gare nord"Gare du Nord" n'est pas que le nom de la gare la plus empruntée de Paris, c'est également un film de Claire Simon qui est sorti sur les écrans la première semaine de la rentrée de septembre dernier.

Il m'interessait énormément, mais je n'avais pas malgré mes tentatives réussi à aller le voir en salles, il faut dire que sa sortie lors de la première semaine de rentrée de septembre ne tombait pas terriblement.

Heureusement, j'ai pu rattraper le coup en début de semaine grâce à Blaq Out, l'éditeur de la version DVD qui a sorti le film le 1er avril dernier dans une très belle édition regroupant à la fois le long métrage de fiction ainsi que son documentaire Géographie Humaine, qui a servi de matériau d'origine,deux oeuvres qui se complètement tant et si bien qu'on n'imagine pas l'un sans l'autre.

Le résultat est à la hauteur de mes espérances et j'ai été vraiment séduit par l'ensemble (peut-être encore plus le film que le documentaire), pour pas mal de raisons qui contribuent à la grande qualité de l'oeuvre de Claire Simon une cinéaste dont je connaissais assez mal l'univers pour le moment.

 Sans doute, au départ j'étais un des publics cibles de ce film car, non seulement je connais quand même pas mal le lieu, cette fameuse Gare du Nord ayant été mon lieu de passage pendant de très longues années, et par ailleurs j'avoue que les gares m'ont toujours fasciné, en me demandant souvent lors de mes moments contemplatifs quels pouvaient être les destinées de tous ces êtres de passage et en imaginant même pour eux des vies et des histoires, juste avec un ou deux éléments en ma possession.

En effet, toute grande gare, et peut--etre encore plus que les autres, cette Gare du Nord, immense en terme de mètres carrés et d'affluence quotidienne (chaque jour plus de 700 000 voyageurs la traversent), s'apparente en fait à une immense ruche ou une immense fourmillière (à vous de voir si vous préférez les insectes volants ou rampants :o) qui voit les masses  se déplacer pour se croiser jour après jour et former des destinées totalement  éparses et diverses.

Ainsi, après s'être immergé totalement pendant plus d'une année pour son documentaire Géographie Humaine, Claire Simon décida d'inventer des histoires aux personnes qui les avait le plus touchés, et d’en faire un long métrage de fiction. Les histoires des uns et des autres vont aboutir à contrbuer, comme le dit la cinéaste dans un des bonus du DVD, et selon l'expression souvent employée péjorativement "des romans de gare".

La fiction que Claire Simon a brodé nous permet de nous attacher à quelques uns de ces personnages pris parmi d'autres dans cette masse compacte d'anonymes.

"Gare du nord" entremêle ainsi avec un très grand brio fiction et réel, et si l'on ressent fortement le regard sociologique, voire enthonologique de la cinéaste ( sociologue de formation), les récits qu'elle parvient à tisser arrivent parfaitement à émouvoir ou à amuser, en fonction des différentes histoires.

Evidemment, l'intrigue principale, qui voit un étudiant en sociologie d'origine algérienne ( le toujours aussi épatant Reda Kateb, décidement un des meilleurs acteurs de sa génération)  préparer une thèse sur la gare elle-même tomber progressivement amoureux d'une professeur d'université terrassée par la maladie ( Nicole Garcia, bien meilleure que dans Tu honoreras ta mère et ta mère  de triste mémoire) est  certainement la plus forte et la plus exploitée.

Mais on est également touché par le récit, à peine esquissé de cette diplômée d’histoire devenue agent immobilier voyageant entre Paris et Londres en délaissant son mari et ses deux enfants, ou bien encore celui d' un célèbre humoriste belge- François Damiens pratiquement dans son propre rôle- à la recherche de sa fille mineure en fugue ( un rôle assez proche de celui qu'il tiendra quelques semaines après dans Suzanne.)

À côté de ces quatre personnages principaux, le film laisse la parole à tous ces anonymes qui squattent la gare  souvent ceux interrogés pour les besoins de son enquête), souvent d'origine étrangère et  exerçant des métiers pour le moins précaires et bien loin de leurs niveaux d'études.

Bref, ce Gare du Nord, à la fois objet documentaire passionnant sur ces personnes que le cinéma interroge si peu et fiction émouvante et touchante, est un excellent film de 2013 que sa sortie DVD peut permettre de réhabiliter.