collageacteurs

Dewaere, Montand et Trintignant: trois noms ô combien célèbres du cinéma français qui ont traversé tout un pan de ce paysage cinématographique français, celui des années 60-70-80  et sur lesquels on n'a pas fini de produire de l'encre et des écrits...

Voici parmi nos dernières lectures sur les ouvrages relatifs au cinéma (avec le festival Lumière qui s'est récemment achevé, on a pas mal lu de publications en lien avec le cinoche sur baz'art, enfin encore plus que d'habitude).

Trois livres qui, chacun  à leur manière, nous permettent d'en savoir un peu plus sur ces monstres sacrés du 7ème art, qui n'impriment pas la pellicule depuis plusieurs années- si Trintignant est encore vivant il se fait très rare au cinéma depuis plusieurs décennies, excepté l'"Amour" d'Haneke) et qui semblent de fait assez irremplaçables... 

 1 Patrick Dewaere; Un fauve; Enguerrand Guépy

fauve

« Il faut apprendre le bonheur. Dans tous les couples, il y a des hauts et des bas. C’est comme ça. Il ne faut pas s’en faire. On s’en fait toujours trop. Mais cette fois, tu seras fière comme jamais. Oh oui, cela n’aura rien à voir avec mes rôles précédents. Fini le temps où je pleurniche sur un quai de gare ainsi que les histoires tordues où je me tape ma belle-fille. Un héros sympathique et populaire, en l’occurrence. Un mec fédérateur, ma princesse. Un mec lumineux. »

N’a-t-il fait que des mauvais films ? Cette réflexion d’un journaliste canadien hante le comédien. Peut-être l’a-t-il mal comprise. Si même les canadiens doutent de son talent, alors c’est sûr bientôt tout Paris va s’apercevoir de la supercherie. Plus personne dans la profession ne va croire en lui. Pourquoi c’est toujours le gros Gégé que l’on appelle en premier pour un rôle, lui  est toujours le remplaçant.

Et puis Claude, qui lui a proposé le rôle de Cerdan, est un metteur en scène sur le déclin, c’est juste un réalisateur populaire. Ce n’est pas avec ce film qu’il va faire la couverture des « Cahiers.. »... 

Les dernières heures de la vie d’un fauve, oui mais d’un fauve de cristal qui coupe et qui se brise aussi. Il a trente-cinq ans et trente ans de vie professionnelle. Enfant de la balle, cela fait trente ans qu’il transporte des bagages de plus en plus lourds : secrets de famille, abus sexuellement dans son enfance, trahison familiale, amicale et amoureuse et personne avec qui porter ces bagages. Alors cet après-midi de Juillet 1982…

Enguerrand Guépy, en moins de 200 pages, nous livre la biographie intime d’un acteur qui a marqué, par son jeu fiévreux, le cinéma français.

L’histoire d’un homme perpétuellement  en manque d’amour, un homme impossible à aimer, un homme dévasté par une jalousie pathologique qui le ronge. « Un fauve », les dernières heures d’un feu follet, juste avant la nuit.

  MD

Alain Corneau - Série noire (1978) - Dewaere Trintignant - Extrait

2; Jean-Louis Trintignant :L’Inconformiste- Vincent Quivy-

trintigant

Doux, adorable, délicieux, tendre,élégant, gentil, attentionné, délicat, discret, sensible, bien élevé, timide et audacieux,, amant ou mari idéal, voilà à peu près la liste non exhaustive des qualités de Jean-Louis vu par : Stéphane, Brigitte, Jeanne, Simone, Nadine, Anouk, Nicole, Michelle, Françoise, Dominique, Stefania, Danielle, Annie, Laura, Romy, Marlène, Bernadette, Jane, Marie-José, Mireille, Catherine, Isabelle, Fanny, Emmanuelle…… ses partenaires féminines qui ont partagées avec lui soixante ans de cinéma. Lui, à ses débuts, se trouvait banalement joli et peu intéressant. Comment un jeune homme, banal et peu intéressant, a pu tourner 120 films avec des metteurs en scène prestigieux ou débutants qui, eux aussi, ne tarissent pas d’éloges sur lui ?

 Pour avoir la réponse, plongé vous dans la biographie que Vincent Quivy a consacré à Jean-Louis Trintignant. De son enfance  petite bourgeoise, mais inconfortable, à Pont- Saint-Esprit à l’arrivée à Saint-Germain-des-Prés où, jeune provincial à l’accent méridional, il réussit à séduire” La” plus belle femme du monde.

Du TNP à Chabadabada, d’une nuit à Clermont-Ferrand au désert des Tartares en passant par les montagnes arides d’Ardèche, en France comme en Italie, de Paris à Rome, il séduit aussi les plus grands metteur en scène. Compagnon de route discret de la gauche, la vie de Trintignant se confond avec l’histoire politique et culturelle française.

En dévorant ce gros bouquin, très documenté, on sait que l’on va passer, plusieurs heures avec un chic type. L’Inconformiste élégante biographie d’un homme élégant.

Petit jeu : mettre un nom sur tous les prénoms de cette chronique, vous ferez ainsi un joli voyage nostalgique en cinéma…

MD

Jean-Louis Trintignant Un homme et une femme de Claude Lelouch

montand

3. Montand par Montand-- Confidences et entretiens

" On m'a demandé: alors, tu vas faire tes adieux?". J'ai répondu : vous m'emmerdez! Mes adieux, je ne les ferai jamais. Je m'en irai les deux pieds devant.Si un jour, je fais mes adieux, je me retirerai sans le dire, je n'emmerderai pas les gens en disant " basta"!

Le 9 novembre  2016 on fétera les 25 ans de la mort d'Yves Montand et à cette occasion un certain nombre de publications vont rappeler aux jeunes génération qui ne l'ont pas connu quel type et quel artiste celui qui était  pour moi surtout le "papet" et l'acteur fétiche de Claude Sautet..

La première de ces publications n'est pas une biographie ou une fiction autour de sa personnalité comme les deux ouvrages présentés plus haut, mais un recueil inédit de quarante confidences, entretiens et déclarations, rassemblés par Carole Amiel qui fut sa dernière compagne.

De ses premiers pas sur scène à Marseille jusqu'à son ultime rôle et ses derniers combats, toutes ses grandes interviews et déclarations publiques sont ici compilées, et pour moi qui n'avait pas forcément l'âge de suivre sa carrière médiatique avec intéret, le livre est interessant et permet de voir l'évolution du personnage, que ce soit par rapport à ses idées politiques ( il est passé très à gauche en vivant avec Signoret à plus à droite à la fin de sa vie) ou ses grandes convictions sur la vie et la société

Le music-hall, Piaf et Prévert, Les Feuilles mortes, le socialisme à l'Est et l'Amérique de Marilyn, L'Aveu et La Folie des grandeurs, Signoret, évidemment mais Schneider, Deneuve, Sautet, Berri, le Papet, son fils Valentin...: tous les sujets importants de sa vie y sont abordés de manière plus ou moins approfondie..

 Au fil de ces confessions, Yves Montand s'y  dévoile un peu et nous confie parfois ses emportements, ses passions et es désillusions. Certaines de ces confidences paraissent un peu datées et obsolètes, alors que d'autres gardent une résonnance assez particulière encore aujourd'hui et nous permettent de mieux comprendre pourquoi Montand reste encore chez pas mal de gens un artiste irremplacable, et par sa carrière et par sa personnalité... 

 

Les Feuilles Mortes_Yves Montand à l´Olympia