Avant que 2016 s'échève on décide de passer en revue tout ce qui fait l'actualité de notre site..après les livres sur le cinéma, les albums jeunesse, les albums de variétés françaises, les beaux livres et j'en passe, voici désormais les polars avec quatre romans policiers lus et chroniqués et quelques infos sur l'évenement polar lyonnais de chaque année, j'ai nommé quais du polar évidemment :

1.Nous allons mourir ce soir ;  Gillian Flynn

Couverture-Nouvelle-Flynn-mourir-ce-soir

« Si j’ai cessé de branler des mecs, ce n’est pas parce que je n’étais pas douée pour ça. J’ai cessé de branler des mecs parce que j’étais la meilleure. »

Voilà un incipit qui, si j’ose dire, n’y va pas de main morte pour une petite nouvelle très joliment édité par Sonatine, qui surfe sur l'immense succès de l'auteur des apparences dont on a dit tout le bien qu'on pensait du livre à sa sortie :

Je te manipule, Tu me manipules, elle te manipule :  Gillian Flynn, depuis  les apparences qui a donné au cinéma  l'immense « Gone girl »  de David Fincher,  nous manipule et on adore ça. Aucune raison de s'en priver cette fois encore!!

  2. Luz ; Marin Ledun ( J'ai Lu) 

 

luz_jai_lu

Non content d'être un un très grand styliste du roman noir hexagonal dont on vante les mérites depuis près de 5 ans sur ce blog,  : Marin Ledun,  s’impose aussi comme un excellent auteur de roman jeunesse qui dans ce Luz écrit en 2012 mais paru en poche chez J'ai lu en cette fin d'année, nous entraine sur les traces d'une jeune fille de 14 ans, qui sur une journée va vivre un écrit d'apprentissage sur l'adolescence,  intense et oppressant, magnifié par l'écriture à fleur de peau et pleine de sensations de Ledun.

Ballade apre et bucolique en même temps , ce court récit qu'on ne lache pas, nous plonge dans une  adolescence intense et forte en émotions, pleine de peurs... Ce court récit plein de sensations et de peurs est à lire,

On est épaté par la faculté qu'a l'auteur de se mettre dans la peau d'une adolescente très sensible qui a des raisons de craindre les adultes et qu'on ne peut s'empecher d'adorer dès les premières pages.

Un récit imprévisible, où l'ambiguïté est de mise sur les limites et le dépassement brille   par la moiteur de son ambiance, où la nature peut etre plus dangereuse qu'amicale et où les méchants ne sont pas forcément ceux que l'on croit.. Un roman particulièrement brillant. qui confirme tout le bien qu'il faut penser de cet immense auteur .

3.Megan Abbot;Avant que tout se brise (Editions du Masque)

 

avant

En lisant ce livre on nepeut que penser à Nadia Comaneci  cette jeune athlete roumaine  qui en 1976 a été la première dans sa discipline à décrocher la note du 10 parfait.  C'est aussi le but de Devon l'héroine du livre qui est, depuis son plus jeune age,  conditionnée pour l'atteindre.  

C'est  le rêve de ses parents et de toute la communauté de la petite vile d'amérique où ele vit. Rien ne l'arrête aucune blessure physique, pourtant les siennes sont impressionnantes, ni jalousie ne la détournent de ce qui est son seul but,  et celui aussi de ses parents.  

Mais qui est réellement  cette fille,  un monstre froid, incapable de sentiment ?  quelles horreurs seront couvertes  pour que rien ne contrecarre son ascension   ?

 La psychologie et les motivations de chaque personnage sont parfaitement étudiées,  et cette course effrenée à la réussite arrive à nous faire peur dans un thriller assurée par une des maitres incontestées du genre.

4. Terminus elicius; Karine giebel ( Belfond)

 

terminusKarin Giebel 'est une romancière qui a signé des thrillers reconnus par ses pairs et par les fans, dont les plus connus sont certainement ."Morsures de l'ombre", "juste une ombre" de "Meurtres pour rédemption". On avait lu et apprécié son Satan était un ange paru chez Pocket ; Terminus Elicius est en fait son tout premier roman réédité  en cette fin d'année 2016 par Belfond ( l'auteur a changé de maison d'édition récemment), agrementé d'une excellente nouvelle inédite, Aurore...

