Lundi soir était présenté au Festival Lumière et en AVANT-PREMIÈRE MONDIALE; le mythique "In the mood for love"  en présence de Manuel Chiche, directeur de  La Rabbia, le studio qui a oeuvré à la restauration  dans une une copie restaurée 4K réalisée à l'occasion des 20 ans du film .

Il était le prix Lumière de  la neuvième édition d'un Festival Lumière  2017 : Wong Kar Wai- alias WKW- avait notamment à cette occasion épaté les festivaliers par son élégance naturelle et avoué qu'il  était " impressionné par la clameur d'un public lyonnais qui l'aura rendu très ému ". 

Il était donc logique que trois ans plus tard, on assiste au même festival à la projection  en avant-première mondiale  de la copie restaurée- une restauration scrupuleusement supervisée par WKW  en personne et rendue possible grâce à Jet Tone films, the Criterion Collection et la Cinémathèque de Bologne  (2000), César 2001 du meilleur film étranger et primé au festival de Cannes, notamment pour son acteur masculin.

120X160_ITMFL_prev + afcae + adrc

Sa projection sur le grand écran de  la salle 1 de l'UGC Astoria  aura permis de vérifier dix sept ans après avoir vu le film à  sa sortie salles son  raffinement esthétique hors pair, et la virtuosité d'un cinéaste qui réussit à nous montrer  une succession de tableaux et de couleurs somptueux. magnifiée par le mythique et sublime thème de Shigeru Umebayashi.

 "In the Mood for love" aura plongé l'ensemble du public présent lundi soir dans une mélancolie poétique stylisée à l’extrême, dans laquelle aucun détail n’est laissé au hasard de la caméra du virtuose WKW.

 Le formidable jeu de chat et souris entre les sublimes Maggie Cheung et de Tony Leung Chiu Wai, nous rend béat d'admiration et nous séduit, à défaut de totalement nous bouleverser, la faute sans doute à une retenue émotionnelle, inhérente à ces non dits et ces silences qui peuplent le cinéma de Wong Kar Wai.

ITMFL 5

 Wong Kar-wai signe des plans inoubliables : des silhouettes dans les embrasures de portes, des travellings latéraux entre deux appartements, des visages saisis de mélancolie, une ville vide, des escaliers, des personnages photographiés au ralenti, comme pour arrêter le temps qui mène vers une issue forcément malheureuse. 

Et il reste cet entêtant thème musical, signé Shigeru Umebayashi,qui rend le film à jamais inoubliable .  En 2017, L’Immagine Ritrovata a débuté la restauration en 4K du film à partir du négatif original, à Bologne et à Hong Kong, en colla-boration, avec Criterion, sous la supervision de Wong Kar Wai.

Cette restauration  ne s’est achevée qu' en 2020. 

ITMFL 1

"Ce tournage a été l’une des expériences les plus éprouvantes de ma carrière. Nous l’avons commencé en 1998, en pleine crise économique asiatique. Cela nous a conduit à des expériences inédites qui nous ont fait affronter la censure, voir le départ d’une partie de mon équipe, et faire face à la difficulté de raconter une histoire basée sur seulement deux personnages.
Ce tournage nous a épuisé, physiquement et financiè-rement. J’ai été très heureux de retrouver Maggie Cheung et Tony Leung pour In the mood for love.
ITMFL WKW 2
Ce film était censé être un adieu au Hong Kong du XXesiècle, avant que ce chapitre de l’histoire de la ville ne soit refermé.
De plus, il me semblait plus intéressant de voir ce récit à travers le prisme d’une époque passée, et le rapport des personnages à leur histoire au fil des années. Ils gardent ce secret, et ce secret me semble le thème le plus intéressant du film."
WONG KAR WAI

ITMFL 2In the Mood for Love au Festival Lumière 

 me 14 20h - Saint-Genis-Laval

 ve 16 11h15 - Pathé Bellecour
En présence de Karine Silla
 di 18 19h30 - Institut Lumière
ET LE 2 DÉCEMBRE AU CINÉMA