mercredi 25 novembre

Debout payé: le vigile, observateur avisé de notre société mercantile..

 » Ennui, sentiment d’inutilité et de gâchis, impossible créativité, agressivité surjouée, manque d’imagination, infantilisation, etc., sont les corollaires du métier de vigile. Or, militaire est une forme exagérée de vigile. » Dans ma chronique littéraire du roman " Ressources Inhumaines" de Frédéric Viguier ( qui m'a valu quelques commentaires désobligeant d'un dénommé Bob de sinistre mémoire), je m'interrogeais sur le fait que le métier de vigile était de plus en plus un personnage central de films ou de romans de ces... [Lire la suite]

dimanche 08 mars

Brèves de comptoir : la fausse bonne idée de l'adaptation du recueil de Gourio

  Genre littéraire qui s'ignore, la brève de comptoir tient à la fois de l'acte manqué, de l'aphorisme à usage unique et de la fusée baudelairienne ; il fallait un poète à l'oreille bien tendue pour en saisir toutes les nuances et ce fut Jean-Marie Gourio qui s'y colla pour devenir le vrai spécialiste de la Brève de Comptoir.  Déconcertantes, drôles, poétiques, désarmantes, subtiles, facétieuses, les Brèves saisies au vol au cours de ces dernières années que l'on croit condamnés mais qui résistent aux assauts des... [Lire la suite]
vendredi 11 avril

Lelouch, on (je, plutôt) t'aime !!

Il y a maintenant presque trois ans, je vous expliquais pour quelles raisons, et ce, à l'inverse d'une immense majorité de cinéphiles, j'aimais énormément le cinéma de Claude Lelouch.  Et comme il y a trois ans, la sortie de son "Salaud on t'aime", mercredi de la semaine passée, a démontré à quel point Claude Lelouch continue de susciter autant de passions et de détestations. Rarement un cinéaste français n'aura en effet provoqué un tel clivage entre les fans et les détracteurs du cinéaste presque octogénaire. Et si son... [Lire la suite]