plataneJe vous l'ai déja dit, je ne suis pas un féru de séries télévisées. Ce que vous ne saviez pas encore, c'est que je ne suis pas non plus fana de l'humour basé sur le non sens et l'asburde, dont les anglais sont les maitres incontestés, humour, qui en France a comme porte étendart le duo Eric et Ramzy. Je préfère une humour plus basé sur le quotidien, le social, les personnalités publiques plutôt qu'un humour déconnecté de la réalité, et  ne se basant que sur des situations.

Une fois que j'ai dit cela, vous ne devez pas vraiment comprendre pourquoi je me suis quand meme décidé à voir sur 4 semaines et 12 épisodes de 26 minutes, Platane la première série écrite, réalisée et jouée par Eeric Judor, un des deux acolytes du duo.

Mais séduit par l'idée de départ ( le dit Eric dans son propre rôle aEric-Judor-Platane-Photo-Promo-03 un accident de voiture et après un an de coma, se réveille en voulant abandonner l'humour et se lance dans les films sérieux pour un tournant à la Tchao Pantin) et curieux de voir la brochette de star jouer leur propre rôle ( de Vincent Cassel à Guillaume Canet, en passant par Clotilde Coureau dans le rôle de l'actrice principale du chef d'oeuvre d'Eric ; "la môme 2.0 next génération"), j'ai donc tenté l'experience Platane, qui m'a laissé une impression mitigée mais finalement plaisante dans l'ensemble.

En fait, le principal défaut de cette série est son manque d'homogéneité: si certains épisodes sont franchement hilarants ( notamment le numéro 3 d'autres trainent franchement la patte. Mais cela est du à l'essence même de l'humour d'Eeric Judor qui joue à fond sur l'étirement des scènes pour que la gêne que subit le personnage principal soit difficilement supportable. Du coup, à certains moments, le coté grincant de l'entreprise l'emporte sur le coté humoristique.

Cela étant dit, il faut reconnaitre à Eric un art du masochisme poussé à son paroxysme et une autodérision assumée assez rare chez les comiques français.

Dans Platane, le Eric Judor qu'on voit sur l'écran est un personnage assez odieux, égoîste, lache et pret à tout pour réussir son film, au détriment de la loi ou de la moralité ( voler un fauteuil roulant, louer une ambulance pour arriver à l'heure à un rendez+ vous, casser du sucre sur le dos des handicapés).

Bref, une série assez inégale, et parfois bancale, mais qui, à mon sens, reste quand même une expérience plutôt réussie dans l'ensemble, qui laisse surtout entrevoir une palette plus élargie du comique d'Eric, dont l'absence de son acolyte semble plutot profitable, pour le coup.


PLATANE (parodie film action) ( la scène finale, assez drôle car se moquant allégrement du cinéma US)