Vendredi dernier, notre long échange avec Rodrigo Sogorayen publié la semaine passée,  nous a permis d'aborder en fin d'interview la difficile condition du cinéma espagnol et le peu de succès que le cinéma ibérique rencontre actuellement .

Et pourtant le cinéma espagnol continue de nous donner de ses nouvelles, avec plus ou moins de réussite comme le montre ces deux longs métrages à voir en VOD ou au cinéma pour cette fin juillet/ début août.

 1/Eva en août ; Jonás Trueba , au cinéma le 5/08/2020

 EVA EN AOÛT - Affiche

Eva, 33 ans, décide de rester à Madrid pour le mois d’août, tandis que ses amis sont partis en vacances et ont fui la ville. 
Les jours s’écoulent dans une torpeur madrilène festive et joyeuse et sont autant d’opportunités de rencontres pour la jeune femme.

Largement improvisé le scénario du film a été alimenté par les fêtes organisées dans la capitale espagnole, en grande partie désertée par ses habitants.


Eva va alors faire des rencontres qui la questionnent  et vont la faire évoluer en tant qu'être humain. 

Superbement campée par la comédienne fétiche du réalisateur  Itsaso Arana, Eva  est un personnage  complexe  un peu a côté mais solaire  en même temps.

La-virgen-de-agosto__©losilusosfilms_prensa_01-2000x1077

Portrait d'une ville Madrid en plein mois août,  délaissé de ses habitants avec un temps qui s'écoule plus lentement qu à l'accoutume , Eva en août se pose quelque part  entre le cinéma d'un Hong Sang Soo et surtout d'un Éric Rohmer,  notamment le rayon vert , conte de1986 , avec lequel le film dialogue librement et y apporte une vraie sensibilité et sensualité .La-virgen-de-agosto__©losilusosfilms_prensa_04-2000x1077

Le film est en apparence assez frivole pourtant il s'en dégage un charme indéniable tant Jonas Trueba, fils du  grand réalisateur Fernando Trueba, avec sa réalisation en apparence modeste, filme l’été comme le lieu  de tous les possibles! 

 

THE GOYA MURDERS /Gerardo Herrero  en VOD le 30 juillet 

GOYA MURDERS (THE)-Affiche Fr

Madrid, 2019. Les inspecteurs Carmen Cobos (Maribel Verdú) et Eva Gonzalez (Aura Garrido) sont confrontées à une série de crimes intervenant dans un quartier chic de la ville.

Leur investigation va les entraîner sur la piste d’un meurtrier énigmatique et méticuleux, dont les scènes de crimes représentent, quasiment à l’identique, les célèbres scènes des Caprices de Goya.

TheGoyaMurders-photo 02

Thriller très sombre de Gerardo Herrero,ce GOYA MURDERS aimerait s’inscrit dans la lignée des grands films policiers espagnols du début des années 2010 (La Isla Mínima, Que Dios Nos Perdone) , malheureusement à part le fait que le film soit espagnol et a quelques acteurs en commun on en est loin.

TheGoyaMurders-photo 11

Malgré un  scénario éculé, l’enquête elle-même, qui explore un peu superficiellement le milieu de l’art et nous propulse dans une traque mystérieuse faisant évoluer en parallèle la grandeur de l’art et la cruauté du crime, pourrait donner lieu à une intrigue assez prenante et bien menée.

Mais ce scénario est assez  prévisible et bancal :  pas mal de pistes sont explorées sans être vraiment exploitées et la dimension psychologique des deux héroines est pas très bien fouillée non plus.. 

TheGoyaMurders-photo 09
Ce film, qui donne parfois l’impression d’être devant un épisode des Experts, mais dans une version "peintres romantiques espagnols", aurait sans doute mieux convenu au petit écran.
 The Goya Murders vaut  en fait surtout  l’interprétation de Maribel Verdú (Le Labyrinthe de Pan ou Y Tu Mamá También ), dans le rôle de Carmen,  imitant Dirty Harry, en version féminine, qui prouve que  l’actrice espagnole sait tout jouer... 

 En VOD & achat digital le 30 Juillet