eboueParmi les bonnes surprises de cet été qui touche hélas à sa fin, figure le beau succès public - plus d'un million d'entrées pour un film au sujet pas évident- de Case Départ, sorti en tout début juillet et qui est joué, écrit et réalisé (enfin en partie, car Lionel Steketee les a quand même pas mal aidés sur toute la partie technique du film) par Thomas Njigol et Fabrice Eboué.

Et si la nouvelle m'a autant réjoui, c'est que j'apprécie beaucoup ces deux humoristes venant tous les deux du Jamel Comédy Club, et  que, des deux, j'avoue un net penchant pour Fabrice Eboué.

En effet, je suis un de ceux qui ont suivi le Jamel Comédy Club depuis leur première diffusion en 2005, et trés vite, j'ai été fan de l'humour d'Eboué, physiquement assez proche de Dieudonné (il joue d'ailleurs de sa ressemblance dans son spectacle, pretextant qu'on le confond souvent avec lui, dont une fois, rue des Rosiers, entouré de juifs, ce qui l'a fait fuir à toutes jambes) et dont l'humour tient plus de Coluche ou de Desproges, s'il fallaità tout prix lui trouver une affinité: l'art de dire avec un ton totalement pince sans rire le pire des petites saloperies, avec toujours au fond des yeux la petite pointe de malice et d'humanité qui permet de faire passer la pilule.

Parallalélement à la diffusion des spectacles de ce Jamel Comedy Club, était diffusé les fausses coulisses du show intitulé Inside jamel comedy club, et Eboué campait un personnage de mégalomane antipathique et cynique au possible, et j'avais trouvé son autodérision et son jeu d'acteur hilarant à en pleurer.

J'ai pu vérifier que l'humour de ce type est définitivement ma tasse de thé en allant l'applaudir sur scène enebouée février dernier dans une petite salle de Lyon, la salle Rameau, car là encore, j'en avais mal au ventre tellement je pouffais sur mon siège: de ses débuts chez Jamel à sa participation comme chroniqueur chez Marc Olivier Fogiel, Eboué n'épargne absolument personne (son imitation de Christophe Hondelatte, voir sur l'affiche ci jointe est géniale), à commencer par lui, mais toujours avec le trait d'esprit qui le distingue de majorité des humoristes (ne nous faisons pas d'ennemi, on peut trouver facilement).

Et j'avoue que le cocktail :un peu d'humour sur soi même, une bonne pincée de fiel et une grande louche d'esprit, cocktail que ne renierait pas Bedos ou Desproges (bon allez, citons que des comiques morts ou presque, c'est mon 1/4 d'heure vieux con) est celui que  mes zygomatiques préfèrent.

Et puis, pour revenir à ce Case Départ que je n'ai  hélas pu aller voir au cinéma (je me rattraperais en DVD), je trouve que cette idée de faire une comédie autour de l'esclavage et de l'histoire des noirs en France sans que cela ne semble manichéen (aux dires de la critique et des spectateurs qui l'ont vu) est quand même un pari sacrément gonflé.

Pour en revenir à Dieudonné (et boucler la boucle), qui a longtemps porté en lui un projet de faire un film autour de ce sujet, je ne suis pas certain qu'il aurait eu la même vision que son presque sosie. Et je ne sais pas pourquoi, mais, pour le coup, je suis content qu'un seul projet cinématographique ait pu voir le jour.


CASE DÉPART : BANDE-ANNONCE HD Avec Fabrice Eboué, Thomas Ngijol...