salonlvre_auteurs

A partir de ce vendredi, la  38ème édition de Livre Paris s'invite Porte de Versailles : un événement majeur du monde de l'édition, avec des exposants venus des quatre coins du globe, une foule d'auteurs en dédicace et de nombreux ateliers de rencontres et débats.

Un édition qui a déjà fait pas mal parler d'elle suite à la polémique #PayeTonAuteur créée sur Twitter, qui a conduit le Salon Livre Paris a décidé de  rémunérer  (enfin?) ses auteurs.

 Des auteurs qui seront une fois encore particulièrement nombreux, et parmi ceux ci en voici trois qui seront présents et dont le roman qu'ils viennent dédicacer nous aura particulièrement séduit

 1. Lisa Balavoine; "Eparse" ( JC Lattes)eparse

 " Il ne faut pas se séparer, ce n'est pas bien pour les enfants. J'ai si souvent entendu ce refain.J'ai parfois l'impression que j'aurais été moins jugée si j'avais tué quelqu'un"

La meurtrissure est profonde lorsque l'histoire s'arrête, que la fin soit écrite par l'un ou par l'autre " , "Il faudrait laisser partir, quand il est temps, l'espoir fou d'un amour constant ",

Dans ce livre autobiographique, Lisa Balavoine, la quarantaine, divorcée, trois enfants, dresse une sorte de bilan de sa vie sous formme de patchwork aussi éparse que le titre de son livre le reconnait .

À travers une série de fragments, Lisa Balavoine fait le tour de son existence  et  l'auteur rassemble les morceaux de son puzzle personnel et tente l'autopsie de la première moitié de sa vie,

Lisa Balavoine nous confesse de façon éparpillée , fragmentée, sans ponctuation ses souvenirs, ses pensées, ses désillusions pour établir son bilan de milieu de vie, le tout sans ordre logique ni ponctuation
En contrepartie, elle nous offre beaucoup d'authenticité,  du vécu et des pensées crues  et drôle, comme l’est notre vie des dérives de sa mère, de la  douleur de la fin de son couple ses insuffisances dans ses relations amicales , l'auteur touche au coeur et au corps, grâce à cette belle sincérité qui irrigue de ses confessions, et également à cette forme singulière  que l'auteur a adoptée.

Lia Balvoine utilise  des phrases ultra courtes imprimant un rythme saccadé à son récit, et mélange de listes entrecoupées de paroles de chansons et de bons mots de ses enfants  :  " Des listes, de la musique et des histoires d'amour ratées. Un bon résumé de ma vie"

Le tout  pourrait paraitre décousu, or on n'est jamais perdu dans cet inventaire à la  Prévert version 2010 tant   le mal être,qui transpire dans son récit, sont joliment camouflés sous une belle dose d'humour et d'autodérision...Une belle surprise !

Lisa Balavoine – sera présente sur le salon ce samedi 17 mars : 14h30 – 16h30 au stand de JC Lattes

 2; Hannelore Cayre La Daronne ( Points/ Metaillié)

daronne

"Je n’avais jamais eu de relations simples avec ma mère. Je ne l’avais par exemple jamais représentée sur mes dessins d’enfant avec une jupe en triangle, de gros yeux rieurs  et un sourire en forme de banane. Non, non..je l’ai toujours dessiné comme une grosse araignée hirsute avec des pattes plus grandes pour faire les jambes. Les mères au sourire banane c’est ce que j’appelais les mamandannes. Elles savaient tout faire les mamandannes : des fleurs en papier crépon, des costumes de théâtre, des gâteaux en glacage rose et aux formes tarabiscotées. Elles accompagnaient les enfants aux sorties scolaires et portaient sans se plaindre une montagne de manteaux dans les queues. Dès que l’on posait une question à propos d’une initiative qui avait du panache, une crèche en boîte d’oeufs, une chasse au trésor, un lustre en pots de yaourts…la réponse était invariablement la même : c’est la maman d’Anne qui l’a fait."

