Baz'art  : Des films, des livres...
19 septembre 2011

"La guerre est déclarée" :le drame qui rend heureux...

guerreJe ne suis visiblement pas le seul a éprouver ce sentiment : assez souvent, lorsqu'un film arrive précédé d'une rumeur trés flatteuse et qu'on est persuadé qu'on va l'adorer, il est rarement à la hauteur des espérances et on ressent donc une petite pointe de déception.

J'avais peur que ce cas de figure se présente à la vision de La Guerre est déclarée tant, depuis sa présentation en mai dernier sur la croisette à la semaine de la critique, ce film est sur toutes les lèvres et a fait un buzz assez sensationnel, surtout pour un film avec un si petit budget, avec aucune star, et surtout avec un tel sujet.

Le sujet, parlons en justement : moi qui ai tendance à privilégier les histoires les plus tristes possibles, j'ai toujours un peu de mal avec la critique institutionnalisée qui répugne devant les drames en tout genre, en sortant les tradtionnels adjectifs les plus infamants à leur yeux : "pathos", "mélo", "larmoyant"...En général, lorsqu'un drame évite, selon leurs critères strictement établis, ces éceuils, on se retrouve avec un film à la Dardenne ou à la Desplechin, c'est à dire complétement froid, théorique et qui surtout prend bien soin d'éviter toute émotion possible. J'avais donc un peu peur que ce film n'aborde pas frontalement le sujet et nous laisse extérieur au drame que traverse les protagonistes, et qu'on ressorte de la salle les yeux secs.

Et bien, n'en déplaise aux quelques facheux que j'ai pu lire sur la blogosphère (je me disais bien que ce film faisaitguerre est déclarée trop l'unanimité pour être honnete), La guerre est déclarée est une vraie petite merveille d'intelligence, de subtilité, et avant tout d'émotion (c'est rare que j'écrive en si gros, mais comme cela, aucun doute possible sur mon jugement)

Le film parle certes d'individus qui ne viennent pas forcément de notre milieu (et qui parle sans doute de façon un peu trop littéraire, surtout au début, c'est vraiment le seul petit bémol du film), mais impossible de ne pas se reconnaitre en eux, notamment dans la première partie, avant la maladie de leur enfant. Tous les jeunes parents ont  en effet connu  tous ces sentiments mélés : l'impression de sentir tyrannisé par les pleurs de son bébé, les inquiétudes avant chaque séance chez le pédiatre, et la peur de lui poser une question incongrue, et également  l'envie de continuer à vivre malgré les contraintes liées à l'arrivée d'un être totalement dépendant de nous.

Et cette envie de vivre malgré et envers tout sera forcément décuplée par l'annonce de la maladie d'Adam, et ce, même si le découragement et les inquiétudes peuvent parfois  légitimement poindre. Nous avons tous quelque chose de Roméo et de Juliette, et nous nous cessons, tout au long du film, de nous féliciter intérieurement de ne pas connaitre le même coup du sort qu'eux, car il n'est pas sûr que nous réagirons avec le même optimisme à tout épreuve ( personnellement, je suis même quasi certain du contraire, mais tant qu'on est pas dans la situation, on va me laisser le bénéfice du doute...)

On se reconnait  donc évidemment dans ce couple, mais heureusement, la caméra de Danzelli arrive à apporter la fantaisie nécessaire pour qu'on ait jamais l'impression d'assister à un documentaire trop naturaliste. C'est pour cela que le jeu des acteurs est un peu décalé ( ce qui peut gêner certains spectateurs), et que la réalisatrice arrive à intégrer du  léger dans des scènes émotionnellement chargées ( la pédiatre qui se trompe de téléphone au moment de la révélation de la maladie)

Bref, le traitement de l'histoire est magnifique: aucun méchant n'a droit de cité (même les médecins apparaissent profondément humains, notamment le Professeur Sainte Rose, magnfiquement campé par le trop rare Frédéric Pierrot), à part cette saleté de crabe qui s'abat sur l'être le plus innocent qui soit: un enfant. Et d'ailleurs, même si, comme je viens de le souligner plus haut, le pathos n'imprime jamais la pellicule de Donzelli (ouf, on est donc tous rassuré, n'est ce  pas, monsieur les critiques?), il est impossible de retenir ses larmes lors de cette scène où avant de passer un scanner Adam est cramponné à son lit/ barreau, en regardant sa mère d'un air totalement perdu...Et évidemment, ayant les glandes lacrymales un peu trop fragiles, ce n'est évidemment pas le seul moment du film qui m'ait fait pleurnicher..

