S’il délaisse les personnages de L’Amie prodigieusele nouveau roman de la toujours mystérieuse auteure italienne continue de nous épater :

G04390

"Au fond Naples, reste toujours elle-même, c’est sa malédiction.”

Le nouveau roman d'Elena Ferrante commence comme un effondrement dans la vie de Giovanna, 12 ans. Ou comme une éruption peut être : L'action se situe à Naples et les quelques mots -"Elle est laide" prononcés à voix basse par son père, à propos d'elle, ne la paralysent pas mais la poussent au contraire à sortir du cadre de son milieu bourgeois. 

Laide car ressemblant à Zia Vittoria, accusée de tous les maux et vivant dans un quartier pauvre de Naples. Giovanna n'a alors plus qu'une obsession, faire connaissance avec cette tante.



La vie mensongère des adultes marque la fin de l'innocence, la fin d'un monde en noir et blanc et suit les étapes de l'accession à l'âge adulte de Giovanna.

C'est sombre (plus que la saga qui a fait le succès de l'auteure), ça gratte là où ça dérange, c'est brut (mais je m'attendais à être plus choquée vu ce que j'ai lu...je dois avoir un seuil de tolérance plus élevée pour la sexualité que pour la violence).

Giovanna apprend que les adultes qui répètent aux enfants de ne pas mentir, mentent souvent mais peut être que devenir adulte c'est aussi voir ses parents comme ils sont vraiment avec leurs défauts, leurs vices et leurs imperfections et non comme des héros inatteignables. 

Dans le quartier Rione Luzzatti, au cœur de Naples, en 2017..

Elena Ferrante dissèque avec une minutie et une justesse folle les bouleversements liés à l'adolescence. Elle dessine, avec puissance, une nouvelle fois, le portrait d'une jeune femme qui cherche à s'affranchir de tout homme (le père, l'amoureux impossible, l'amant ), à s'affranchir des cases dans lesquelles la famille veut vous mettre ...pour être résolument libre ! 

 « La Vie mensongère des adultes » (La Vita bugiarda degli adulti), d’Elena Ferrante, traduit de l’italien par Elsa Damien, Gallimard, « Du monde entier », 416 p., 22 €, numérique 16 €.