oldlady

Parmi les nombreuses sorties du 6 mai dernier qui sortiront très vite des salles une fois que le Festival de Cannes sera terminé, soit d'ici une semaine, disons un petit mot sur le film My Old Lady que j'avais vu plusieurs semaines avant sa sorties en salles, et qui ne m'a pas laissé, hélas un souvenir particulièrement mémorable. Hélas dirais je car voilà un film que j'aurais voulu aimer au départ .

En effet, il est l'oeuvre d'un jeune-vieux metteur en scène, puisque  le dramaturge Israel Horovitz, auteur de la pièce, franchit le pas de la réalisation cinématographique à 75 ans passé. Créée à Broadway avec succès en 2002, la pièce My Old Lady- jouée en France en 2008 avec Line Renaud sous le nom de Chère Mathilde  tente de prendre une forme cinématographique  plus avenante et plus complexe,  en revisitant  notamment certains personnages, notamment la fille de la vieille dame, jouée par Kristin Scott Thomas ( tiens, elle avait pas dit qu'elle arrétait le cinéma, Kristin? en même temps, on aime tellement la voir jouer, on va pas se plaindre..) et une tentative d'aérer le film au travers de ballade dans un Paris superbement photographié mais qui fait quand même un peu trop carte postale.

my old lady

Hélas, malgré ces tentatives de rendre la pièce plus cinématographique, My Old Lady n'en demeure pas moins  sensiblement marqué de l'empreinte théâtrale d'origine, ne serait-ce qu'à travers le découpage et la succession des scènes  filmée de façon un peu trop plan-plan  ou encore l'importance de ce luxueux appartement parisien  qui constitue l'essentiel du décor et de l'intrigue du film ( on y apprend en effet  comment Mathias, quinquagénaire new-yorkais,débarque à Paris pour vendre l’appartement que lui a légué son père, va devoir composer avec une vieille dame et sa fille).

 

"My Old Lady" ne vaut surtout pas pour sa mise en scène, d'un classisisme trop marquant, bien plus pour  les dialogues, bien écrits et assez jouissifs, et surtout pour le casting alléchant  et jubilatoire, composé de  'Kristin Scott Thomas, donc,  mais aussi et surtout de Kevin Kline et Maggie Smith qui s'en donnent à coeur joie dans ce duel plein de petites piques bien senties.

 

 

L'intrigue est plutot plaisante à regarder car cette  rencontre qui voit s'affronter  deux cultures, anglo-saxonne et française, au cœur-même de la capitale, autour d'un viager, procédure immobilière typiquement hexagonale, introduction à l'éducation d'un Américain à nos us et coutumes, est plutot savoureuse, même si le déroulé du récit, plus mélodramatique dans sa dernière partie, reste un peu trop prévisible, et les participations des comédiens français tels que Dominique Pinon, en agent immobilier un rien fantasque qui vit dans une péniche,  ou de  Noémie Lvovsky, en  médecin amusée , n'apportent rien de plus au texte original et sonnent un peu trop artificiels.

Bref un film qui distille un petit charme, du surtout aux comédiens, mais dont on a un peu de mal à saisir la nécessité, à part celui d'avoir offert la possibilité à cet immense dramaturge qu'est Israel Horovitz de tourner son premier( et peut-être dernier) long métrage et aussi de rendre hommage à Paris une ville qu'il aime, où il a vécu une partie de sa vie et où nombre de ses pièces ont été jouées.

En même temps, quite à choisir une adaptation de pièce de théâtre en salles en ce moment, mieux vaut choisir ce My Old Lady que le nettement moins sympathique Nos Femmes de Richard Berry ..

MY OLD LADY Bande Annonce (2015)