pc3a9kin-pirate

   "Les gagne-petit ont bien du mal à faire bombance dans ce foutoir pékinois, mais y crever de faim est tout aussi difficile..."

 "Pékin pirate", du romancier chinois Xu Zechen, paru en poche aux éditions POINTS, est une plongée dans le quotidien d'un jeune homme venu de la campagne, qui tente entre magouilles et escroqueries de s'en sortir dans la jungle pékinoise

 

Ecrit par un des écrivains chinois les plus prometteurs de sa génération, Pékin pirate est  le portrait d'une génération et d'une ville dans laquelle le commerce illicite est monnaie courante. et où l'on rencontre dans les quartiers nord de Pékin divers petits trafiquants, des marginaux.

 Pékin pirate" décrit avec réalisme le rude quotidien d'un jeune Chinois,  qui, comme des milliers d'autres, se voient débarqués de leur province pour faire fortune à Pékin.

  Dun Huang sort de prison en pleine tempête de sable. Il ne sait pas où aller dans ce Pékin qu’il connaît si mal. Lorsqu’il rencontre une jeune femme qui vend des DVD, il saisit sa chance et accepte d’aller au restaurant avec elle mais il tient à l’inviter, même s’il a très peu d’argent. Xia n’est pas dupe et comprend vite que Dun Huang a besoin d’aide.

Ce sont des gens ordinaires qui sont venus de leur campagne tenter leur chance à Pékin; des petits trafiquants attachants, perdus dans les trafics, qui  vivent dans un monde souterrain faits de petits boulots illicites, entre corruption et alcool pour noyer ses peines.

Dans ce « Pékin pirate », récit  réaliste d'’un pays en pleine mutation, on y découvre cette Chine des années 2000 dans lequel  les laissés pour compte du capitalisme à la chinoise rejoignent la capitale où ils vivent d’expédients, sans perdre de vue leurs rêves modestes, avoir un toit et fonder une famille.

Phrases courtes, construction rythmée : le lecteur est emporté par l'énergie de ce roman captivant qui offre une vision de l'intérieur sur la nouvelle Chine.

 L’auteur s’en tient au factuel, ne s’embarrassant pas de descriptions psychologiques, l’on apprécie l’humour de certains dialogues de l'ensemble et on note la belle traduction de Eric Abrahamsen.

Un joli roman qui dépayse et se lit avec grand plaisir !