DEMAIN TOUT COMMENCE PHOTO1

 Je l'avais prédit sans prendre trop de risques dans mon billet concours mis en ligne une semaine avant la sortie du film le 7 décembre dernier :  Demain tout commence a connu un beau succès en salle en atteignant la barre très enviable des 3 millions de spectateurs, comme nous l'a fièrement annoncé la semaine passée Stéphane Cellier, le PDG de Mars Film, distributeur du film- que Thierry Frémaux égratigne gentiment dans son journal de bord, "Sélection officielle",  sur lequel on revient très vite.

Il faut dire que porté par l’humour d’Omar Sy et l’adorable bouille de Gloria Colston, le film d'Hugo Gélin, 5 ans après le succès surprise pour le coup de "Comme des Frères",  avait un peu tout pour plaire, au grand public du moins,  à défaut des critiques toujours plus pisses- vinaigre et qui a toujours tendance à chercher la petite bête.

Personnellement, pour avoir vu le film pendant les vacances de Noël en famille, je me suis rangé du côté de ces peines à j... en ressentant  une  gêne  assez constante devant ce film trop formaté et artificiel pour toucher réellement.

 

DTC_J13-432

 

Une oeuvre tellement consensuelle et  programmée pour plaire, et  qui a tendance à nous rajouter toujours des couches et dans la comédie et dans le drame, qu'au final on ressent si peu d'émotion tant on a eu l'impression d'avoir été  un peu forcé.

Les producteurs et réalisateurs ont en effet cherché en effet à reproduire la même recette qu'Intouchables et surtout que la famille Bélier- du même distributeur-  avec un mélange d'humour de fraicheur et d'émotion,mais malheureusement la mayonnaise prend bien moins bien que dans ces références du genre.

Le problème de ce "Demain tout commence",  c'est qu'il ne parvient jamais à  doser comme il le faut  les émotions universelles que sont le rire et la tristesse et semble ainsi réciter un peu mécaniquement la recette idéale pour plaire au plus grand nombre.

Tout semble un peu faux dans Demain Tout commence, de cette relation entre un  père et de la fille  et sa fille, beaucoup trop parfaite et rose bonbon,  pleine de béatitude et déconnectée d'une vraie réalité sociale - contrairement aux deux longs métrages pré cités- au retour de la maman qui veut récupérer sa fille à la fin, trop mélodramatique  pour être crédible, et avec des situations et des personnages trop clichés pour qu'on puisse s'y identifier à eux .

DTC_J6-336

Omar Sy, personnalité préférée des français, mais acteur plutôt moyen, fait du Omar Sy, c'est à dire plutôt pas mal dans le côté drôle et nonchalant, mais limité dans le coté plus dramatique.

L'ensemble semble vraiment trop cousu de fil blanc et  les ficelles vraiment trop grosses pour qu'on puisse adhérer à ce  feelgood movie, bien loin des films anglais qui restent les grands experts en la matière .

Ce remake d'un film mexicain Ni Repris ni échangé bien plus subtil et crédible  se regarde sans déplaisir et sans ennuit, et s'avère  parfaitement  consensuel pour faire la quasi-unanimité auprès des spectateurs ( le bouche à oreille fut très bon, et les critiques spectateurs d'allo ciné au diapason),

Difficile dès lors de critiquer ce film quand on pense qu'autant de spectateurs semble apprécier le spectacle proposé, mais difficile aussi de s'enthousiasmer et on s'agace un peu de voir qu'en même temps est sorti un autre film français dans le même genre de la comédie dramatique mais en bien plus réussie et que personne  ou presque n'a vu ( "Cigarettes et chocolat chaud", on en reparlera lors de sa sortie en DVD en avril)...

On ronge donc son frein en espérant ( vainement?) que le prochain gros succès  populaire du cinéma français sera un tout petit moins formaté et un tout petit peu plus artistique... comme disait l'autre, on peut toujours rêver .