album

Un certain nombre de belles découvertes et autres retours en grâce dans l'actualité de la chanson française en ce début 2016 et parmi elles le très joli retour de Benoît Dorémus,qui a du patienter cinq ans après 2020 pour nous livrer enfin sa quatrième réalisation, En tachycardie, qui vient de sortir .

Huit ans après que Renaud ait lancé sa carrière et ait  produit son premier  album « Jeunesse se passe » c’est Francis Cabrel qui lui a remis le pied à l’étrier en lui permettant d'assurer ses premières parties de la dernière tournée du chanteur d'Astaffort - n Cabrel qui d'ailleurs joue du banjo dans le titre .Aïe ouille) 

Et ainsi, après plusieurs années difficiles, marqué par plusieurs ruptures, et sentimentales et professionnelles, Dorémus est revenu sous les feux de la rampe.

presse3

Après avoir arrété son contrat avec son major, Dorémus a retrouvé son autonomie, et sans producteur, a fait appel au financement participatif  avec un bien beau résultat à la clé.

Comme d'autres avant lui, cette indépendance financière lui a permis d'imposer une vraie liberté créatrice, et Dorémus a réussi à s'affranchir avec quelques tutelles trop sclérosantes comme Renaud lui même ou Renan Luce, avec qui on avait un peu trop tendance à le comparer. ( un Renan Luce avec qui il avait fait en 2011 la tournée Seuls à Trois  avec égalementAlexis HK ).

Témoin le premier titre qui ouvre l'album, ce joli et très spirituel "marque ton stop que je t'embrasse" : 

En effet, pour  son quatrième album, En Tachycardie, celui qui s'auto définit comme le fils spirituel de Renaud mais plus étrangement d'Eminem impose son style bien à lui avec un phrase effectivement mi chanté mi slamé, un flow assez peu entendu dans la chanson à textes, et qui s'exprime notamment sur deux trois morceaux de l'album proche du rap,  notamment dans « Dernièrement (acte V) »  ou dans 20 milligrammes, dans lequel Benoit revient sur sa dépression et sur la tendance très française de recourir à des psychotropes et autres anti dépresseurs.

Doremus-RL

Résultat  des courses : un univers à la fois diversifé et homogène, solaire, et particulièrement prometteur qui nous parle de relations conjugales, et de difficulté à vivre dans un quotidien pas forcément adapté aux êtres trop sensibles.

 Benoit Dorémus a "souhaité raconter dans cet album ces dernières années, marquées pour  lui  de hauts et de bas, de claques aussi, en souhaitant en faire sourire. 

Pari largement réussi tant l'artiste nous offre un opus truffé d' d'autodérision, de sensibilité (mal) dissimulée derrière un second degrès et une fausse désinvolture,  et du charme à tire l'arigot, comme sur cet autre extrait de l'album dans lequel les vissicitudes et les alternoiements de la vie d'artiste sans racontés avec  la distance et l'humour adéquats!!

Un extrait totalement en accord avec cet album qui nous fera vibrer le palpitant, autant que le titre de l'album nous invite à le faire...

Benoît Dorémus

En Tachycardie (Déjà/ BMG) 2016

Site officiel de Benoît Dorémus
Page Facebook de Benoît Dorémus