lesparfums120franceinfoweb

 Sept ans après le modeste et très sympathique L’Air de rien, qui avait fait découvrir au grand public le génial Grégory Montel et offert un joli rôle au regretté Michel Delpech, le réalisateur Grégory Magne revient avec un second long métrage, "Les Parfums", qui marche sur les mêmes traces  que son premier, à savoir un film a priori simple et humble mais qui cache quand on gratte un peu, des trésors de délicatesse et de sincérité.

 Sur un cadenas très classique -deux personnages et  caractères totalement opposés et mal assorti vont s'entraider et se faire mutuellement du bien, Les Parfums brode une petite musique finalement bien moins convenue et instillant autant de tendresse que de fantaisie dans ses personnages et ses situations.

Parfums1

Certes son duo  de protagonistes, ce chauffeur ordinaire et un peu au fond du trou et cette ancienne grande créatrice de parfum désormais au creux de la vague  n’a strictement rien en commun et va au fil  du récit se rapprocher, apprendre l’un de l’autre pour modifier leurs regard et leurs senteurs sur les choses .

Ces heures passées ensembles vont permettre à l'un et à l'autre des deux personnages centraux des Parfums  autant de s’épanouir et de créer des liens, même si cela se fera de façon progressive et devant une caméra de Grégory Magne qui sait prendre son temps et montrer la beauté des petits riens.

Parfums0

Comme l'un des deux personnages est un chauffeur on pense forcément à des films comme Miss Daisy et son chauffeur ou le récent Green Book, mais avec une  vision plus "mezza voce" ( on est dans un film français) tout aussi réjouissant. 

Les Parfums raconte surtout comment se rejoignent et comment la  roublardise de Guillaume va finalement épouser  l’austérité et le perfectionnisme d’Anne Wahlberg, ce grand nez loin de ses heures de gloire.

les-parfumsstill-06scope00246137

Sans  jamais verser dans la comédie  lourde- certains personnages secondaires apportent une vraie truculence tels Gustave Kerven en gérant d'une société de chauffeur de maitre droit sorti d'un film de mafias de Scorsese, on est séduits par cet optimisme prégnant qui irrigue le récit et qui permet à ces deux "héros" proches de la sortie de route de s'accrocher à leurs rêves et à leurs espoirs.

 

Road movie singulier et touchant ,   "Les Parfums" est avant tout un film sur les apparences et les a priori  et qui repose sur un duo d'acteurs particulièrement choisi ..

Grégory Montel, devenu depuis l'air de rien une star du petit écran avec  la géniale "dix pour cent" , est toujours aussi à l'aise en type lambda derrière la caméra de Grégory Magne et  pour lui donner la réplique, Emmanuelle Devos digne même dans la défaite est vraiment formidable  .

 

kj17015

Si on ajoute à ce tableau déjà très positif  la très belle bande sonore de Gaëtan Roussel - qui ajoute à son immense talent celui de  compositeur de musique de  film,   on ne pourra qu'être convaincus- et vous convaincre accessoirement? par le fait que "Les Parfums" , comédie douce amère qui touche profonément par son humanité et sa sincérité est un des films immanquables de cette période si particulière de réouverture de salles .

Au cinéma le 1er juillet