collage francais

Edouard Louis, MarieNDiaye, Aurélien Béllanger.

Ou trois écrivains bien installés dans le paysage littéraire français depuis une bonne dizaine d'années  et appréciés par le public et la critique, qui n'ont pas grand chose en commun à part le fait de poursuivre la construction d’une œuvre intime, profonde et cohérente, comme leurs derniers romans parus ces derniers jours ou dernières semaines nous le montrent bien :

1/ Édouard Louis; Combats et métamorphoses d'une femme; Édouard Louis (Seuil) 

131254_couverture_Hres_0

"Parce que je le sais maintenant, ils ont construit ce qu' ils appellent littérature contre les vies et les corps comme le sien. Parce que je sais désormais qu' écrire sur elle, et écrire sur sa vie, c' est écrire contre la littérature."
Style précis, chirurgical et contre-romanesque, c'est le parti pris d'Édouard Louis. Littérature combat, littérature politique, littérature témoignage mais aussi littérature soin. Édouard Louis s'est donné une mission, écrire pour les invisibles, les sans-grade, les damnés de la Terre brisés par une vie subie.
"Notre rapprochement n'a pas seulement changé son avenir, il a aussi transformé notre passé."
Portrait d'une mère aimée et parfois haïe, portrait d'une femme souvent ignorée. 
Radical, "Combats et métamorphoses d' une femme" est le récit d'un pardon à demander et à donner. Un poignant récit de retrouvailles.
"Je venais de le comprendre, un fils face a sa mère, même s'il est un fils, reste un homme face à une femme." Édouard Louis est un bon fils.
2.Aurélien Bellanger; Téléréalité (Gallimard ) 

G04527

"Il est monté dans l’ascenseur de TF1, avec l’audimat désastreux de la veille affiché à côté des boutons, comme on monte à l’échafaud. »

 Sébastien Bitereau ou l l'histoire d'un  fils de plombier drômois, que ses talents de comptable et sa fascination pour la télé va le mener un peu par hasard dans la production de contenu télévisuel.  

Fort de son ambition, et en phase avec son temps, le petit provincia a priori sans envergure va devenir un puissant et incontournable producteur qui fera les grandes heures de la télévision française, inventant "les enfants de la TV" et important le concept de "Loft Story" en France .

Aurélien Béranger, fidèle à ce qu'il avait  déjà réalisé dans la Théorie de linformation sur Xavier Niel ou l'aménagement du territoire  sur la SNCF, poursuit sa volonté de raconter des destinées incroyables d'un passé pas si lointain sous la forme d'un « roman balzacien », où l'on suit un personnage principal,  à la Rastignac, de ses tous débuts très modestes à sa gloire dans un monde dont il va vite apprendre les codes.

Ici,  Sébastien Bitereau, entrepreneur primordial dans l’histoire récente de la télévision, fait évidemment grandement penser au parcours de Stephane Courbit, producteur des émissions d'Arthur et importateur en France de la télé-réalité à travers l’émission « Loft Story », en 2001, mais qui aura réussi à  rester dans l’ombre,

La destinée incroyable de ce petit comptable de province qui aura révolutionné la télé en réalisant un coup qui va transformer le paysage audiovisuel des années à venir  est l'occasion pour Bellanger de plonger son lecteur dans  la télévision des années 80 à celle de début 2000, entre « La Chance aux chansons » et "Loft Story."

Ardisson, Arthur Patrick Roy, Delarue, Sevran, Dechavanne, tous- certains gardent leur vrai noms, d'autres, ceux qui jouent un vrai rôle dans l'histoire, prennent un pseudo- vont croiser plus ou moins longuement la route de notre Rastignac des années 2000 qui connaitra la course aux audiences et touchera du doigt le pouvoir fou laissé  dans les mains de celui qui fabrique. les immages.

Aurélien Bellanger raconte ces 20 années de télévision résumées en 300 pages énormément de  brio et d'érudition, de Debord à Barthes. 

Ce décalage entre l'intelligence de la forme et la vacuité du monde du petit écran contribue au plaisir du lecteur, qui, s'il a biberonné à la TV de ces années là jubilera de cette petite piqure de nostalgie voire de mélancolie véhiculée par ce monde qui n'existe plus...

.3/ Marie N Diaye, La vengeance m'appartient, ( Gallimard)

G02863

 "Elle savait, sans que quiconque lui eût fait de réflexion à ce sujet, que l'irréparable absence de joliesse chez une petite fille chérie ne peut que désappointer cruellement ses parents. Elle savait aussi que ces derniers ont une propension paradoxale mais coutumière, fatale donc pardonnable, à tenir rigueur à la petite fille de n'être point jolie plutôt qu'à blâmer leurs propres défauts, qui nombreux, multipliés par l'acte de reproduction, se retrouvent flagrants et désolants sur le visage et dans la silhouette de l'enfant."

Me Susane, avocate au barreau de Bordeaux, est chargée par un certain M. Principaux de défendre son épouse meurtrière présumée dun triple infanticide

Mais Me Susane croit reconnaitre dans cet homme l’adolescent qui l’avait tant subjuguée alors qu’elle était toute jeune fille  et qui l'avait aidé à prendre confiance en elle.

Par ailleurs à cette histoire, l'avocate est chargée de trouver des papiers à Sharon, une femme de ménage mauricienne mystérieuse qui travaille comme femme de ménage pour Me Susane.

Il faut  certes un peu de temps pour entrer dans ce nouveau roman de Marie NDiaye où le croisement d' histoires parallèles  déconcerte souvent le lecteur qui se demande parfois où il va,.

Par ailleurs, le style,si singulier du Prix Goncourt 2009 , où les adjectifs sont les rois et les personnages ne sont cités que par leur nom propre,  peut laisser aussi sur le pas de la porte.

Toutefois, une fois les pièces du récit bien assemblées, le lecteur  qui  parvient à s’accorder au style de Marie NDiaye,passera un excellent moment devant cette histoire dérangeante   qui creuse de façon peu convenue des thématiques passionnantes comme les défaillances parentales  ou les conséquences de la double culture.