Si j'avais dit la semaine dernière que j'avais envie d'aller à l'encontre du cinéma d'horreur et tenter ce It Follows, c'est finalement Michel le premier à avoir osé l'expérience.

Il y est allé sans connaitre grand chose juste le petite bonhomme de Télérama qui saute de joie (argument suffisament imparable pour nous deux),  et c’est mieux comme cela car l’histoire n’est rien sans une mise en scène intelligente et surtout une composition de la photo excellente.....Bref, Michel a trouvé ca  vachement bien et c’est à voir en salle  et il nous l'explique d'emblée pourquoi : 

itFollows_maika Help » encore un excellent film américain cette semaine, un teenmovie qui fait peur et qui n’est pas qu’un teenmovie qui fait peur. Mais alors qu’est-ce-que c’est ?

Tout simplement un grand et beau film qui vous scotche au fauteuil, vous fait sursauter, et vous interpelle sur toutes les peurs du début de l’âge adulte….mais pas que….l’idéale serait d’aller (de courir) voir ce film sans trop connaitre le pitch et de se laisser porter par une photo magnifique, une mise en scène d’une clase folle sans esbroufe, une musique oppressante et très chaotique qui fait partie intégrante de l’expérience.... et de jeunes acteurs très loin des singes savants hollywoodiens.

Souvenez-vous des premiers films de Scorcèse, Romero, Cronenberg, Carpenter, de Palma, Raimi et bien, en toute simplicité, It Follows est de cette trempe.

Fable horrifique et hypnotique à multiples entrées : politique, la banlieue de Détroit ravagée par la crise, sexuelle, religieuse ou analytique, la beauté froide des images vous poursuivra longtemps.

Si le film nous questionne sans cesse , la réponse qu’il apporte à la peur de devenir adulte n’est pas mièvre, et si c’était le lien la solution ?

Chronique Michel D

"It Follows" de David Robert Mitchell