Mon-chien-stupide-Affiche-2

Après Ma femme est une actrice en 2001,  "Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants" en 2004 et "Do Not Disturb" en 2012, beaucoup attendaient avec impatience de revoir sur grand écran le mythique couple Yvan Attal et Charlotte Gainsbourg se donner la réplique.

C'est désormais chose faite avec  "Mon Chien Stupide", en salles le 30 octobre 2019, puisque Yvan  et Charlotte sont de nouveau réunis au cinéma dans un long-métrage signé par le réalisateur français, bien remis en selle par le  triomphe du Brio en 2017.

Yvan Attal a choisi d’adapter sur grand écran le roman éponyme de John Fante paru à titre posthume  en 1985. "Mon chien Stupide" raconte la vie d'un chef de famille de 55 ans plongé dans ses doutes d'écrivain, de père et de mari. Un beau jour, un énorme chien pataud entre par hasard dans son existence et va étrangement lui donner l'envie de reprendre son destin en main.

A l’heure où il fait le bilan critique de sa vie, ce chien obsédé et mal élevé, décide de s’installer dans la maison, pour son plus grand bonheur mais au grand dam du reste de la famille...

MON_CHIEN_STUPIDE_PHOTOS (7)

Goguenard, toujours prêt à contredire la pensée dominante et les bons sentiments, le personnage d'écrivain désabusé joué par Yvan Attal attaque la famille au bazooka pour finir sur une note plus optimiste et en même temps assez  mélancolique.

Le couple Gainsbourg/Attal, complice comme jamais  brille par leur humour et la sincérité du regard qu'ils se portent mutuellement, en particulier Charlotte Gainsbourg qui électrise toutes ses apparitions (le film est un peu plus mou lorsqu'elle disparait de l'écran) et notamment sa  très belle scène finale. 

Une chronique familiale au ton doux amer, finalement  assez étonnante sur laquelle on a eu la chance de revenir avec son réalisateur Yvan Attal rencontré sur Lyon au début du mois d'octobre .

Réflexions avec Yvan Attal

Réalisateur du film " Mon chien stupide"

attal

Pourquoi à la base vouloir adapter ce roman de Fante?

En fait, Claude Berri m'avait proposé ce projet il y a 20 ans, mais j'ai refusé car je me sentais pas vraiment concerné  par le sujet, il faut dire qu'à l'époque je n'avais pas plusieurs enfants je n'étais pas marié à la même femme depuis 28 ans, je n'avais pas de chien ( sourires), bref je me sentais vraiment tres éloigné des préoccupations du roman .

Toujours est il qu'il avait déjà percu des choses qui résonnaient en moi que je n'avais pas forcément vu, c'est pour cela que quand on me l'a reproposé vingt ans sans être au courant de cette première propositon, je me suis dit que c'était forcément un signe du destin et qu'il ne fallait plus refuser.

 A la relecture, C’est une histoire qui m’a beaucoup touché, m’a fait rire aussi. Le personnage que j’incarne, Henri, n’en peut plus de sa famille mais est finalement dévasté quand elle part. Le côté tragi-comique est exaltant.

Encore une auto fiction?

Je  sais bien  qu’en  interprétant ce  couple  marié  depuis 25 ans avec plein d’enfants, nous jouons, avec notre passé cinématographique, avec ce que les spectateurs ont lu dans la presse people, ou ce qu’ils croient savoir.

Mêler l'intime au récit, évidemment que c’est un jeu risqué mais  c'est aussi terriblement exaltant , un jeu que nous abordons par ailleurs sans calcul,  presque sans y penser.

Car de toute façon cette histoire n’est pas la nôtre, nous ne sommes pas ces personnages, d'autant plus qu'au départ c'est un roman et qu'on est restés proche de ces personnages, même si on a pas mal recompensé celui de la femme, qui était trop secondaire dans le roman. 

MON_CHIEN_STUPIDE_PHOTOS (5)

Travailler avec un chien, facile ou pas facile?

Pour les gens qui veulent savoir la race du chien, c'est un "Matin de Naples". Je ne donne pas cette information au hasard, car en fait on s’est beaucoup interrogé sur la race du chien, personnage central dans le film (et présent sur l’affiche). On a longuement cherché.

