La Favorite de Yórgos Lánthimos (Canine, The Lobster) est sorti mercredi dernier, une fresque ultra nominée   aux  prochains Oscars, que Michel a vu pour nous  :

The Favourite

Tandis que les Tories et les Whigs se disputent au parlement et que la guerre contre les Français vide les caisses de l’état,  Queen Anne soigne sa goutte et ses lapins domestiques en laissant sa favorite Lady Sarah Churchill, ambitieuse femme à poigne, régler le quotidien de son château et la politique de son pays.
L’arrivée d’une jeune cousine, Lady déclassée, va bousculer la relation fusionnelle de la reine et de sa première dame.
A ambitieuse, ambitieuse et demie, règle numéro un ne jamais sous-estimer son adversaire, surtout, surtout si on l’a humilier à la première rencontre. Le dix-huitième siècle poudré et perruqué comme si on y était.

la_favourite_3-25e41

Ambition, trahison, amour saphique, la cour et ses complots, ses alliances secrètes, ses mensonges et ses forfaitures: que la fête commence, la paix du royaume est à ce prix.
C ’est un bon spectacle qui réussi à surprendre même si l’histoire d’ambition et de trahison est un peu déjà vu,  en mieux, chez Tavernier ou Kubrick par exemple.
Cependant,  la relation de ses trois femmes est tout de même très bien menée, c’est, en plus, une histoire vraie - qu'on peut vérifier sur un site d’histoire de la Grande-Bretagne....
Lanthinos lorgne vers un mélange de Kubrick et de Tarantino.... Moderne, ambitieux, Yorgos Lanthimos a réussi son pari, révolutionner le film de cour.
Plus que jamais , ce Lanthimos est un metteur en scène à suivre.
 

Bande annonce - La favorite (2019)