oldelaf

       Bien qu'il fut encensé et remarqué  dès  2011 avec l' album "Le monde est beau" et notamment ce mythique morceau " La tristitude" qui l'a fait connaitre au plus grand monde. j'ai vraiment découvert Oldelaf il y a trois ans seulement, en allant voir à l'Espace Gerson son spectacle musico-comique le "projet Michel Montana", dans lequel, en compagnie de son fidèle complice Alain Berthier, il retraçait l'histoire d'un type qui a traversé 40 ans de chanson française sans connaitre le moindre succès.

Un spectacle vraiment jubilatoire, et merveilleusement écrit- qui m'a démontré que j'avais tort d'avoir jusqu'à présent un peu boudé cet artiste qui m'aparraissait alors, à tort,  plus comme un humoriste qui chante qu'un chanteur qui fait de l'humour, car j'ai vu à cette occasion à quel point il témoignait d'un sens mélodique  et d'une précision dans les textes vraiment épatante.

 

oldelaf2-1

Dans tous ses projets musicaux, Oldelaf  a toujours démontré tout son talent à jongler avec le doux-amer et les degrés, les rires francs et l'humour noir, glissant ici et là quelques mots bleus entre les lignes.

Oldelaf, de son vrai patronyme que peu connaissent Olivier Delafosse, revient sur le devant de la scène- qu'il n'a jamais vraiment quitté l'artiste étant souvent sur scène- en sortant depuis vendredi dernier  Goliath, son huitième disque qui plus que jamais parvient à cet équilibre si rare à trouver entre tendresse et humour, entre mélancolie et légereté, un dosage précieux qu'Olelaf est rare à connaitre et à savoir utiliser.

Pour cet album, pour la première fois, Oldelaf producteur de son bébé a choisi la démarche du crowfunding pour le financer, associant en amont tous les auditeurs potentiels et nombreux fans de l'artiste ( que j'avais pu croiser justement à l'Espace Gerson) ...

GOLIATH,  de ce titre qui symbolise à la fois,  selon le dossier de presse "la possibilité d'atteindre des objectifs jugés inaccessibles et la faiblesse du géant aux pieds d'argile" et une métaphore de cette société qui a tendance à briser les plus faibles,   est  constamment  saupouré de cette ironie, d’autodérision  et de gravité permettant de  créer de des sortes de petites nouvelles avec une vraie construction narrative qui devraient rendre jaloux certains de ses collègues de la chanson française, à qui on prête pourtant plus de sérieux qu'à Oldelaf.

                        Avec ce nouvel album,  Oldelaf apparait  plus que jamais comme un géant des mots et du récit  sachant concevoir des compositions aussi  acidulées que  touchantes. 

.

 Celui qui a eu envie de revenir avec un vrai album de chansons, car "il s'est toujours senti du côté chanteur parce qu'il a  étudié la musique", confie manie avec une vraie maitrise sens de l'humour et crescendo narratif.

Utilisant pour la première fois un vrai orchestre donnant plus d'ampleur que d'habitude à ses mélodies qu'on aura pu juger souvent trop minimalistes Oldelaf  se permet de s'accompagner des arrangements plus léchés avec des cordes et des claviers vintage, donnant parfois un côté tres yéyé à certains de ses titres ( omme  le savoureux l'amour à l'hôtel Ibis" qui fait un peu penser au Bang Bang de Petula Clark/nancy Sinatra)

Considérant toujours l’humour comme  fondamental pour faire passer des choses plus graves, et plus violentes,  afin de les dédramatiser ou les combattre, Oldelaf parle dans cet album d'incommunicabilité dans le couple  ( le très beau "Elle dit")  de monoparentalité ( Mais les enfants) , d'adultère, d'altermondialisme et  même sujet essentiel que trop peu de gens abordent,  de son courroux face au crépi (?) avec le même a propos et la même pertinence. ...870x489_oldelaf-c-olivier_arandel_le_parisien

Dans  ce "Goliath" , Oldelaf met de côté la dimension un peu  fanfare, un peu  « pouet pouet »,  de ses précédents albums  et propose, dans la quasi totalité de ses morceaux (on oubliera facilement un ou deux  titres plus anodins)  une réflexion pleine d'acuité  sur pas mal de sujets sociétaux ou quotidiens, et toujours  sans jamais asséner de leçons.

Mine de rien, il nous donne un petit  espoir de pouvoir renverser les choses  et de nous faire face à nos responsabilités  malgré,  ou grâce à, notre condition de simple humains  ...

Rien que pour cela, Oldelaf  s'impose derechef comme le gtéant de la chanson française ...

 

*En concert au Trianon le 13 mai 2018 et au Radiant de Caluire le 4 avril