Je n’y connais rien en chiens , mais un de mes producteurs a évoqué l’idée d’un Mâtin de Naples qui semblait correspondre aux caractéristiques données par Fante dans le bouquin .

Or, tout le monde nous l’a déconseillé,  tant c'est une race qui semblait difficile à gérer…

On en a quand même fait venir un, il a bu dans une gamelle et tout arrosé. On avait ainsi trouvé  notre personnage…

 

csm_mon-chien-stupide_1e7507b3e0

Contre le politiquement correct ??

Le film et le roman avant lui ose le politiquement incorrect, on y critique la vie  de famille , la charge que peuvent produire les enfants sur les parents, bref, d'habitude les chroniques familiales véhiculent pas mal de bons sentiments au ciném, et je pense que briser ces  tabous a un  coté libérateur, ont dit  tout haut ce que tout le monde pense tout bas ..

Après c'est vrai qu'on a enlevé quelques passages du livre qui ne passerait pas dans un film actuellement, le personnage joué par Charlotte avait des remarques racistes qu'on n'a pas voulu conserver, et il y a une scène de viol conjugal qu'on ne pouvait pas mettre, mais pour le reste l'esprit mal embouché de Fante est bien à l'écran, je crois ...

Mais sans spoiler le film, cette critique de la vie de famille ne fait que mieux révéler in fine  la force de l'amour d'un père et d'une mère pour leurs enfants. et c'est cela le plus important il me semble! 

 

EB3y91vWwAEvlle

Tourner avec sa femme et son fils, un poids supplémentaire ou une vraie liberté?

 J’aime tourner des films avec des gens avec qui je me sens bien. A partir du moment où les personnes que vous aimez peuvent coller aux rôles, pourquoi se priver ? En plus, c’est une histoire de famille, donc c’était d’autant plus facile de tourner avec ma famille. C’est un outil supplémentaire pour faire croire que l’histoire est vraie.

Si avec Charlotte, on commence à avoir l'habitude, c'est vrai qu avoir mon fils sur un plateau est une responsabilité supplémentaire. .

J’ai eu peur au début. Et en même temps, il était plein de naturel et de justesse !

Constituer le casting de cette famille a été un gros challenge. Comme je savais que Ben avait l’envie et des points communs avec le personnage, je me suis dit pourquoi pas.

Et finalement, c’est une formidable expérience que celle de travailler avec son enfant.

C’est son premier vrai rôle. J’ai vu qu’il était capable de se lever le matin, d’apprendre un scénario , avec sa mère on est vraiment fiers  de lui.

ob_ce6201_sans-titre

Votre travail avec le compositeur Brad Mehldau, une histoire qui dure?

La musique du pianiste américain Brad Mehldau est une musique originale, on a déjà collaboré ensemble sur plusieurs projets et elle joue beaucoup sur  l'émotion. Je suis en effet fidèle à ce musicien et touché qu’il le soit à moi.

On a regardé le film ensemble, il a immédiatement senti la couleur du film.

Il m’a envoyé des propositions, le reste s’est déroulé en studio, avec ses musiciens. Ce fut un moment absolument merveilleux, où il pouvait improviser sur un matériau évolutif, vivant. et puis il y aussi dans le film le morceau  "Sinnerman"  de Nina Simone, j'avais très envie d'une coloration jazzy  qui collait bien à l'humeur du film  !

mon chien stupide

La scène finale dans la cuisine, liée à votre obsession de la nourriture?

Tout à fait, manger, je ne fais pratiquement que ça dans la vie ! La bouffe m’obsède, tous mes proches pourront vous le dire !

J’aime les gestes qui entourent sa confection, les rituels de partage. La bouffe, c''est quand même le symbole de l’amour et de la famille.

Sans tout révéler, disons que le dénouement  se passe à table, au cours d’une  chanson de gestes du quotidien, muette qui me plait beaucoup en effet, on a refait plusieurs prises car elle me semblait assez essentielle, mais celle qu'on a gardé me satisfait tout à fait et d'apres les retours elle plait bien aussi au public .

 

Propos recueillis à Lyon le 2 octobre 2019/ Remerciements à UGC et Studio CANAL

Mon Chien Stupide,  en salles depuis le 30 octobre 2019.