Grâce à une interview par visio lors du  dernier festival Ciné Latino de Toulouse Rodrigo Sepúlveda nous parle de Tengo miedo torero, qui raconte une histoire d’amour homosexuelle, entre révolution, manipulation et peur, dans le Chili de Pinochet

   Le film a reçu deux prix au Ciné Latino de Toulouse, le  PRIX CINÉ + et le  PRIX DU PUBLIC LONG-MÉTRAGE DE FICTION LA DÉPÊCHE DU MIDI

 Voir notre critique ici meme 

tengo miedo

" Tengo miedo torero, est tiré d’un roman de Pedro Lemebel,un écrivain très connu au Chili et notamment ces dernières années. Le Chili a traversé deux années de luttes et de révolte impulsée par une jeunesse qui voulait se rebeller contre les injustices et les discriminations faites au minorité, et la personnalité de Lemebel, activiste transgressif qui n'a jamais eu peur de dire ce qu'il pensait du pouvoir et de son oppression  a été beaucoup utilisé par les manifestants . 

Fils d'un boulanger d'un quartier très pauvre de Santiago , Lemebel était un  homme atypique aux multiples talents,mort en Janvier 2015,  trés connu dans son pays et dans le monde littéraire hispanique. Il a beaucoup contribué à ce qu'au Chili on aborde certains sujets et un film comme Une femme fantastique de Sebastien Lellio n'aurait jamais vu le jour sans ce qu'avait écrit auparvant Lemebel.

 

Courtesy-of-Grandave-scaled

"Lemebel est le premier au Chili à installer la diversité sexuelle dans le débat public.Il est devenu embl ématique pour ses écrits mais aussi pour s'être opposé à la dictature avec son corps. Et il met mal à l'aise l'establishment, de droite comme de gauche.

. Tengo miedo torero,  qui situe son intrigue dans le Chili de Pinochet où les homosexuels et les révolutionnaires appelés automatiquement communistes sont mis dans le même sac,  livre une histoire d'amour originale que j' avais très envie de filmer, depuis longtemps, depuis ma toute première lecture du livre en 2005, quatre ans après sa parution au Chili.  

C'est un  texte partiellement autobiographique qui relate le profond clivage de la société chilienne entre pauvres et riches et les affres de la dictature. et qui raconte que les homosexuels ont toujours été mal vus dans la société, aussi bien par les militaires que par les communistes. 

C'est l'histoire de deux êtres marginaux, l'un vivant dans la clandestinité politique, l'autre dans la clandestinité sexuelle, et si le film a connu un vrai succès au Chili, avec 300 000 streamings en quelques jours, cela est lié à la renommée de Lemebel et à ces personnages aussi complexes qu'attachants que j'ai voulu mettre en scène. "


Festival Cinélatino | Critique : Tengo miedo torero - Le Polyester

"L'adaptation du roman  était difficile car Lemebel est avant tout un poète avec une prose  sensuelle, flamboyante, baroque, burlesque, il a fallu un peu mettre de coté ce coté poète pour rendre le récit plus narratif et plus intime ."

Le film a également  connu un beau succès au Chili  grâce à l'intérpétion d'Alfredo Castro,acteur immense au Chili qui a réussi à montrer les différentes facettes du personnage de la folle ( La Loca), celle exubérante du monde de la nuit, celle passionnée et amoureuse, celle du jour qui doit se travestir en homme pour passer outre la dicature ...Alfredo a été génial car sans jamais en faire trop il restitue toute cette ambivalence avec énormément de brio"