Hier après midi, au cinéma le Zola, l'intégrale des films primés lors de cette 44 édition du  festival du film court de Villeurbanne a été projeté, et, hasard des délibérations, le palmarès était 100% féminin !

Un condensé de cinéma qui a repris les courts métrages qui ont particulièrement retenu l'attention du Jury du festival et du Public  : 

 🏅 PRIX DU PUBLIC : ISTINA, de Tamara Denić 
Istina
Jelena  est photojournaliste pour un journal indépendant à Belgrade. Elle élève une petite fille, Lara , avec l’aide de sa mère, Branka . Elle a aussi une relation avec  Nikola  gérant d'un café.
Elle photographie la nuit des manifestations violentes et des émeutes politiques. Certains manifestants détestent la presse et ciblent Jelena pour son travail. Quand les choses deviennent hors de contrôle, elle fuit la Serbie avec Lara à Hambourg, en Allemagne.
Elle y reprend son photojournalisme mais va rencontrer finalement encore plus de violence des émeutes nocturnes allemandes.
Un drame sur le quotidien des journalistes de l'extrême, au sujet interessant, mais trop prévisible dans son dénouement et son traitement.
🎥 PRIX DE LA PRODUCTION (INDUSTRIES TECHNIQUES) : LES DENTS DU BONHEUR, de Joséphine Darcy Hopkins 
Les Dents du bonheur
Madeleine, 8ans, invitée à participer à un jeu de société pour lequel il faut miser de l’argent, sauf que Madeleine n’en a pas…

Joséphine Darcy Hopkins met en scène ce conte macabre où des petites filles jouent à une sorte du jeu de l’oie où faute d’argent, Madeline va devoir compter sur ses dents de lait pour les monnayer… jusqu’à la dernière.

Furieusement barré et inattendu, le pari était risqué (mettre en scène un film de genre avec des enfants si jeunes) mais le résultat, jubilatoire et grincant à souhait, vaut sacrément le détour (âmes sensibles s’abstenir).

 🏅 PRIX DE LA MEILLEURE CRÉATION ANIMÉE : NUN OR NEVER! 

20232355_1

Une nonne déterre un homme du sol et perd prise sur sa vie quotidienne.

Les secrets et l'harmonie peuvent-ils coexister ? 

Nun or Never ! de Heta Jäälinoja est une oeuvre poétique sur le désir interdit mais dont le sens nous a particulièrement paru abscons  et opaque.

 MENTION SPÉCIALE GRAND PRIX DU FESTIVAL : PAVANE, de Pauline Gay

PAVANE | Need Productions

Après 30 ans de loyaux et pénibles services à l’usine, l’heure de la retraite sonne pour Cora, alors que sa fille Alex nourrit des rêves de carrière dans le cinéma.

Un drame social fort, une relation mère fille émouvante et un role en or pour Corinne Masiero,  guerrière qu'on redécouvre excellente actrice!

🥇 GRAND PRIX DU FESTIVAL : MAISON BLANCHE, de Camille Dumortier

Maison_Blanche1_Erwan_Dean_min_6607668269

  Zélie, 9 ans, admire son grand frère Basile, 19 ans. En l'absence de leur mère, Basile, exalté, entraîne sa sœur dans le tournage de son film expérimental. Mais les choses ne se passent pas comme prévu et Zélie va devoir faire face à une toute autre réalité. 

Le film évoque avec sensibilité et puissance  l’impact de la maladie au sein d’une fratrie, avec un frère bipolaire ,  et le duo frère soeurTaddeo Kufus et Charlie Peter-Marzolini nous a particulièrement séduit !