mustang

 

Ce mercredi 21 octobre, sort  en DVD ( chez Ad Vitam, aussi distributeur du film) Mustang, premier long-métrage de la réalisatrice franco-turque Deniz Gamze Ergüven.

On a dernièrement beaucoup (re)parlé de ce superbe récit de l'émancipation de cinq sœurs adolescentes en Turquie, dernièrement puisque on appris que le film représentera la France à l'oscar du meilleur film étranger, ce qui a entrainé quelques icompréhensions vu la nationalité plutot turque du film. 

Mais l'essentiel est ailleurs, l'essentiel est que  Mustang, qui a connu un beau succès public ( plus de 500 000 entrées en France ) est incontestablement un des meilleurs films de 2015, ce que les chanceux qui l'avaient découvert à Cannes à la Quinzaine des Réalisateurs.

 Oeuvre impressionnante de maitrise, de  fraicheur et de sensibilité avec un sens du cadrage et de la lumière particulièrement saississant, Mustang nous offre  ici et là des scènes réellement splendides et mettant parfaitement en valeur cette partie de la Turquie, rurale et bordée par la Mer Noire que l'on connait mal et qui offre pourtant de superbes panoramas.

Mais Mustang  n'est pas qu'une oeuvre magnifiquement mise en scène et mise en lumière, c'est aussi et surtout devrais je dire  un plaidoyer pour la liberté, et cette tentative  d'émancipation de la part des jeunes filles, qui refusent les traditions d'une société  patriarcale emplie de conservatisme et de pratiques qui vont à l'encontre d'une modernité comme la grande Instanbul, pas si éloignée de cette campagne turque la connait et la pratique, constitue  un formidable hymne à la féminité et à la liberté  envoûte  et révolte à la fois d'un bout à l'autre du film .

Long métrage lumineux et empli de soleil, Mustang est un film extrêmement beau et cruel, drôle et triste, passionnant à suivre ( et du coup plus interessant et plus incarné que le Virgin suicides à qui on l'a souvent incomparé).

Dans les bonus du DVD, la cinéaste Deniz Gamze Ergüven  est interviewée à Cannes par le critique  Olivier Père dans un court mais passionnant entretien, et  explique  notamment à quel point la Turquie est un pays double  avec un paradoxe que le film tente  de percer: à la fois extrêmement vivant, jeune et fougueux où tout peut arriver, et en même temps un pays avec beaucoup de problèmatiques et d'archaisme.

L'autre bonus du DVD, le premier court métrage de Deniz Gamze Ergüven, « Bir damla su » [Une goutte d’eau], montre une continuation dans le travail de la jeune cinéaste puisqu'il aborde la même thématique développée dans le Mustang, celui de la délicate affirmation du désir féminin dans le contexte oppressant d’une société patriarcale. Même si visuellement, le film est bien moins abouti que Mustang, ce court pouvait déjà porter en germes quelques promesses de ce magnifique Mustang.

 

Bande-annonce : Mustang - VOST