Après les beaux livres recensés mardi  matin, voici maintenant un petit panorama d'essais en tous genres  à offrir pour les fêtes : 

1. Mille et un proverbes sur le cheval/ Jean Louis Gouraud ( édition du Rocher)

Mille-et-un-proverbes-sur-le-cheval

Afficher l'image d'origine

Le bon cavalier augmente l'avoine, le mauvais l'éperon.
Un cheval a quatre pieds, il lui arrive pourtant de tomber.
Qui ne prend soin de son cheval mérite d'aller à pied.
Mieux vaut un âne qui me porte qu'un cheval qui me désarçonne.
Qui veut vendre un cheval aveugle en vante les pieds.
Quand on a perdu son cheval, inutile de regarder sous la selle.
Quand un cheval s'est échappé, on répare l'écurie.

Grand voyageur, l'écrivain Jean-Louis Gouraud a glané au cours de ses cavalcades sur tous les continents des dizaines, des centaines - en tout cas un bon millier ! - de proverbes, maximes, sentences, dictons et autres aphorismes relatifs au cheval.

Fabuleuse accumulation de formules pittoresques, cet inventaire met en évidence le fait que le cheval n'est pas qu'une monture, un compagnon de travail ou de loisirs, mais aussi l'inspirateur d'une philosophie issue de l'expérience cavalière.

Souvent pleines d'humour, spécialement lorsqu'il s'agit de comparer le cheval à l'âne ou - plus contestable - à la femme (!), ces mille et une petites phrases ciselées au cours des siècles, définissant le bon (et le mauvais) cheval, constituent parfois d'utiles conseils aux cavaliers d'aujourd'hui en matière de soins, d'alimentation ou de dressage… et aux non-cavaliers sur la façon de mener leur vie.

C'est le goût pour les formules courtes, les aphorismes -et le désir de mieux comprendre ce qui se passe non seulement dans la tête des chevaux, mais dans celle de ceux qui s'en occupent -qui a amené Jean-Louis Gouraud, partout où il est allé pérégriner, à y collecter petites phrases, bons mots, remarques pittoresqueset parfois, de plus, judicieuses. 

Dans ce recueil, l'auteur prouve que la littérature populaire peut être aussi déroutante que la littérature savante…

Réunis ici pour la première fois, ces proverbes provenant de toutes les régions, toutes les civilisations du monde montrent aussi l'universalité de ce qu'il est convenu d'appeler la sagesse populaire.

2. Folies royales David Randall-  Seguier Editions 

 

folies

"

Catherine Darnley  : Fille naturelle de Jacques 2 de Buckigham :  Elle était si fière d'être la fille d'un roi que tandis qu'elle agonisait dans son lit, elle fit promettre à ses serviteurs que si elle tombait dans l'inconscience, ils ne s'assiéraient en sa présence qu'une fois qu'elle serait morte.

Folies royales  c'est l' Anthologie des frasques & méfaits de Leurs Majestés : 

D’Abdulaziz, sultan ottoman qui se distingua par son harem de 900 épouses et les parties de chasse au poulet qu’il organisait dans son palais, à Zimburg, épouse polonaise du duc d’Autriche, restée célèbre pour sa capacité à planter des clous à mains nues, cet abécédaire dresse un inventaire exhaustif des tares, déviances, caprices et lubies de Leurs Majestés à travers les âges.

Fétichistes, sadiques, tyrans, pétomanes, gloutons, satyres ou ivrognes, pour David Randall, l’auteur de cette galerie de portraits déjantée, il n’y a aucun doute : « Ensemble, ils constituent le meilleur argument que l’on puisse imaginer en faveur de la république. »

 3. Bonheur à Gogos! Jean Louis Fournier ( Payot Editions)

 

bonher

Le docteur Freud : 

Buste grandeur nature  traité antirouille. Les yeux sont phosphorescents .Permet de voir clair la nuit dans votre jardin secret.

Les petits conseils qui peuvent tout changer : avoir toujours une pomme de terre dans sa poche, quand ça va pas, la sortir et en la tenant au-dessus de votre tête, répéter plusieurs fois ; « j’ai la patate, j’ai la patate, j’ai la patate (pensez à changer de pomme de terre tous les mois) »

« Quand on promet le bonheur, vous connaissez quelqu’un qui va refuser ? » Les livres sur le bonheur se vendent comme des petits pains, aujourd’hui il faut « se développer personnellement » et courir après le bonheur si on ne veut pas avoir raté sa vie. Jean-Louis Fournier, pourtant « bien placé pour savoir qu’on n’est pas sur terre pour être heureux », décide néanmoins de tester la montagne de « petits secrets » mis à notre disposition : le développement personnel, la méditation, la rigolo thérapie, la croisière du bien-être, la résidence Paradis, les huiles essentielles, la pierre de rhodonite…

De Jean Louis Fournier, j'avais, comme beaucoup de monde, je pense, dévoré  "où on va papa?"    gagnant du Prix Fémina 2008. qui retracait une terrible et tragique épreuve de sa vie ( le handicap de ses deux fils), sur un ton à la fois  très optimiste et plein d'humour, un humour, comme la politesse du désespoir chez cette qi  brillante plume de Pierre Desproges.

On le retrouve en cette fin d'année avec ce petit essai vite lu mais assez jubilatoire dans lequel il  épingle avec sa malice  habituelle et son sens aigu de la dérision les marchands de bonheur en tous genres. 

Pas le meilleur de son auteur mais un bon moment de détente tout de même!!

 

4. Françoise Hardy  un cadeau du ciel  ( éditions des Equateurs)

 

HARDY

"L'idée que le sourire d'un prétendu ami soit une comédie jouée pour diverses raisons d'interets personnel, de convenances parfois de même de gentillesse, peut faire à cette occasion et me troubla maintes fois par la suite. Avec le temps je réalise que tout peut coexister chez la même personne la plus grande intelligence dans certains domaines avec une plus grande stupidité dans d'autres, de même l'amour et la haine, coexiste en chacun de nous dans des proportions variables."

Françoise Hardy écrivain c'est surtout à son autobiographie Le Desespoir des singes et autres bagatelles que j'avais dévoré avec une réelle passion. que l'on pense forcément : avec ce livre, je  pouvais enfin mieux comprendre pourquoi Françoise Hardy ressassait avec autant de constance et de douleur rentrée le même répertoire mélancolique en décortiquant avec un tel talent  point les tourments et les vicissitudes du sentiment amoureux.

Car grâce à ce livre confession, loin des biographies lisses et sans saveur, j'ai pu en savoir plus sur les douleurs intimes de l'artiste et de la femme : enfance difficile, jeunesse amère, chagrin. C'est évidemment l'une des sources dans lesquelles elle puise pour aborder avec une telle tristesse, mais aussi une telle beauté dans ses chansons les passions et les grandes questions de la vie: l'amour, la croyance et la fragilité de l'existence.

Après avis non autorisés  voici le tour de  "Un cadeau du ciel", Françoise Hardy revient notamment sur le cancer dont elle a été victime.  Après avoir passé "trois semaines entre la vie et la mort", elle a décidé de témoigner dans ce livre de tous les stades par lesquels elle a pu passer.

On retrouve sa plume, son mélange d'empathie et de détachement, pour nous raconter cette maladie et cette épreuve si intime, et ce témoignage de  courage et de force spirituelle  est malgré une seconde partie plus difficile à suivre et un peu trop ésotérique un bon moment de lecture...