gb_aff_40x60_ok

 

La normande Ariane Doublet perpétue depuis une vingtaine d’années, un travail de cinéaste documentaire en profondeur sur le monde rural et ses bouleversements. Depuis son précédent film, "Les Réfugiés de Saint-Jouin",  en 2017, où la réalisatrice suivait l’accueil difficile d’une famille syrienne en Normandie, Doublet s’est spécialisé dans le thème de l’immigration en pays rural.

Elle est même une des instigatrices de l’association humanitaire Des lits solidaires qui héberge ces mineurs dit isolés, venant de lointains pays sans aucune famille en France et que l’Etat- les départements plus exactement doit normalement prendre en charge.

Ballots paille_RETOUCHÉ

C’est par ce biais que la cinéaste a fait connaissance d’Alhassane, le protagoniste principal de son nouveau film Green Boys qui venait  d’arriver en France   deux ans après avoir quitté la Guinée son pays natal .

Plus qu’un pamphlet militantisme sur les difficiles conditions de vie d’un migrant, Arianne Doublet préfère s’attarder sur l’histoire d’amitié naissante entre Alhassane et un jeune du cru Louka qui partage avec lui une passion pour le foot.

La caméra de Doublet va alors réussir à capter ce qui se noue entre les deux jeunes gens, de ses échanges sur leurs parcours respectifs- surtout celui d’Alhassane, évidemment- à cette complicité sans dialogue à travers notamment la construction d’une cabane en plein champs, qui fait penser au jeune africain aux huttes qu’il construisait dans sa Guinée.

Le cri de la chouette_RETOUCHÉ

En s’attardant souvent sur la force de la nature et de paysage normand que la réalisatrice connait bien, Arianne Doublet n’évite pas toujours l’écueil de l’image d’Épinal et parle assez peu de la dureté des conditions de vie de ces mineurs isolés.

Mais ce qu’elle perd en portée sociale, elle le gagne en force évocatrice et visuelle avec des plans de toute beauté, notamment dans cette scène de plage où Ahlassane découvre la mer et les crabes pour la première fois avec crainte au départ puis une certaine sérénité au fil du temps.

Du cinéma naturaliste dans le sens littéral du terme pour montrer qu'avant le foot, ce qui relie ses deux jeunes adolescents, c'est une même communion avec dame Nature.

Ce documentaire simple et touchant vaut aussi et surtout par la puissance de ses deux « personnages principaux », extrêmement attachants et empathiques pour le spectateur.

La réalisatrice les regarde avec énormément de sensibilité et de tendresse, un peu comme le faisait récemment Sébastien Lifistz dans un autre film documentaire sur l’adolescence, mais du point de vue féminin.

Cabane de dos soir_RETOUCHÉ

La tranquille campagne normande sert de toile de fond à  ce  documentaire pudique et touchant sera disponible  le 6 mai mai sur Univers Ciné et l'ensemble des plateformes de VOD. 

 

SORTIE E-CINEMA LE 6 MAI 
Sur UniversCiné et 
Orange, Canal VOD, iTunes/Apple TV, Google Play/Youtube, Filmo TV et Xbox.