Hier soir au Théâtre de La Renaissance, on  a assisté à  la première mondiale d'un l’opéra  d’anticipation composé par les musiciens de la Marmite infernale (Arfi) en coproduction avec le festival Les Nuits de Fourvière

58379098_1216685591841892_4509737071211970560_o

Présentation du spectacle Opéra brut, fantasmé, poétique, croisant les énergies, sensibilités et savoirs-faire de complices réunis pour la première fois pour inventer un genre : l’opéra poème d’anticipation.

« Le terrien est loin maintenant, tellement loin qu’il se dit plus terrien, il dit : ch’uis plus un terrien, ch’uis un habitant de rien, ch’uis un pluterien et j’habite à plus rien… ». Ainsi parle Charles Pennequin, poète lillois, auteur foutraque, polygraphe invétéré, animateur de nombreuses revues, cahiers, blogs et autres épanchements, dont la fameuse Armée Noire.

En répondant à une commande de l’Arfi et Spirito, il écrit le livret d’une aventure intersidérale pour deux chanteurs (un homme et une femme), un ordinateur quantique, un choeur de femmes (Spirito), et la fantasque Marmite Infernale (Arfi).

60073989_1228720147305103_5145791005848502272_o

Une fusée décolle de la Terre pour échapper à une catastrophe. Son carburant, l’invention poétique ; sa destination, l’imagination. Le voyage sera long et sans retour. L’équipage : des hommes et des femmes aux langages singuliers. La commandante : Thérémine, cheffe incontestable par ses connaissances scientifiques.

Le poète : Vélimir, producteur inlassable de textes et de pensées, l’énergie de la fusée. Cantos est l’ordinateur quantique du bord… À la suite d’un rapprochement amoureux et charnel entre Thérémine et Vélimir, Cantos prend le contrôle du vaisseau et automutile tous ses circuits. La conséquence : la fusée se dirige vers le soleil, inexorablement… sauf si…

Et l’utopie du folklore imaginaire prend peu à peu le dessus sur l’écrasante histoire du genre.

52788290_1183635995146852_4246100197488197632_o

Notre avis : Jazz Demy interstellaire à la Renaissance hier soir. Space Opéra théâtral mais surtout Opéra spécial. Une marmite intergalactique et nous avec quitte la stratosphère pour vivre une expérience sensorielle.
Une performance poétique et sociologique, une histoire d' amour et un drame conjugale. Un opéra classique dans un champ d' astéroïdes singulier et inventif.
Chaos verbal et musical, borognymes et contrepet, onomatopées et gloussements, c' est du free Jazz, de l' improvisation savante sur une musique populaire et vivante.

59960268_1229454400565011_3782953567355142144_o

Un spectacle humain pour des humains, un peu pointu musicalement pour les néophytes en opéra que nous sommes, mais dont nous avons apprécié l'ambition  et l'audace.
La poésie, très  marquée année 70/80  pourrait paraitre un peu datée pour ceux qui comme nous ( encore!) auront connu l'époque, mais assurément le public hier, soir, particulièrement jeune, a beaucoup apprécié semble t il partir à destination pour ce voyage musical singulier !

 

Du 13 au 15 juin, au théâtre La Renaissance, 7, rue Orsel, à Oullins. Tarifs : 22 €. Tél. 04.72.39.74.91.

A noter que depuis hier, le théatre de la renaissance a signé une convention pour avoir désormais le statut de   Scène conventionnée d’intérêt national Art et Création pour le Théâtre et la Musique. cela lui permettra  poursuivre l’effort d’aménagement culturel du territoire et proposer aux publics les plus larges et les plus variés une diffusion artistique de qualité.