’Observatoire, toute jeune maison qui inaugure ainsi de très jolie faon sa première rentrée littéraire . Historien de formation, Sébastien Spitzer revient dans ce premier roman sur les derniers jours de Magda Goebbels, épouse du... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 06:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

17 octobre 2017

"Ma Reine" de Jean-Baptiste Andrea, un conte de fées à découvrir aux éditions de l'Iconoclaste

Lauréat du Prix "Envoyé par la Poste", nominé pour le Prix du roman FNAC 2017, Ma Reine, premier roman de Jean-Baptiste Andrea paru aux éditions de l'Iconoclaste, ne fait pas seulement chavirer les coeurs de Jury de prix littéraires. Le nôtre, aussi.                                                On connaissait Jean-Baptiste Andrea réalisateur, scénariste, mais pas encore écrivain. Quelle belle rencontre ! Shell... [Lire la suite]
Posté par Borntobealivre à 06:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
13 octobre 2017

C'est le coeur qui lâche en dernier : Margaret Atwood au panthéon des grands auteurs dystopiques!

      « La bande-son de Consilience retentit—c’est la musique de la construction de la grange dans « Les sept femmes de Barberousse »-- et le slogan apparaît en grosses lettres : CONDAMNĒS + RĒSILIENCE = CONCILIENCE. UN SĒJOUR EN PRISON AUJOURD’HUI ? C’EST NOTRE AVENIR GARANTI. » Enfin une formidable opportunité pour Stan et Charmaine. De toute façon après des mois de galère, avec pour seul domicile une vieille caisse à deux doigts de rendre ses bielles, ils sont prêts à tout accepter, même la délirante... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 05:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
22 septembre 2017

Un jour tu raconteras cette histoire : un récit profond et bouleversant sur l’amour et la perte.

   " Pour moi, qui n'avais pas de problème de santé-un cœur brisé ne comptait pas- vivre à l'hôpital était étrange. Dans notre merveilleuse maison de Hinsaker Canyon, nous notre musique et notre jardin, les oiseaux, les étoiles, mais je préférais rester à l'hôpital avec Jim plutôt que faire la navette entre ces deux mondes." On connait certainement autant, sinon plus, Joyce Maynard, une des très grandes romancières américaines d'aujourd'hui, pour son histoire d'amour avec J.D Salinger lorsqu'elle avait 19 ans ( une... [Lire la suite]
19 septembre 2017

Rentrée littéraire 2017 : La première pierre : un roman fort sur la guerre et ses paradoxes..

  "Atmar adore enseigner à son partenaire danois l’histoire de la province de Helmand. Si ce paysage désertique et sans fin a une histoire, elle n’est que militaire, explique le seigneur de guerre. Les armées ont d’abord trépigné dans un sens, puis dans l’autre — et pas depuis cent ans, mais depuis des milliers d’années. Des armées qui ne voulaient rien d’autre que triompher. «Nous sommes seulement sur leur chemin. C’est notre  destin. Nous sommes ceux qui sont en travers du plan des autres."  Œuvre du danois... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 17:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
19 septembre 2017

Underground Railroad; Colson Whitehead : un grand roman pour ne rien oublier

Et si le vrai grand roman de la rentrée littéraire 2017, celui dont tous les médias parlent,  était étranger et américain?  On veut bien sûr parler de Underground Railroad  de Colson Whitehead dont les plus grands influenceurs, de Barack Obama à François Busnel ne cessent de conseiller de lire.. Il ne manquait que Michel à cette belle brochette, voila qui est est fait en ce dernier #mardiconseil à ce jour  :   « Et l’Amérique est également une illusion, la plus grande de toutes. La race blanche croit,... [Lire la suite]

18 septembre 2017

Talents cultura : Le courage qu'il faut aux rivières : un roman poétique sur la condition féminine!

      "D’une voix forte, elle profère les paroles rituelles, jure par la pierre et par la croix de rester vierge, de ne jamais contracter d’union ni fonder de famille. Elle regarde vers le bas, évitant les yeux ourlés de mauve de celui qu’elle fuit par le pouvoir des mots prononcés."  Troisième roman lu dans le cadre des talents cultura, et accessoirement 3ème roman écrit par une femme (c’est un hasard, les masculins arrivent bientôt Le courage qu’il faut aux rivières) est le premier roman d’Emmanuelle Favier,... [Lire la suite]
14 septembre 2017

Rentrée littéraire 2017 : après les top petite revue de trois flops : Mc Greevy, Sfar, Lamberti

    Depuis un mois désormais  on a souvent mis en avant quelques coups de coeur de la rentrée littéraire et on va continuer dans les semaines à venir.. Malheureusement on a aussi lu quelques romans qui nous ont moins emballé que ceux ci et on a choisi de les regrouper dans une première partie ( car il en reste d'autres hélas) de déceptions de cette rentrée littéraire, en espérant que ceux ci sauront toucher d'autres lecteurs.. 1 Hemlock Grove ; Brian McGreevy ( éditions Super 8)     “Avez-vous déjà... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 19:16 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
12 septembre 2017

Rentrée littéraire : Jeux de dame - quand Thierry Dancourt fait son Modiano

  " Solange revenait vers eux. Elle s'avançait avec précaution, dans la pénombre en regardant où elle posait le pied. Rejetant  une mèche de cheveux derrière son oreille, elle s'aperçut qu'elle avait perdu une des épingles qui les retenaient; celle ci avait du tomber tout à l'heure  sur le canapé de la bibliothèque. Quand elle passa devant le cadre bleu de l'aquarium des napoléons, celle cise découpa en ombre chinoise." Impossible en parcourant Jeux de dame le nouveau roman de Thierry Dancourt ( découvert  en... [Lire la suite]
12 septembre 2017

Qui ne dit mot consent: quand Alma Brami dissèque l'enfer conjugal

  " Il me racontait ce qu’il voulait, mais je ne devais pas poser de questions. T’es trop curieuse là mon Coeur, ça me met mal à l’aise, j’ai l’impression que tu fais des fiches. Quand il commençait à me complimenter et à me suivre de pièce en pièce, c’était le signal qu’il avait fait le tour de « l’invitée » et qu’il me demanderait sous peu de « l’aider ». J’ai fait une erreur, je n’aurais jamais dû, je ne te mérite pas. De toute façon il n’y a que toi qui sait m’aimer comme il faut, il n’y a que toi qui me connais, ton... [Lire la suite]