PLAT1-Femmes300DPI

"J'ai longtemps eu le sentiment de ne pas avoir le droit de perdre",  Amélie Mauresmo, championne de tennis.

On ne présente plus Léa Salamé, journaliste politique vedette de la matinale de France Inter et des émissions politiques de France Télévisions.

Dans  « Femmes puissantes » sa toute première publication écrite, elle rassemble douze entretiens d’abord diffusés à la radio, -montés sous forme de podcasts- menés avec des femmes qui ont profondément marqué la journaliste politique.  

D'Eliizabeth Badinter à Leila Slimani, de Béatrice Dalle à  la chirurgienne Chloé Bertolus, en passant par Christiane Taubira, toutes ces femmes à priori assez dissembables mais qui partagent toutes en commun un courage, une liberté de parole que les interviews de Salamé ne font que rejaillir .

"Si je vous dis que vous êtes une femme puissante, que me répondez-vous? »; voilà la première question qui ouvre chacun de ces entretiens.

Un terme de "puissant(e") qui n'est évidemment pas choisi au hasard puisqu'encore bien collé au masculin, comme l’ambition. 

Ces douze femmes racontent leur volonté  d’émancipations, de quêtes et d’affirmations acharnées dans un monde où la puissance est la plupart du temps l'apanage des hommes.

 Léa Salamé  dévoile ainsi une sorte de panthéon  personnel féminin personnel,  sans pour autant que cela soit un manifeste féministe militant, mais qui dessine en même temps une cartographie de femmes aux parcours bien atypiques.

Des femmes qui ont chacun de leur coté livré un combat presque permanent contre les préjugés de la société, sans renoncements, mais non sans douleurs parfois. 

Femmes puissantes, de Léa Salamé, éd. Les Arènes, 304 p., 20 €