lundi 30 novembre

Balèze- Kiese Laymon : un cri du coeur littéraire d'une grande puissance

  «  Comme la plupart des jeunes présents à la fête de Donnie Gee, j’ai dû vous écouter, toi et tes amis, me sommer des centaines de fois de ne pas porter de capuche sombre dans certains quartiers, de ne pas courir la nuit, de garder les mains bien visibles à tout moment en public, de  ne pas nouer de relations intimes avec des Blanches, de ne jamais dépasser la limite de vitesse autorisée, de bien marquer l’arrêt aux stops, de toujours parler un anglais impeccable en présence des Blancs,... [Lire la suite]
Posté par Michelio à 18:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 10 novembre

Calamity Gwenn : François Beaune se met dans la peau d'une femme libre et flamboyante

   "Comment j'ai pu accepter l'invitation? Je ne sais pas  En tout cas, au rencart, il y avait plus que lui pour m'attendre., lui et ses magnifiques yeux verts. Avec Calamity Gwenn  le lBlaise, tout tatoué de la tête au cul. Sexy Blaise. D'écrire ça sur lui je remonte le film de la nuit, ca me refait les sensations. Et lui avait pas de boules au zguegue, ni de bouts en brosse à dents. Il avait juste ce qu'il faut. " Ecrivain lyonnais - il habite désormais à Marseille, mais bon lyonnais un jour, lyonnais... [Lire la suite]
Posté par Michelio à 06:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
lundi 02 novembre

Un enlèvement : François Bégaudeau tire à boulets rouges sur les bobos modèles

  "La famille nombreuse et bruyante ne séjournait sans doute pas à Royan. Elle était venue pour la journée et repartirait ce soir dans une voiture à moteur diesel. A moins d'avoir loué un studio sans terrasse ni même balcon en périphérie nord." Le dernier roman à ce jour de François Bégaudeau Un enlèvement est paru chez Verticales en cette rentrée littéraire 2020 . Dans cette satire sociale l'auteur d'entre les murs dégomme tendrement la famille bourgeoise typique qui va passer ses vacances d'été à Royan. Toute... [Lire la suite]
Posté par Michelio à 18:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
jeudi 08 octobre

La Danse du Vilain : l'Afrique endiablée et bigarée de Fiston Mwanza Mujila

   " Chez Tshiamuena, les sentiments étaient tellement mélangés qu'on peinait à déceler ses états d'âme; même quand elle était heureuse, elle grognait, boudait la salutation et sermonnait à tout va les Zaïrois ( de sexe masculin et de sexe féminin) et les Angolais." Molakisi, Ngungi et Sanza sont trois enfants vivants dans les rues du Zaire ( ou également la République actuelle du Congo). Ils ont coupé les ponts avec leurs familles pour faire leur premiers pas d'adulteset vivotent tant bien que mal entre délinquance,... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 15:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mardi 06 octobre

Le petit polémiste, Ilan Duran Cohen : un roman d'anticipation... mais pas tant que cela

  "Nous étions une trentaine de polémistes asser-mentés par l’État, reconnus d’utilité publique, on nous donnait une carte, une licence pour exercer, il ne fallait pas la perdre, elle était difficile à récu-pérer. La perdre était perçu comme une négligence et un irrespect de la fonction sacrée, nous servions la démocratie, notre carte en était la preuve irréfutable.." Romancier et cinéaste singulier et parfois étonnant dans le début des années 2000 - notamment son deuxième film, La Confusion des genres avec un Pascal... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 06:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
vendredi 02 octobre

Carnaval, le retour de la littérature dansante et scandée d'Hector Mathis

  "Ce qui manque le plus une fois dans Paname ce sont les détails. Les façades par exemple. Ici elles transpirent de la crasse et du lierre, parcourues par une gouttière qui fait comme une veine, courant sur la saleté. C’est pour cela que j’aime tant la grisâtre. Le contraste s’exprime ailleurs. Dans la capitale des affichages sont propres et les rues sont sales. La grisâtre ne ment pas. Elle tombe droit sur les gens, droit sur les âmes.  On se souvient bien de Hector Mathis et de  son premier roman en 2018, "K.O.",... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 06:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 22 septembre

Rentrée littéraire 2020: Histoire du fils , l'écriture sèche et directe de Marie-Hélène Lafon tape encore dans le mille!

    " Dans ses tribus paysannes, les rejetons mâles de la troisième génération partaient faire leur droit, ou leur médecine, à Paris. Paul suivrait le mouvement et les injonctions paternelles. Il voudrait avant tout s' inventer une place sous le soleil de la capitale et porter haut le nom de la lignée. Le vieux pays serait trop petit pour lui, trop lent, trop usé ; la longue saignée de la guerre avait raboté les villages, laissant les familles exsangues et résignées, confites dans des deuils innombrables voués à ne pas... [Lire la suite]
Posté par Michelio à 06:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
vendredi 11 septembre

Rentrée littéraire 2020 : Térébenthine : Carole Fives possède l'art...et la matière!!

  "Lucie hausse les épaules : « Je ne vous comprends pas tous les deux, comment pouvez-vous continuer à peindre de façon si épidermique ! Comme si Duchamp n’était pas passé par là ! Plus personne ne peint depuis des siècles et vous vous obstinez ! C’est fini la peinture, mes potes, c’est mort ! » Contrairement à la grande majorité de la presse qui avait été emballé, et malgré un sujet assez inattaquable sur le fond, nous n'avions pas été très convaincus par "Tenir jusqu'à l'aube",  le précédent roman de Carole Fives sur... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
jeudi 03 septembre

Rentrée Littéraire : Des kilomètres à la ronde, le récit nostalgique et langoureux de Vinca Van Eecke

"Les postures je m'ne foutistes devaient bien dissimuler autre chose, ils étaient faits d'une viande qui promet ils seraient héroiques, ils seraient tragiques ou pathétiques, je n'en savais rien mais ils étaient romanesques." Dans le milieu des années 90, la narratrice du roman,  jeune fille plutôt d'origine sociale aisée- surnommée  par les membres du groupe "La Bourge"-  tente de s'intégrer à une bande de  jeunes garçons de 15 ans à peine,  qui trainent leur ennui et leur désoeuvrement dans la campagne... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 21:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
dimanche 30 août

Rentrée littéraire : Patagonie route 203 : un road trip planant et atmosphérique

"Il y eut un long silence où tous les deux se regardèrent avec un mélange de curiosité et de condescendance. Parker comprit qu’il devait suivre la logique du bonhomme s’il voulait tirer la chose au clair." Parker, chauffeur livreur mystérieux, saxophoniste et philisophe à ses heures perdues, trimballe son  camion dans une région aussi  aride,  perdue et immense que les longues plaines de Patagonie. Un secteur où il aime prendre son temps dans les petites routes secondaires de la région et aux lieux dont les noms-... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 18:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,