Critique-Théâtre-Élodie-Poux-le-grain-de-folie-qui-fait-du-bien1-700x336

 Au travers de personnages tous plus ravagés les uns que les autres, et d'un stand up cyniquement jubilatoire, , Elodie Poux, dans le syndrome de Playmovil nous fait rire et même hurler de rire  de ses aventures auprès des enfants, des parents, mais aussi des chats et des zombies.

 J'avais vu cette humoriste dans un tremplin de jeunes talents à l'Espace Gerson et on devinait déjà un potentiel énorme meme si il restait encore à cette même pas trentenaire ( à l'époque) de développer son aisance scénique et son écriture.

Quelques années après comme j'ai pu le vérifier en Avignon, au Théâtre Le Palace,  Elodie a incontestablement  progressé en la matière et a réussi à écrire un spectacle mêlant habilement  standup et personnages, pour se présenter sans doute comme une des  humoristes les plus prometteuses de sa génération.

Un univers gentiment  déjanté, une énergie monstrueuse, des personnages haut en couleurs, avec ce syndrome du Playmobil, Elodie Poux s'annonce comme une belle observatrice avisée du quotidien, usant de répliques  qui fusent et une bonne dose de personnages savoureux comme il se doit.

 

poux

-Un soupçon de cynisme, une energie à revendre   un grain de folie bien à elle,  Élodie Poux qui a été dans une autre vie animatrice péri-scolaire en maternelle prend nos "chères" têtes blondes comme coeur de cible et s'en donnent à coeur de joie pour les croquer avec la provocation le second degrès et le coté cinglant qu'on attend d'un bon spectacle d'humour .

Parfaitement à l’aise dans l’exercice d’improvisation, la comédienne n’hésite pas à jouer avec le public avec beaucoup de naturel et de malice ! Aussi, mieux vaut venir accompagné de son second degré !

A voir si l'humoriste nantaise passe près de chez vous!!