Les petits de Décembre couverture

 " Bon après....Je ne sais plus trop comment ça s'est passé. Ils nous ont provoqués. Au début, on pensait pouvoir les convaincre. Ils en avaient rien à faire de ce qu'on disait. Ils nous ordonné de déguerpir. Ils n'arrêtaient pas de répeter en souriant : " mais on est chez nous, les enfants vous n'y pouvez rien. C'est rageant, ce que vous n'y pouvez rien avec le sourire. On n'arrivait pas à croire qu'ils allaient vraiment prendre le terrain juste comme ça pour construire leurs immenses baraques. On ne pouvait pas les laisser faire. On voulait qu'ils s'en aillent, qu'ils nous foutent la paix."

 Après le succès de son dernier  et épatant roman Nos Richesses, paru chez Seuil en 2017, récompensé par le  Prix Renaudot des lycées, Kaouther Adimi nous livre à nouveau un récit poignant qui s'est fait remarquer sur la liste des prix Littéraires ( il fait  notamment partie des 15 finalistes du Renaudot qui vient juste d'être dévoilée) .

Cette jeune romancière de 33 ans est vraiment très talentueuse, et n'en finit plus d'approfondir son univers tour à tour sensible et érudit entre la France et les pays du Maghreb.

 

Son nouveau roman se déroule en février 2016, dans une cité proche de la banlieue d'Alger, appelée "la cité du 11 décembre."

 

Là bas, un terrain vague utilisé par les gosses des environs pour jouer au foot est annexé par des généraux qui veulent en faire un lotissement avec des superbes villas et déclarent papier officiels à l'appui que ce terrain est à eux!

 

Une révolte va alors survenir, mené d'abord ( timidement) menée par les anciens, notamment une ancienne moudjahid et figure du quartier, puis par trois gamins de onze ans, Mahdi, Jamyl et Inès qui vont lancer une mutinerie aussi incroyable que étonnante qui va provoquer un dérèglement d'un système corrompu qui ne demandait qu'un petit grain de sable pour faire craquer l'édifice.

 

"Si un seul adulte dans ce pays imaginait trois secondes qu'un petit pouvait échafauder des plans, se battre contre un ordre établi ou quoi que ce soit dans le genre sans être manipulé ou poussé par un grand, voire un gouvernement étranger, les enfants seraient sur écoute, ils seraient suivis, ils seraient arrêtés."

 

Ce qui est épatant dans le roman de Kaouther Adimi c'est ce qu'il dit, sous la forme d'un conte mi tendre mi tragique, sur cette Algérie que l'auteur connait si bien.

 

On peut ainsi voir à quel point ces gamins irréductibles, habités de leurs espoirs et de leurs rêves, peuvent faire face aux abus de pouvoir du régime militaire.

 

Ce combat de David contre Goliath, matinée d'une petite pincée de guerre des boutons est d'autant plus intéressant qu'il nous livre un aperçu de la nouvelle génération algérienne , celle qui a su s'opposer au cinquième mandat de Boutelfikha.

 

Une très jolie peinture d'une résistance salvatrice et inattendue !!

Les petits de Décembre, Kaouther Adimi (Seuil – 256 pages – 18 €)  

 challenge rentrée littéraire 2019