Depuis la rentrée, une pluie d'excellents films français,  (Les Chatouilles,  Un amour impossible Le jeu, Le grand bain,En Liberté, Amanda …)  tous susceptibles de figurer dans notre top 10 final...

Le dernier en date, Pupille, sorti en salles le 5 décembre ne dépareille pas du tout et lui aussi vient se poser en sérieux challenger:

 

PUPILLE_FORMAT TWITTER_1500x500_PRO

 

"Elle l'adore", le premier long-métrage de Jeanne Herry.  nous avait totalement emportés  par la finesse de son écriture et la singularité de cette histoire entre la comédie noire et le thriller anxiogène.

Quatre ans après, Jeanne Herry confirme  cet essai  de façon particulièrement brillante avec un film totalement différent et réussit un pari bien casse gueule sur le papier.

Elle parvient largement à éviter le film à thèse - dossiers de l'écran- autour d'un sujet qui pouvait  largement s’y empêtrer).

Résultat de recherche d'images pour "pupille film"

Et son "pupille " sorti en salles mercredi dernier, est à la fois humain, touchant et permet de réaliser pleinement tout ce qui est mis en branle derrière le mot adoption.

Jeanne Herry (qu’on a eu la chance de rencontrer pour une interview à venir prochainement sur baz’art) raconte ce qui pourrait ressembler à un véritable  «  parcours du combattant «   pour un processus de l’adoption où tout le monde se dévoue corps et âme à une mission de sauvetage de ces enfants souvent bien mal embarqués dans la vie.

Le film donne très  joliment la parole à l'ensemble des protagonistes de l'aide sociale à l'enfance (éducateurs, aidants familiaux, assistants sociaux) qui s’investissent énormément dans le destin des enfants dont elles ont la charge et doivent  également garder la tête froide devant toutes les situations.

┬® 2018 TRE╠üSOR FILMS - CHI-FOU-MI PRODUCTIONS - STUDIOCANAL - FRANCE 3 CINEMA - ARTE╠üMIS PRODUCTIONS 3

" Pupille"  réussit le tour de force de mêler avec beaucoup d'habileté la partie un peu documentaire sur la complexité du circuit administratif de l’adoption  et une autre partie bien plus fiction et le romanesque  autour de ces femmes ( et aussi homme avec le très beau personnage joué par un Gilles Lelouche qu’on ne reconnait décidemment plus) qui forment une chaine humaine porteuse d’énormément d’empathie et de bienveillance.

Ce qui est rare dans un film qui privilégie l’aspect pédagogique, c’est que la partie fiction est  remarquablement écrite car elle sait ménager de bien brillantes séquences  d'émotion, de suspense et de tendresse, avec des personnages souvent très bien écrits, avec la nuance adéquate.. (on pense notamment au  personnage de la maman solo, incarné par une Elodie Bouchez qu’on est ravi de retrouver avec un si beau personnage qui exerce le beau travail d’audio descriptrice dans un théâtre, ).

pupille_film

La narration est extrêmement  délicate et tressée avec une pudeur permanente. Par ailleurs,  le message du film sert de façon très intelligente tout l’héritage de  François Dolto, à savoir que  tout est langage et qu' il faut ,dès son plus jeune âge,  raconter la vérité au bébé pour que celui-ci puisse s’épanouir  pleinement.

Les excellents comédiens (Lelouche et Bouchez donc mais aussi   Kiberlain ou Clotilde Mollet qui apporte une spécificité étonnante à un personnage d’assistante sociale)  se mettent tous au  diapason de ce sujet qui impose humilité et sobriété   et l’intrigue se déroule  tout au long du film sans longueurs ni pathos.

Plus réussi encore  que le déjà pas mal Réparer les vivants sur un thème proche, Pupille est l’un des plus beaux coups de cœur ciné  de cette fin d'année  et pourrait clôturer ce qui aura  assurément été une bien  belle année pour le cinéma français.

PUPILLE - Bande annonce FR