 
Hannelore Cayre , avocate de métier  nous avait emballé avec son Commis d’Office il y a presque 15 ans,
et après avoir vu un portrait assez déjanté de l’auteur dans la presse, on a forcément eu envie de me plonger dans son dernier roman La daronne., prix du polar européen avec le Point l'an dernier  ( on aurait pu aussi inclure ce livre dans notre sélection quais du polar, et peut etre qu'on le fera et qui vient juste de sortir en poche

Elle traite avec maestria le sort des personnes âgées dépendantes , le fardeau financier et émotionnel que cela représente pour leurs proches  ou le trafic de drogue. Il faut dire que  Tout a une dimension romanesque dans ce livre : l’enfance du personnage principal, Patience Hortefeux, entre palace et contrebande, père mafieux et mère juive rescapée des camps qui n’aime personne en dehors de son chien; l’idée de cette interprète traductrice judiciaire d’écoutes téléphoniques en langue arabe de prendre part au trafic de drogue qu’elle suit via son métier et pourtant la question de la crédibilité ne se pose jamais.

Patience Hortefeux bosse au noir et comme une dingue depuis des années pour joindre les deux bouts, ses deux filles ne sont pas particulièrement proches d’elle, l’état de sa mère après un AVC se dégrade de jour en jour bref le tableau n’est pas gai et pourtant ce livre est rempli d’humanité et est très drôle  !

Avec un sens autant de la formule que du dialogue, Hannelore Cayre égratigne aussi bien le monde de la justice que notre société (et pose au passage quelques questions centrales comme celle du devenir des « vieux »). C’est sombre, c’est intelligent, c’est drôle … et .c’est  profondément réjouissant !

 CAYRE Hannelore sera présente en dédicace le 17 mars 2018, 17:00 - 18:00 sur le stand de , POINTS EDITIONS

 3 Philippe Delerm, et vous avez eu beau temps ( Seuil) ?

134278_couverture_Hres_0

"C'est infinitésimal, mais celui, celle à qui l'on lance un " j'dis ça, j'dis rien" peut se sentir suspecté de ne proférer pour sa part que des opinions banales, ou politiquement correctes.En face, il y a peut être un courageux ou  du moins quelqu'un qui se moque des conséquences."

La beauté réside dans tous ces petits riens qui créent notre quotidien. A chaque fois que l'on ouvre  un roman de Philippe Delerm, cela sonne comme une évidence

Dans son dernier ouvrage en date, le père de Vincent se veut une nouvelle fois  le témoin attentif et attentionnés  des défauts et autres travers de ses contemporains, et débusque avec son regard perçant toutes ces  petites phrases toutes faites et autres expressions familières utilisées à mauvais escient  dont on tout un chacun aurait tendance à abuser.

« Il n'a pas fait son deuil »,Je me suis permis… », « Et tu n'as rien vu venir? », « C'est pas pour nous », , « En même temps je peux comprendre », « Vous êtes un type dans mon genre », « Abruti, va », « Ça n'ira pas plus bas », C'est pas pour dire mais… », « Pour être tout à fait honnête avec toi "

Et tu n'as rien senti venir ?Il est peu de douleurs plus cruelles que d’être quitté par qui l’on aime. À cet irréductible chagrin, encore
faut-il ajouter le questionnement de ceux qui viennent déposer une pincée de sel sur la blessure toute fraîche en demandant : « Et tu n’as
rien senti venir ? »

Plus que jamais, Delerm senio excelle  dans l'art de décortiquer la langue française et toutes nos expressions du quotidien. et de stigmatiser ces petites phrases pour amuser gentiment le lecteur en démontrant à quel point leur usage est au mieux surfait, au pire totalement à contresens.

Ainsi, il nous explique le sens profond de ou au contraire ce qui est dissimulé dernrière ces phrases,  moins anodine, que ce qu'on pourrait croire de prime abord  et l'auteur  réussit souvent  à touche juste en levant le voile sur leur sens profond. On esquisse parfois un sourire un peu grincant lorsqu'on se reconnait soi meme ou un proche dans telle ou telle petite phrase mais on se dit que Delerm est quand même rudement doué de nous faire comprendre avec délicatesse qu'on n'a pas autant de tact et de finesse que ce qu'on pouvait le penser..

Alors, certes comme on m'a fait la remarque sur twitter lorsque j'ai annoncé que j'avais commencé la lecture de ce nouveau livre , Philippe Delerm donne l'impression de creuser toujours le même sillon et même d' écrire souvent le même livre.. mais il le fait avec un tel talent inimitable que  c'est  aussi cela qui est bien !!

Philippe Delerm sera présent le 17 mars 2018, 15:00 - 17:00,  sur le stand des éditions du SEUIL