homme_qui_a_vu

« Tous parlent à voix basse en prononçant les mots : terrorisme, Pays basque et ETA. Ils murmurent : « Ils pourraient nous entendre. » Elizabe demande : « Qui ça ils ? » Sourires gênés en guise de réponse. Il est midi. Rue Filaurie, les langues tournent sept fois dans les bouches, les voisins soupçonnent les voisins, les volets sont croisés et il est l’heure de passer à table. La cage d’escalier sent le poisson frit, les pommes de terre sautées et la peur. »

Le Pays basque comme un monde à part avec ses lois, ses codes, et ses clans. Iban, justement, jeune journaliste nouveau dans le pays est las de s’occuper des chiens écrasés et autres  pots de départ  de la mairie. La disparition d’un ancien terroriste, libéré de prison depuis peu lui permettra peut-être de devenir un vrai journaliste mais pour cela il va devoir choisir son camp. L’enquête s’annonce difficile car dans cette région de France, on raccroche souvent au nez des journalistes trop curieux, ce qui a pour conséquence d’exciter la curiosité d’un journaliste trop curieux.

Fin des années 2000, le GAL, groupe antiterrorisme de libération cherche à semer la terreur parmi les jeunes militants de l’ETA (Pays Basque Libéré en basque). Enlèvement, torture, séquestration, les mercenaires du GAL ne reculent devant rien. Le groupe est composé de membre de  la gendarmerie et de la police nationale espagnole mais aussi de mercenaires sans aucune scrupule.

Dans un thriller haletant et extrêmement documenté, Marin Ledun réveille les années de plomb qui ont agité le Pays basque il y a quelques années. Entre Bayonne et Bilbao, violence, passion et barbarie « L’homme qui a vu l’homme », c’est « les Affranchis » avec l’accent du Sud-Ouest.

L’homme qui a vu l’homme; Marin Ledun (ed Les Ombres noires)

Chronique de Michel D pour sa toute première- et pas dernière on l'espère- de l'année!!