A+TROIS+ON+Y+VA A l"instar de ce que j'avais fait il y a 15 jours pour le film "Le dernier coup de marteau", j'ai un peu-mais gentiment- triché lorsque j'ai élaboré ma sélection ciné d'hier matin, vu que j'avais intégré un film que j'avais déjà eu la chance de voir en avant première quelques semaines avant sa sortie, à savoir "A trois on y va", la comédie romantique de Jérome Bonnel que j'avais mis en premier de ce trio de films à voir absolument.

En effet, c'est en février dernier, lors de  la projection du film surprise choisi par ce Ciné Brunch du cinéma Comoedia que j'aime de plus en plus, que j'ai eu le grand plaisir de m'apercevoir, dès les toutes premières images que le film choisi  'était autre qu'un des films que j'avais mis dans ma liste des 10 films les plus attendus de l'année  alors même, comme me l'a fait remarqué mon comparse Michel après la projection, on ne peut pas dire qu'il fut annoncé avec tambours et trompettes.

A+TROIS+ON+Y+VA+PHOTO2Mais même si ce cher Michel, moins emballé que moi après la projection, m'a fait comprendre qu'on avait un peu passé l'âge de ce genre de récit autour d'un marivaudage amoureux,  j'avoue que de mon côté ce genre d'histoire me fait toujours autant vibrer et rever et pour le coup ce triangle amoureux formé par Anais Demoustier, Félix Moati et Sophie Verbeeck (vue dans Océane) est des plus jubilatoires et beaux à voir qu'il m'a été donné de voir sur grand écran.

On pense forcément pendant une bonne partie du film  (enfin surtout au début, après, on se laisse totalement porter), aux grandes  références du genre, de 'Jules et Jim'  à César et Rosalie,  et le film de Bonnel n'a pas à rougir de la comparaison avec ses glorieux ainés, tant il apporte de la fraicheur, de la gaieté et de la modernité à ce schéma que j'aime toujours autant voir au cinéma

Et certes, on n'est paarfois pas très loin du vaudeville mais un vaudeville que Jérome Bonnel parvient à traiter avec une grâce et une légereté telle qu'on ne peut qu'applaudir des deux mains. Le metteur en scène joue ainsi avec une très grande habilileté des éventuels clichés du genre afin de mieux les transcender par un mélange incroyablement digne d’humour décalé, de subtilité narrative et d’effervescence sensuelle.

Tout en légèreté, humour et gaité,  le film parvient à rendre léger et jouissif des situations pourtant tendues sur le papier, entre trahisons, mensonges, et déceptions en tous genres.

A+TROIS+ON+Y+VA+PHOTO3J'aime particulièrement l'écriture de Bonnel, ce talent à aiguiser ces dialogues savoureux et tellement justes, et de trousser des chassés croisés qu'on suit avec une vraie délectation  et qui transcendent ce qui, sous d'autres mains,  ne pourrait être qu'une petite comédie sentimentale gentillette  comme on en voit pas mal sur nos écrans.

Ces trois jeunes gens tellement d'aujourd'hui sont entraînés dans un triangle amoureux sincère et surprenant  plein d’humour pour un film générationnel mais pas seulement (n'en déplaise à ce gentil bougon de Michel).

Une des grandes réusites du film de Bonnel, c'est d’avoir trouvé  à ce point l’équilibre parfait entre la tension, la  sensualité, l'humour et un peu mélancolie, par l'entremise de multiples séquences qui traitent frontalement et avec singularité à la fois, ce vaste  sujet du mensonge et des frustrations amoureuses dans un (triple) couple.

A+TROIS+ON+Y+VA+PHOTO1Jérôme Bonnell nous touche au coeur en posant une belle question qui m'a toujours passionné : dans un monde plein de doutes, d'intangibilité, et de déception permanente,  l’amour ne reste-t-il pas le seul refuge et la seule conviction qui vaille  la peine ?

Pour tenter de répondre à la question, on  apprécie énormement lla manière de Bonnel, notamment en utilisant de fort  ruptures de ton du récit, passant de la vraie légereté à des scènes plus graves, et après le temps de l'aventure qui surfait déjà sur ce fil ténu, Jérome Bonnel confirme sa parfaite maitrise, rare dans le cinéma français de ce mélange des genres.

Pour que ce trio suscite autant d'empathie chez le spectateur, il fallait que le casting soit bien choisi et il l'est assurément : je n'en ferais pas une nouvelle fois des tonnes sur la sensationnelle  Anaïs Demoustier qui une fois de plus montre l'immense étendue de ses possibilité, tout autant fragile que forte et profonde, Félix Moati,  acteur que j'aimais bien, car il dégage une chaleur naturelle, mais qui jusque là avait des rôles pas très fouillés, touche beaucoup dans le personnage qui est sans doute le plus romantique des trois.

Quant à Sophie Verbeeck, vraie découverte pour ma part dans ce film, son personnage est certainement le plus énigmatique des trois, mais son physique diapahane et son jeu tout en mystère le sert parfaitement.  "A trois on y va"  pourrait, comme d'autres films générationnels de cette trempe, marquer la consécration de cette jeune génération d'acteurs, grâce à ces rôles qui leur sied réellement comme un gant.

Bref sur un sujet qui pourrait sembler un peu balisé au départ ,Jérôme Bonnell nous livre un film plein de charme et de grâce qui devrait, je l'espère ravir une grande majorité de spectateurs pas blasés (suivez mon regard :o)...

Le film parle de ce trio, cet amour qui les entoure et qui les emporte. Mélodie est au centre de l’histoire, après être tombée amoureuse de Charlotte, déjà en couple avec Micha, elle va finir par craquer aussi pour le drôle et maladroit Micha. Une histoire d’amour à trois, secrète et drôle, pleine de moments où l’un ou l’autre des couples est presque découvert…

Le film est drôle, romantique, c’est un vrai bouffée d’amour. Le trio fonctionne super bien, chacun a une personnalité différente et pourtant ça marche bien à l’écran. Frivoles, naïfs, innocents, timides, fêtards, on les suit dans la construction de cette belle histoire d’amour. J’ai trouvé cette histoire très crédible, très belle. Les scènes d’amour sont très sensuelles, très douces et vraiment très bien filmées. Il n’y a rien de trop sexualisé, trop montré, ça reste vraiment sensuel avant tout.

- See more at: http://nivrae.fr/2015/03/09/critique-cinema-a-trois-on-y-va/#sthash.1bD3NcKL.dpuf

A l’écran elle forme un trio avec Félix Moati et Sophie Verbeeck, un jeune couple.

Le film parle de ce trio, cet amour qui les entoure et qui les emporte. Mélodie est au centre de l’histoire, après être tombée amoureuse de Charlotte, déjà en couple avec Micha, elle va finir par craquer aussi pour le drôle et maladroit Micha. Une histoire d’amour à trois, secrète et drôle, pleine de moments où l’un ou l’autre des couples est presque découvert…

Le film est drôle, romantique, c’est un vrai bouffée d’amour. Le trio fonctionne super bien, chacun a une personnalité différente et pourtant ça marche bien à l’écran. Frivoles, naïfs, innocents, timides, fêtards, on les suit dans la construction de cette belle histoire d’amour. J’ai trouvé cette histoire très crédible, très belle. Les scènes d’amour sont très sensuelles, très douces et vraiment très bien filmées. Il n’y a rien de trop sexualisé, trop montré, ça reste vraiment sensuel avant tout.

- See more at: http://nivrae.fr/2015/03/09/critique-cinema-a-trois-on-y-va/#sthash.1bD3NcKL.dpuf