serpe« Une drôle de vie avec le recul. Ce que j’en sais, je l’ai appris dans les livres. Sale gosse, sale type, des claques, insupportable, il ne mue, instantanément, qu’en anéantissant la fortune familiale, et se transforme en nomade combattif qui ne possède rien et vient en aide à ceux qui en ont besoin. Un bon gars finalement. »

Un écrivain parisien rôde autour d’un château par une sombre soirée d’automne. Attention pas n’importe quel château, le château qui domine le village d’Escoire, un château où a eu lieu, il y a plus de soixante-dix ans un crime atroce. Un homme et deux femmes ont été sauvagement massacrés à coup de serpe, le seul rescapé de la demeure fut pendant  près de deux années le coupable idéal. Acquitté au cours d’un procès retentissant, il reste pourtant  aux yeux de beaucoup de gens un effroyable assassin qui a eu beaucoup de chance.

 Un fait-divers comme un autre ? Pas pour Philippe Jaenada, c’est lui l’écrivain rodeur, il connait très bien le petit-fils du prétendu meurtrier et ce prétendu meurtrier est devenu  George Arnaud, le célèbre auteur du « Salaire de la peur » formidable roman qui a donné un formidable film de Clouzot ( mais un moins formidable remake de Friedkin) et que Georges Arnaud, dans la France un peu moisie  de l’après-guerre, fut un trublion XXL.

AVT_Philippe-Jaenada_9586

Très sensible aux malheurs des autres, il dilapide sa fortune, intellectuel, incontournable fouteur de merde, il sera de tous les combats politiques, sociaux et philosophiques de cette époque. Viscéralement contre la colonisation, il participera à la création de la première école de journalisme d’Alger.

Bref, un jeune homme de vingt-quatre ans accusé d’avoir tué son père, sa tante et la bonne de la maison, qui une fois acquitté devient aventurier en Amérique du Sud, puis romancier et intellectuel respecté à son retour en France, en voilà une sacrée vie qui ne demandait qu’à être racontée par un écrivain de talent.

 Philippe Jaenada, car c’est bien lui l’écrivain de talent, devient Philippe Rouletabille, Sherlock Jaenada, Philippe Poirot et Monsieur Marple pour se plonger dans  les dossiers de l’enquête et du procès du triple crime d’Escoire. Le plus objectivement possible l’écrivain enquêteur, fouille, traque et recoupe le moindre indice dans les compte-rendus d’époque et, après dix jours de recherche aux Archives départementales de la Dordogne, ce qu’il découvre laisse le lecteur sans voix.

Six cents pages serrées pour raconter une partie de Cluedo, ce pourrait être long, mais Philippe Jaenada a, comme d’habitude, le bon gout d’être drôle et tendre dans ses digressions qui sont devenues sa marque de fabrique.

Les réflexions et la plongée d’un écrivain (très parigot tête de veau pour notre plus grand plaisir) dans les nuits périgourdines (je ne sais pas pourquoi, mais je trouve que les mots périgourdin et périgourdine ont un petit côté égrillards) sont hilarantes.

Ce romancier méticuleux,sérieux et désopilant à la fois, devrait avoir un prix littéraire à chaque saison. Avec « la Serpe »  il vient d’écrire le Club des Cinq (à lui tout seul) en Périgord (rouge sang évidemment).