lesmainsvidescouv24012019

 "Soneri bouillait de colère. Il ne reconnaissait plus sa ville ni le peuple de sa ville. Sa nature polémiste, sa rebellion anarchiste, son intolérance à tous les injustices et son goût pour les barricades, où  étaient ils passés? Ses yeux de commisaire  voyait défiler une communauté réduite en bouillie, et la chaleur n'était plus qu'une représentation physique d'une dérive bien plus profonde."

 

Nous avions fait connaissance avec le commissaire Soneri, "créature" du romancier italien Valerio Varesi, .il y a déjà trois ans avec  Le Fleuve des brumes   un des tous premiers romans écrit par la maison d'édition AGULLO , instillant une ambiance très brumeuse, où le Pô révélait des secrets enfouis, et où notre cher Soneri développait une personnalité bien singulière, entre introspection et mélancolie latente.

Depuis, deux autres romans de Valerio Varesi parus en France ( la collection complète des 10 enquêtes a été publié en Italie de 1998 à 2010) ont développé les enquêtes du commissaire Soneri , hélas nous sommes passés à côté de ceux ci,, et nous avons raccrochés les wagons de la saga Soneri, en ce printemps 2019 avec la sortie du 4e volet, Les mains vides, dans lequel Valerio Varesi nous plonge cette fois ci dans l'ambiance de la ville de Parme, dans une Parme aoûtienne et totalement étouffée par la canicule.

Dans cette ambiance entre Chandler et Simenon, se dégage surtout celle d'une Parme en fin de règne, une ville qui tente tant bien que mal à se raccrocher à son flamboyant passé, mais qui ne parvient pas à juguler une nouvelle criminalité venue d'ailleurs, plus violente et aux yeux d'un Soneri plus que jamais désabusé, moins élégante que celle qu'il connaissait bien …

Foto Valerio Varesi ┬® Andrea Bernardi

(© Valerio Bernardi)

Dans ce Parme crépusculaire, un commerçant que l'on cherchait à intimider trouve la mort. Mais ce qui semble le plus préoccuper le commissaire Soneri, c'est plus encore, que ce meurtre mystérieux, le vol de l'accordéon de Gondo, un musicien des rues qui joue devant le Teatro Regio, et qui pourrait bien cristalliser les symptômes du mal qui ronge la ville.

Varesi , journaliste d'investigation depuis 30 ans, n'a pas son pareil pour décrire formidablement bien ce Parme qu'il connait si bien, et son évolution au fil des décennies d'une ville prolétaire qui, certes ne connait pas la même criminalité que les villes du Sud de l'Italie - on est loin du Naples terrifiant de Roberto Saviano mais qui doit faire face à cette criminalité financière qui voient des personnes pratiquer l'usure et piétiner allègrement le droit des pauvres gens serrés jusqu'à la corde et broyés par la précarité économique.

Varesi , journaliste d'investigation depuis 30 ans, n'a pas son pareil pour décrire formidablement bien ce Parme qu'il connait si bien, et son évolution au fil des décennies d'une ville prolétaire qui, certes ne connait pas la même criminalité que les villes du Sud de l'Italie - on est loin du Naples terrifiant de Roberto Saviano mais qui doit faire face à cette criminalité financière  qui voient des  personnes  pratiquer l'usure et  piétiner allégrement  le droit des pauvres gens serrés jusqu'à la corde et broyés par la précarité économique.

valerio_varesi-e1490255643388-810x340

 

 

 

Au cours de son l'enquête, Soneri va être très vite confronté au problème du blanchiment de l'argent, oeuvres de grands groupes criminels venus du sud de l'Italie qui vont ternir les entreprises et le marché immobilier du Nord, entrainant dans son sillage, son cortège de corruption et de violence..

 

A travers cette peinture d'une Parme en pleine mutation économique, c'est tout le libéralisme économique que semble fustiger Soneri ( et Varesi avec lui sans aucun doute) : les coupables que recherche Soneri à travers son enquête, sont les prototypes de l'avidité et de l'égoïsme inhérent à la mondialisation actuelle et nul doute que le Parme de 2005 ( année à laquelle Varesi a écrit ce livre) portait en elle les prémisses du Parme de 2019."

 


Soneri, face à cette peinture cruelle et terrifiante de la société actuelle, sait plus que jamais, que son rôle a des limites et qu'il ne peut pas grand chose pour contrecarrer cet état de fait.

 "Ta sensibilité. Si tu étais un flic comme les autres, tu n'en aurais pas grand chose à foutre de toutes ces horreurs. La vérité, c'est que tu es un moraliste. C'est ça qui te fout en rogne. Tu n'as pas renoncé à tes idéaux et quand tu vois la réalité  s'en éloigner, tu deviens enragé. Si beaucoup de tes collègues continuent d'avancer bêtement, c'est qu'ils n'affrontent rien."

Soneri, face à cette peinture cruelle et terrifiante de la société actuelle, sait plus que jamais que son rôle a des limites et qu'il ne peut pas grand chose pour contrecarrer cet état de fait.

 

parma-cathedral-square-duomo

 Anticonformiste  idéaliste, observateur à l’œil bienveillant, résigné, introspectif, Soneri le moraliste donne constamment  l'impression d'aller contre le vent,  et continue d'intriguer le lecteur dans ce roman dont le titre " les mains vides", renvoie totalement à ce sentiment d'impuissance,  de fatalisme, voire d'échec....

En ce sens le dénouement, particulièrement pessimiste mais  hélas lucide va a contrecourant des romans policiers traditionnels où le mal est brisé et pourrait dérouter ceux qui s'attendent à un représentant des forces de l'ordre infaillible et déductif..

Ceux qui en revanche aimeront les personnages qui ne vont pas dans le moule et également et surtout, une plume élégante et délicate, seront ravis de faire ce voyage mélancolique et profond en compagnie du formidable commissaire Soneri..

Valerio Varesi / Les Mains vides Italie (2004) – Agullo (2019) Titre original : A mani vuote
Traduction par Florence Rigollet

 

montelupo2

 

A noter que les ombres de Montelupo: le précédent roman des enquêtes du commissaire Soneri de Valerio Varesi  vient de paraître en poche chez Points