Bon on va bientôt, à notre retour de vacances vous parler des livres de la rentrée littéraire de septembre 2016.. en attendant on revient un petit peu cette semaine sur les grands livres de la rentrée passée qu'on avait pas eu le temps encore de lire et qu'on a rattrapé ces dernières semaines. On commence par un roman américain , une saga foisonnante mélangeant petite et grande histoire que Michel a dévoré récemment :

emportera

« Le monde était bien trop vaste pour se préoccuper de la mort d’une jeune Indienne. En vérité, personne ne s’inquiétait de de savoir ce qui s’était passé ou pourquoi, de même que les gens n’aiment pas être confrontés à ce qu’il préfère ignorer à leur propre sujet.

De toute façon il régnait une telle chaleur qu’on pouvait difficilement faire autre chose que rester assis en secouant la tête avec tristesse. Oui, il valait mieux ne pas penser du tout à Prudence. »

Etat du Minnesota Aout 1942, la vie paisible dans une grande maison de vacances au bord d’un lac. En face un camp de prisonniers Allemands. Frankie le fils de famille et son ami Billy un jeune métis indien sont pressés de partir en Europe pour en découdre et défendre la démocratie contre la barbarie nazie.

Bien que tout frais émoulu de Princeton, Frankie se sent tellement plus proche de Félix, l’homme à tout faire de la propriété issu de la tribu Ojibwes, que de son père médecin notable à Chicago. Cet été signe la fin de l’innocence pour Frankie et Billy.

Tragique survivant de la première guerre mondiale, Félix voit tout, entend tout et se tait.

Un bon gros roman  que l’on dirait fait de plusieurs nouvelles. Une grande histoire d’amour mais pas celle que l’on croit, plusieurs destins en miroir, un indien au bord du lac. David Treuer, élève de Toni Morrison, écrit et décrit un monde et des personnages avec compassion et empathie.

Récit éclaté en plusieurs points de vue, elliptique et réaliste, « Et la vie nous emportera » est un roman épatant sur ce qui fait l’Amérique.

  Et la vie nous emportera  ; David Treuer editions Albin Michel