Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Baz'art  : Des films, des livres...
14 juillet 2023

"Les Cahiers d'Esther - Histoires de mes 17 ans" de Riad Sattouf

 

560x315_sc_untitled-design-2

Huitième tome des Cahiers d'Esther : plus les années passent, plus le projet de départ de Riad Sattouf prend une tonalité différente : accompagner une adolescente dans sa vie quotidienne et traduire ses récits en une BD populaire est plus délicat que la simple illustration de mots d'enfant. 

Dans ce nouveau tome, Esther, à l’orée de l’âge adulte, fait partie de la kyrielle d’adolescents qui peuplent le travail de Sattouf depuis ses débuts, de "Retour au collège" à "La Vie secrète des jeunes" en passant par "Les Beaux gosses". 

Car elle a bien grandi, Esther, depuis ses débuts à dix ans. Elle est au lycée elle a toujours les mêmes copines. Elle aime toujours autant ses parents, dort dans une petite chambre avec son petit frère, le grand ayant quitté le nid pour devenir le businessman de droite qui couvait depuis des années, elle fait un peu la fête, mais surtout du babysitting pour se faire des sous, stresse pour le bac de français, passe des heures sur son portable.

Pas d'histoires d'amour dans ce tome 8 - on sent qu'Esther ne raconte pas tout à Tonton Riad pour ne pas voir tous ses secrets explosés en plein jour et un quotidien parfois banal, mais en même temps toujours aussi touchant et universel. 

Cahiers d'Esther T8 image

 Esther, ainsi, regarde l’élection de Macron, le début de la guerre en Ukraine, l’évolution des critères et représentations de genre, l'utilisation des applis de rencontre, les inégalités sociales, depuis son expérience de jeune parisienne : à la fois le petit bout de la lorgnette, et toujours quelque chose très représentatif et très interessant sur la jeunesse contemporaine, à la fois acteur et spectateur du monde d'aujourd'hui et son lot d'angoisses permanentes.

Riad Sattouf Les Cahiers d'Esther, "Histoires de mes 17 ans", paru le 1er  juin 2023 aux éditions Allary.

Commentaires