Je vous l'ai déjà dit plle_grand_magicienusieurs fois sur ce blog: la magie et mon fils, c'est une histoire de passion à la vie à la mort...

Je vous l'ai également dit encore plus souvent, je crois : le cinéma asiatique et moi, en revanche, on se regarde un peu plus en chien de faience...

Mais comme je suis un vrai papa poule et que je ne refuse (presque) rien à mon fiston, je n'ai pas hésité une seule seconde lorsque Nico de CinéTrafic m'a proposé dans les films à chroniquer, une oeuvre appellée Le Grand Magicien ,et dont la bande annonce semblait tourner pas mal autour de la magie, et ce, même si l'intrigue se passe dans la Chine du XIXème siècle et que le réal était un certain Derek Yee.

Ce film, sorti directement en DVD (édité par la mythique Metropolitan Film Exports ) est en effet un de ces films comme le cinéma chinois en produisait  souvent, mélangeant fresque historique, film d'arts martiaux, histoire d'amour, ect, avec plus ou moins de bonheur.

Ce film peut donc être vu comme une sorte d'hommage à l'âge d'or du cinéma de Hong Kong de la Shaw Brothers et des productions de Tsui Hark. J'ai du voir dans ma vie une ou deux de ces productions et je me suis dit que ce n'était pas vraiment ma tasse de thé.

Mais là, comme j'étais avec mon loulou, je n'ai pas voulu jouer les rabats- joie, et j'étais prêt par là,à me laisser prendre par cette intrigue assez éloignée de celles que je regarde le plus souvent ... Qui est la  mauvaise langue qui a répondu à cette question  :"un homme rencontre une femme dans le métro parisien, lui parle, l'embrasse, puis  la quitte"? C'est pas vrai du tout, en plus, parfois c'est un homme qui rencontre un homme  dans le bus....

Bref, revenons si vous le voulez bien, à notre grand magicien... alors ce grand magicien, c'est le fameux acteur Tony Leung qui l'interprète...Bon, pas le Tony Leung de Lamant  de Jean Jacques Annaud comme j'ai  de suite pensé en voyant son nom  (euh, qui a redit : "c'est normal , c'est l'histoire d'un homme qui ...?) car lui c'est Tony Leung Fa Kai...notre grand magicien, c'est Tony Leung Chiu Wai et il a bien évidemment joué dans les films de Wong Kar Wai, dont In The Mood For love et The Lust Caution d'Ang Lee...ah ceux là, ce sont bien des films asiatiques, mais je les ais vus et en j'ai plutot aimé (euh, qui a re re dit...? :o)

Et ce grand magicien, une fois qu'on l'a identifé, qu'est qu'il fait dans le film? Alors là, je dois dire que c'est  à ce moment là que les choses ont commencé à se compliquer quelque peu...


Lorsqu'il fait ses tours de magie, ca allait plutot pas mal pour nous, on comprenait bien tous les deux, faut dire aussi qu'on est rodés à force de voir  dans le moindre détail "le Plus Grand cabaret du monde" tous les mois.

Mais dès qu'il quitte ses colombes, boules de feu et perles de diamant qu'il fait apparaitre et réapparaitre, mon fils me regardait en attendant que je vienne à son secours pour lui expliquer, et euh j'ai pas méga assuré sur ce coup... Il est  certes question d'un très méchant seigneur de  la guerre polygame, qui a 7 femmes mais qui n'aime que la 7ème, mais celle ci semble etre amoureuse du fameux grand magicien qui l'aurait abandonné il y a plusieurs années avant qu'elle n'épouse contrainte...

Bon, cela  j'ai bien tenté de lui expliquer ( il a eu un peu de mal avec les choses de l'amour expliquée par son paternel, mais il faut dire que Sylvain Mirouf est pas très loquace là dessus) , mais le reste de l'histoire, définitivement nébuleuse, m'a totalement échappé ... J'ai vaguement saisi qu'il y avait d'obscures machinations ourdies par des empereurs japonais, d'un non moins mystérieux enlevement prévu, d'intrigues de cours royales, mais si vous voulez une explication plus poussée que cela, vous demanderez à d'autres, merci....


Non, sérieusement, l'intrigue m'a paru des plus confuses, et même, je pense, pour ceux qui sont plus spécialistes de ce genre d'histoire... Sincèrement, les scènes les plus impressionnantes techniquement étaient ces scènes de magie que mon fils regardait avec une vraie lueur d'admiration, mais il y en a en tout 4 ou 5 de 2 minutes chacune dans un film de 2h 08 ca fait pas beaucoup....

Allez, si je veux être honnete, je dirais que, même en ne comprenant pas grand chose, le reste du film se regarde sans réel déplaisir car  il ya de beaux costumes et de beaux décors, les acteurs semblent bien s'amuser (il y a même Tsui Hark en guest) , même si ils en font quand même beaucoup niveau mimiques, et certains quiproquos entre ce grand magicien et le seigneur de la guerre qui ignore son vraie identité sont plutot bien troussés, mais une chose est sure :  je ne verrais pas ce genre de films tous les jours!

Vivement donc que l'on retrouve mon fils et moi nos couples respectifs, moi mes parisiens adeptes de la RATP , et mon fils,  Patrick  Sebastien et Bernard Bilis sans que des seigneurs de la guerre viennent interférer dans leurs histoires !!