dimanche 14 août

Bliquiss, le réquisitoire intelligent de Saphia Azzedine sur le fontamentalisme

" J'avais treize ans lorsqu'on me maria à un homme vieux et ventripotent. Il n'était pas si âgé à dire vrai, mais il avait le visage buriné par le vent affronté sur les bateaux de pêche. Il avait été pécheur avant d'être homme à tout faire.Il avait quarante-six ans. Ce fut horrible de l'épouser. Répondre cela était trop attendu par mes détracteurs,alors je choisis de les renseigner sur une autre facette de mon mariage. - Monsieur le juge, vous avez été charpentier n'est ce pas?Alors, essayer de faire rentrer une vis de 10 dans une... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 13:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mardi 02 août

Les jours de mon abandon : lla mystérieuse Elena Ferrante nous livre une intense descente aux enfers

  "Un après-midi d’avril, aussitôt après le déjeuner, mon mari m’annonça qu’il voulait me quitter. Il me le dit tandis que nous débarrassions la table, que les enfants se chamaillaient comme à l’ordinaire dans une autre pièce, et que le chien rêvait en grognant devant le radiateur."  Elena Ferrante est à la fois un auteur plébiscité dans le monde entier (près de 2,5 millions d'exemplaires vendus, avec des traductions dans 42 pays) et un succès planétaire de sa saga L'Amie prodigieuse, et le nom de plume d'un écrivain qui... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 20:36 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 02 août

Obia: le polar de l'été dépaysant et captivant

     « La mort d’une mule, tuée par une autre mule. Une histoire de jeunes en difficulté financière, rien de plus. Un meurtre tragique rappelant le triste quotidien d’une partie de la jeunesse guyanaise. De cette jeunesse si nombreuse qui se cherchait un avenir en dehors du système. » Clifton, Bradley, Willy, à peine plus de vingt ans, des destins brisés, symbole d’une jeunesse sans espoir. Trois jeunes hommes morts de mort violente. Ils devaient partir pour la France, l’estomac chargé de capsules de cocaïne. Le... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 06:07 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
lundi 01 août

Gainsbourg sans filtre : une enquête à travers le personnage Gainsbarre

  " Catherine Deneuve a eu le dernier mot. C'est elle, qui sur la tombe fraiche a lu l'oraison funebre de Gainsbourg. Le texte de Fuir le onheur avant qu'il ne sauve. Des lunettes noires masquaient son profond chagrin."  Gainsbourg nous a quitté le 2 mars 1991. A l'occasion des  25 ans de sa disparition , une profusion d'ouvrages sont sortis et la plupart des biographies plutot classiques et élogieuses de celui qui reste comme  la figure de proue marginale d’une tradition musicale irrévérencieuse, qui arpente la... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 22:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 28 juillet

Poche pour cet été: Pardonnable, Impardonnable

  « J’ai attrapé mon manteau, embrassé mon fils, tenté une sorte d’accolade, poitrine contre poitrine comme on le fait entre hommes. Je lui ai répété que je l’aimais plus que tout au monde, ce qui était vrai, que nous étions les plus forts lui et moi, puis j’ai ajouté qu’il était beau, et qu’il ressemblait à un héros, et  ça c’était faux bien entendu, il avait un aspect  fantomatiques avec ses bandages sur le crane,  son sourire légèrement tordu, son pansement taché sur la joue, sa peau autrefois douce... [Lire la suite]
mercredi 27 juillet

Le plein de poches à mettre dans les valises pour le départ en vacances

     Personnellement le départ en vacances à la mer, c'est très prochainement pour moi, et l'occasion de parfaire son bronzage et ses lectures et souvent en poche, bien plus pratique à mettre dans la valise cet été? J'avoue ne pas encore avoir fait mon choix cornélien à sélectionner dans ma PAL car pas mal de titres alléchants se bousculent au portillon En tout cas, parmi les poches qu'on a lu récemment, ou qu'on avait lu en grand format et qui sont sortis en poche, pas mal de belles et  grandes... [Lire la suite]

lundi 25 juillet

Une fille est une chose à demi : un roman irlandais fort et dérangeant

« Un jour je t’ai vu. Cette ombre artificielle sur les yeux. Ce gravier de l’aire de jeu sous tes semelles. Quatre ou cinq d’eux avec toi. Assis. Manteaux serrés sous le menton et les yeux vigilants pleins de fumées de clopes. » Présentation de l’éditeur Une fille est une chose à demi nous plonge dans les replis intimes de l’existence d’une fille en devenir. La voix âpre et puissante de sa narratrice, grandie au sein d’une famille brisée, dans une Irlande écrasée par le poids de la religion, happe littéralement... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 17:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 25 juillet

L’étoile d’argent ;Jeannette Walls : on dirait le sud

« Elle disait que nous étions magiques, toutes les trois. Que même si elle devenait très célèbre un jour, rien ne compterait jamais plus à ses yeux que ses deux petites filles adorées. Que nous formions une tribu. La tribu des trois. Que trois était un chiffre parfait. » Californie 1970. Une mère fantasque qui rêve de gloire, une mère en rupture familiale, une mère toujours prête à suivre le premier guignol venu, ce n’est pas facile à vivre pour Bean et Liz respectivement âgées de douze et quinze ans. Alors le jour où cette mère... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 05:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
vendredi 22 juillet

Quand les romanciers français s'emparent du réél

   Encore quelques livres de la saison 2015-2016 à recenser avant que ceux de la rentrée littéraire viennent tout renverser sur leurs passages.. et parmi eux, à l'instar du dernier Philippe Jaenada  pas mal de romanciers français ont décidé de partir d'un fait ou d'un personnage réeel pour tisser une fiction autour.... Petite revue de trois romans interessants à ne pas oublier pour les vacances d'été..  1.Babybatch ;   Isabelle Coudrier     « Ils étaient là, assis tous les trois dans... [Lire la suite]
mercredi 20 juillet

La grande arche; Laurence Cossé : la parole est à la Défense

  « Si l'Arche est ce qu'elle est, cette porte de Paris, si puissante et si singulière, c'est que Spreckelsen était inexpérimenté, déraisonnable, non conforme et d'une folle présomption. Les concours ouverts créaient des appels d'air, des appels de neuf, de risque. Ils donnaient sa chance à Icare. » Dans son nouveau roman, paru en début d'année 2016 chez Gallimard et qui fut finaliste du prix Orange - dont j'ai récémment parlé du lauréat,  la romancière émérite et reconnue Laurence Cossé nous présente un livre... [Lire la suite]