editions-metailie

" Tous les romans policiers me déçoivent, me disait Maldany. Sauf ceux que je n'arrive pas à comprendre. "

Miguel, victime de troubles auditifs dans son enfance, a gardé une certaine distance entre le monde extérieur et lui, et s’est réfugié dans l’étude des civilisations anciennes.

Fasciné par son vieux professeur de cryptographie, Ezéquiel Colina Ross, il crée avec quelques comparses et sa petite amie, Eleonora, le Cercle des cryptographes de Buenos Aires à vocation érudite.

 La fille du cryp­to­graphe est un superbe roman de l'argentin Pablo de Santis avec une intrigue assez complexe,  qu'il enrobe d'une écriture  fascinante et très précise.

Si comme le titre du livre l'indique,  la cryp­to­gra­phie occupe une part essen­tielle de l’intrigue, Pablo de San­tis intègre habilement cette discipline  dans l’histoire récente de l’Argentine dans la période qui pré­cède le coup d’Etat mili­taire du 24 mars 1976.

Il nous livre ainsi un roman foisonnant, qui mêle habilement cette histoire  argentine des années 1970-1980, les heures sombres de la dictature , le  codage, et la trahison. Un récit  qui séduit largement le lecteur en réussissant à tisser de nom­breuses sous-intrigues entre poli­tique,  cryp­to­gra­phie, espion­nage, dans un roman découpé en cinq parties qui forment  cinq actes de la tragédie mêlant le passé et présent  sous fond de secrets enfouis  qui refont surface 

Un roman  à lire de toute urgence !

La Fille du cryptographe de Pablo de Santis, traduit de l’espagnol (Argentine) par François Gaudry, éd. Métailié, 380 p., 22 €.