curising

 

À New-York, à l’aube des années 80. Face à une vague d’assassinats au sein de la communauté homosexuelle, le capitaine Edelson (Paul Sorvino) demande à Steve Burns (Al Pacino), un jeune policier new-yorkais, d’infiltrer le milieu gay SM pour mener son enquête.

Parce qu’il souhaite sauter les échelons et être affecté à la criminelle, Burns accepte. Mais cette mission atypique va peu à peu le plonger dans un brouillard de doute, et l’amener à s’interroger sur lui-même.

 

 Que dire de Cruising A sa sortie en 1980, CRUISING – LA CHASSE , dixième film de William Friedkin, a particulièrement choqué. ?

 

 

cruising-1-620x349

Avec Cruising, William Friedkin confirme sa fascination pour les personnages sur le fil, hanté par un passé particulièrement obscur.

Cruising prend avec le recul historique une sacré ampleur, on peut le voir comme une métaphore du SIDA qui allait bientôt décimer cette communauté.

Sachez au départ que Friedkin voulait Richard Gere qu’il trouvait beau et dur, un American gigolo gay...mais Pacino plus grande vedette a voulu le rôle....le roman à l’origine est tiré d’un vrai fait divers...un tueur qui découpait en morceau des gays a été arrêté. Lorsque Friedkin à écrit le scénario, en voyant le portrait du tueur il s’est aperçu qu’il le connaissait...Ça!! c’est de l’anecdote qui tue:   le gars était infirmier anesthésiste et avait fait de la figuration intelligente dans le film “L’exorciste” c’est lui qui joue un infirmier quand Régane, la petite fille, passe un scanner dans une clinique....pour écrire le scénario Friedkin l’a rencontré à la prison de Riker Island, le gars se souvenait à peine des meurtres qu’il avait commis, mais a demandé à Friedkin si il était content du succès de l’exorciste....le type à eu des réductions de peine il est sorti en 2004.....

 
  D’ailleurs la plupart des figurants étaient des clients de ces boites SM et il est émouvant de se dire que plus de la moitie des gens sur l’écran ,
jeunes et vigoureux sont décédés dans les années suivantes. Pacino qui devient à la fin “contaminé “ par le tueur peut être vu comme une épidémie....
 
Le tournage était épique et protégé par la police, en extérieur les militants gays perturbaient le tournage en criant, ce qui déstabilisait Pacino. Pour Friedkin et lui, le film n’était pas homophobe ils voyaient seulement une enquête de flic dans un milieu exotique: le milieu SM cuir...C’est d’ailleurs ce qu’est le film pas plus.....et le film à sa sorti n’a pas créé une vague d’homophobie....
 
Là où a lieu la brouille avec Pacino, c’est qu’il était chiant sur le tournage, il ne connaissait pas ses répliques et toujours en retard mais excellent...et surtout que Pacino n’était pas au courant que  le film ,par un montage astucieux montre que le flic après son immersion dans le milieu SM pourrait devenir un tueur de gays...
.Friedkin avait le “final cut” Pacino ne lui a pas pardonné.....Le film avec le recul historique montre un monde en danger ...le sida était déjà dans le sang et le sperme de beaucoup de gays dans les ghettos, mais pas encore déclaré...1980 on commençait à parler d’un cancer gays dû, peut-être, au poppers ou autres stimulants ...on peut voir le film comme la fin d’une insouciance et le début d’une immense peur.
Crusing, un film de genre qui fonctionne forcément à doses de transgression continue de marquer comme témoignage d’une singulière personnalité d'un cinéaste à part
 
 
Dernière anecdote fameuse sur le film Un suspect est interrogé durement par deux flics dans un bureau, le suspect clame son innocence. La porte de la pièce s’ouvre, un grand black costaud avec un chapeau, des bottes et vêtu d’un seul string s’avance et fiche une claque magistrale au suspect et ressort....déstabilisé le gars commence à parler...c'était parait-il une technique utilisée par les flics à l’époque, car si le suspect se plaignait à un juge qu’un grand black avec des bottes et un string lui avait fichu une baffe le juge ne le croirait jamais...
Le film, sorti au début de l’ère Reagan, n’a pas plu, il fallait des films positifs de gagneur ou qui rassurent: Rocky....la guerre des étoiles...les aventuriers de l’arche perdue....
Le film en tout cas reste un sacré documentaire sur un New-York qui n’existe plus....