Et outre le scénario, la réalisation, dont j'avais un peu peur du coté filmé sur le vif avec un appareil photo m'a parue trés belle, avec une image assez impeccable, et des scènes de toute beauté ( notamment la scène qui se passe dans le garage de l'hôpital avant l'opération de la dernière chance). On savait dès le début du film, et même avant pour tous ceux qui ont entendu ou lu les propos de la réalisatrice, que l'enfant allait s'en sortir totalement, mais on ne peut s'empecher de se cramponner sur notre siège en espérant ardemment la guérison d'Adam .

A l'heure où pas mal de film me laisse assez indifférent au sort des personnages qui les peuplent, ce film profondément habité et boulerversant est une excellente nouvelle pour le cinéma français, et le cinéma tout court.


2011 - [bande-annonce] La Guerre est déclarée de Valérie Donzelli


Commentaires
A
Effectivement, un film profondément bouleversant ... Une histoire de parents, une histoire de couple ... Subtilement dévoilée.
Répondre
F
tant mieux...j'espere que tu trouveras un moment pour y aller...vu que tu disais être particulièrement surbookée dans un de tes billets...
Répondre
M
Tu m'as convaincue, je meurs d'envie d'aller le voir!
Répondre
F
@ la grande blonde: wouah, je savais pas qu'on me lisait d'Australie...j'en suis assez flatté, j'avoue :o)...mais du coup les dvd tu les commandes de la bas sur un site français?<br /> <br /> à my little discoveries: c le film qui ne passe pas en Angleterre et qui te faisait le + envie, déjà un bon signe.... mais tu as raison de ménager le suspens...moi demain j'ai prévu un article qui ne peut que te concerner, je pense :o)
Répondre
M
Héhé, j'ai justement profité d'un passage en France ce week-end pour filer voir ce film au ciné! Mon avis sera en ligne demain, suspense...;o)
Répondre
Pour en savoir plus

Webzine crée en 2010, d'abord en solo puis désormais avec une équipe de six rédacteurs selon les périodes. l'objectif reste le même : partager notre passion de la culture sous toutes ses formes : critiques cinéma, littérature, théâtre, concert , expositions, musique, interviews, spectacles.

 

Contact de l'administrateur

Envoyer un mail à l'adresse suivante : philippehugot9@gmail.com 

Visiteurs
Depuis la création 7 604 626
Fête de la musique 2024

 

La Fête de la musique revient ce vendredi 21 juin, pour sa 43e édition et s'apprête à réunir amateurs et professionnels autour d’un dessein commun : jouer, chanter, écouter et vibrer à l’unisson au sein de l’espace public.

« Faites de la musique » ! À l'heure du solstice d'été, ce mot d’ordre engageant va résonner dans toute la France métropolitaine et ultramarine, mais aussi à l’international puisque la Fête se décline désormais dans 120 pays.

Manifestation citoyenne, la Fête de la musique participe à la démocratisation de l’accès à la musique en allant à la rencontre de tous les publics, notamment les plus éloignés de la culture.

L’occasion cette année de mettre les fanfares à l’honneur. Une pratique artistique et collective activement soutenue par le ministère de la Culture à travers le Plan Fanfare, opérationnel depuis 3 ans.

FESTIVAL JEUNESSE POLAR EN VACANCES, 9 e ÉDITION

FESTIVAL JEUNESSE POLAR EN VACANCES, 9 e ÉDITION
Traditionnel rendez-vous jeunesse donné par Quais du Polar au mois de juillet, Polar en Vacances revient pour sa
9e édition les mardi 9 et mercredi 10 juillet 2024 afin de promouvoir la lecture auprès jeunes de 6 à 12 ans

Ce festival jeunesse gratuit s’inscrit dans le cadre des opérations Partir en Livre (CNL), l’Été culturel (DRAC Auvergne-
Rhône-Alpes) et Tout l’Monde dehors (Ville de Lyon). Quais du Polar propose aux petits et aux grands lecteurs de polar,
aux centres de loisirs et aux familles du territoire, de se réunir pour des ateliers d’écriture, d’illustration et de découpage,
des animations, ateliers, jeux et énigmes afin de fédérer les jeunes autour de la littérature.
 

Rencontres de Theizé
 

 

Les Rencontres de Theizé réinvestissent le château de Rochebonne pour une 13e édition, ces 14, 15 et 16 juin.

Huit nouvelles propositions de théâtre autour de la francophonie, de la poésie et du théâtre musical pour exprimer nos racines communes et notre humanité.

Bienvenue en utopie !

> Un festival de théâtre pour mettre en valeur le patrimoine.
Depuis maintenant 2012, le Théâtre en pierres dorées investit chaque année le château de Rochebonne à Theizé, le troisième week-end de juin.
Pendant trois jours, une dizaine de spectacles sont proposés aux habitants, dans la cour du château, sur son esplanade, dans sa salle des peintures mais aussi sur la pelouse, dans la bergerie ou un hangar de vignerons.

https://www.theatrepierresdorees.fr/index.php/les-rencontres-de-theize

 

 

Newsletter
144 abonnés
Suivez-moi