Encore un portrait de femmes, mais là plus agée que Luz, Jeanne, personnage torturée et plutot fragile psychologiquement qui voit sa vie basculer totalement le jour où ou Elicius le tueur en série qui sévit sur Marseille prend contact avec elle par des lettres qu'il lui dépose dans le train. Confrontée à des choix Cornéliens, embarquée malgré elle dans le sillage d'un tueur., on suit les choix et les décisions de Jeanne avec effroi et tension que l'auteur maitrise avec un brio certain..

Pas toujours vraisembable, certes mais haletant et prenant assurément..

 5. Quais du Polar 2017,  13e édition

quais-du-polar-2017

 Avant que 2017 ne pointe encore son nez, un petit mot sur évènement majeur sur la mappemonde du noir, l’édition  2017 du festival Quais du Polar se déclinera en un thème principal, « L’Europe d’Est en Ouest », puis en plusieurs  autres  thématiques.

En 2016, près de 80 000 visiteurs sont venus rencontrer  près de 130 auteurs de 23 nationalités  différentes.  Ils ont acquis 30 000 livres, soit 270 000€ de chiffre d’affaires pour les libraires partenaires.

Quais du polar explorera en 2017 des territoires inédits ou encore mécon- nus du polar : l’Allemagne, mais aussi plus à l’est la Roumanie, l’Ukraine, l’Estonie, la Pologne ou la Serbie. De nouveaux espaces singuliers  et souvent très sombres proposés à la curiosité des lecteurs.

  La musique  sera également  au cœur de l’évènement  : classique, rock, baroque,  jazz, électro... La playlist des auteurs est de plus en plus présente et porte parfois les lecteurs dans leurs différents univers romanesques. Avec la complicité de musiciens, la musique accompagnera une partie des rencontres du festival. Ainsi, par exemple, en partenariat avec le conservatoire  de Lyon et avec les musiciens, Donna Leon nous fera découvrir la musique baroque, Grégoire Hervier l’univers du rock et Marcus Malte nous plongera au cœur du jazz.

Afficher l'image d'origine

 True crimes, faits-divers romancés, enquêtes, les textes retraçant certaines affaires judiciaires ont été au cœur de la dernière rentrée littéraire. Comment aborder avec suffisamment de recul et de délicatesse des faits réels et comment la traiter de façon littéraire ? Quand la réalité se met au service de la fiction.

Parmi les invités, notez d’ores et déjà les présences de : arnaldur indriðason (Islande), ron rash (USA), megan abbott  (USA), Victor  del Árbol (Espagne), lisa Gardner  (USA), donna Leon (USA), Val mcdermid  (Grande- Bretagne) et philip Kerr (Grande-Bretagne),  Gila lustiger  (Allemagne), Zygmunt  miloszewski  (Pologne), andriy Kokotukha (Ukraine), Boydan teodorescu (Roumanie), dror mishani (Israël), qiu Xiaolong (Chine- USA). Et, côté polar hexagonal, celles de sandrine Collette, dominique sylvain, doa, michel Bussi, olivier truc, marin ledun, Bernard minier, Hugues pagan, Hervé le Corre, ian manook, et pour la première fois à Quais du Polar, Judith perrignon  et eva Joly.

Comme chaque année, des auteurs  dont les univers sont tournés  vers le noir, sans appartenir obligatoirement à la catégorie du roman noir et du polar, se joindront  à ceux précédemment répertoriés  : ivan Jablonka, marcus Malte, Harold Cobert, michel Pastoureau, david Vann (USA)... 

 Enfin, à quelques semaines des élections présidentielles, les questions du pouvoir, de ses abus et ses manipu- lations seront évidemment abordées avec les auteurs présents, français et étrangers. L’occasion de faire un tour du monde des réalités nationales et du monde globalisé.

 http://www.quaisdupolar.com/