Rôle principal féminin dans la saison 8 de la série à succès Alex Hugo, aux côtés de Samuel Le Bihan et Lionnel Astier ( diffusée en alternance sur France 2 ou France 3), l'actrice et réalisatrice Marilyne Canto est aujourd'hui devenue un visage incontournable de la télévision française, après avoir été depuis près trente ans une actrice phare du grand écran.

 Dotée d'une impressionnante filmographie, la comédienne enchaîne les rôles ces derniers temps, aussi bien sur la petite lucarne, comme dans  «H24» et «L’Île aux 30 Cercueils», et sera très présente au cinéma en 2022.

On la retrouvera  dans le film de Bernard Campan et Alexandre Jollien, Presque, dès le 19 janvier 2022 ; ainsi que dans Enquête sur un scandale d’état de Thierry de Perreti dans les salles  le 9 février 2022.  

Elle fera aussi des apparitions dans Neneh Superstar de Ramzi Ben Sliman et dans Les Amandiers de Valeria Bruni Tedeschi.

Alors qu'elle est actuellement en plein tournage - lillois- de la série Les Petits Meurtres d'Agatha Christie pour France 2, elle a accepté de répondre avec énormément d’enthousiasme et d’intelligence, et sa gentillesse habituelle,  à nos questions . 

On vous livre un petit résumé de ce passionnant échange avec cette très brillante comédienne. 

modele interview (7)

Retrouver le plaisir de jouer un personnage récurrent dans une série…

 Je suis très heureuse de jouer dans Alex Hugo.  

Cela fait désormais quatre ans, que je joue le commissaire Dorval, cette femme qui dirige quatre hommes» au cours des enquêtes.

J’avais peu fait de personnages récurrents dans une série, en fait la dernière fois cela remonte, j'étais une toute jeune comédienne dans Joëlle Mazart, la saison 2 de Pause-Café avec Véronique Jannot en assistante sociale dans un lycée.

 J'incarnais alors une élève un peu provocatrice (rires) .. 

C’est vrai que depuis, j’avais un peu refusé les propositions de ce genre de personnage récurent pour plusieurs raisons,  mais là, j’aimais beaucoup la série et le personnage et je me suis dit que c'était une expérience très positive, et je ne le regrette absolument pas! 

 Dorval, un personnage sensible et complexe

Dorval est une policière déterminée, exigeante, honnête, mais c’est  aussi quelqu'un très sensible.

La sensibilité du personnage , c’est une caractéristique que j’ai voulu creuser avec les créateurs de la série au fur et à mesure des épisodes.

C’est vraiment  cela que j’avais envie de faire  avec elle un vrai personnage de chair et de sang,  et non pas un simple archétype comme on peut en voir dans d'autres séries TV.

Un être complexe, contradictoire, et je trouvais intéressant d’insister sur sa sensibilité alors même que c’est une femme d’autorité  qui doit donner des ordres à tous ces mecs…. (Rires) 

Bientôt, sera diffusé sur France TV un nouveau épisode, Seuls au monde qu'on a tourné il ya plusieurs mois déja. C'est un épisode que j’apprécie particulièrement.

.La partie tournée à Marseille y est importante et je trouve que  les relations que mon personnage entretient avec Alex, joué par Samuel le Bihan, sont vraiment intéressantes dans cet épisode.

J’ai hâte que les spectateurs  puissent le découvrir. 

3534421

 Une nouvelle notoriété acquise grâce à cette série ?

Oui c’est vrai qu'avec Alex Hugo, j’ai pu mesurer un peu la visibilité qu’offre une série télé  ( rires)...

Depuis que je joue dans cette série, on me reconnait fatalement un peu plus dans la rue.

Il m'arrive d'être  quelquefois interpellée par des gens, c'est toujours très sympathique et bienveillant.

Je le suis notamment par des policiers qui viennent souvent me féliciter et d’autre fois me rappeler que tel ou tel élément de la série n’est pas totalement raccord avec la procédure officielle (sourire)...

Sa participation dans H 24, une série militante!

Je suis en effet très fière  joué dans  H24, une série de courts-métrages écrits, réalisés et joués par des femmes sur les violences qui leur sont faites (NLDR :  à voir sur Arte.fr )

Je joue dans le court métrage« Avis d'expulsion »,  réalisée par les créatrices de la série,  Nathalie Masduraud et Valérie Urrea, sur un  très beau texte de Lydie Salvayre.

On a  beaucoup travaillé avec les réalisatrices  sur l’idée de la métaphore avec cette femme battue qui répare de la porcelaine, tout en racontant l’avis d’expulsion qu’elle reçoit suite aux plaintes de ses voisins se plaignant de ses cris lorsque son mari la bat.

Il y a encore beaucoup à faire, malgré la prise de conscience et la libération de paroles des femmes.

Ce genre d'histoires nous ramène de façon assez terrible à l'impuissance globale que peuvent ressentir les femmes dans ces circonstances.

La série a très bien marché, notamment en ligne. Les réalisatrices sont  très sollicitées pour des projections débats, elles sont venues présenter le film devant des élus, c'est plutôt porteur d'espoir,  je trouve...

image (1)

Policière, juge… Maryline Canto, abonnée aux personnages institutionnels et représentant l’autorité ?

Il est vrai qu’en plus du commissaire Dorval, j’ai joué récemment un juge pour une petite  participation, dans le film Albatros de Xavier Beauvois, qui est un ami .

Je serais encore une juge aux côtés de Roschdy Zem pour le long-métrage de Thierry de Peretti,  Enquête sur un scandale d’État.

J’ai l’impression que c’est mon rôle de juge dans dans  l’Ivresse du pouvoir de Claude Chabrol qui a déclenché quelque chose dans l’esprit des réalisateurs..

À cette occasion là,   on a pu voir que malgré, mon mètre soixante, j’étais capable de faire preuve d’autorité tout en veillant à rester humaine malgré tout.

Pour le film de Thierry de Peretti,  on a tourné la scène du procès en intégralité, elle dure 1h30.

Je n’a pas vu la version définitive donc je ne sais pas du tout ce qu’il va garder de cette séquence,  mais en terme de jeu c’était très enrichissant surtout que Thierry me laissait faire quelques apartés et improvisations en tant que juge des débats qui n'étaient  pas forcément prévus dans le scénario....

Quid de vos projets de metteuse en scène depuis le sens de l’humour ?

J’ai adoré mettre en scène  le sens de l'humour, voila désormais  sept ans. J'ai pu voir à cette occasion  que réaliser un film était un travail extrêmement engageant sur tous les plans…

 J'ai découvert  à cette occasion quelle obstination, quelle endurance il fallait pour le mener à bien jusque dans les moindres détails et pour que ce qui était un rêve pour moi prenne vie et devienne réalité.

 Depuis, je n'ai pas eu l'opportunité de réaliser un autre long métrage de fiction, mais cependant j'ai pu tourner un documentaire Faire la paix, une commande d’ARTE qui se déroulait en Palestine

C'est un documentaire que j'ai pu réaliser  avec  Ofer Bronstein, le président du Forum international pour la paix au Proche-Orient et cette expérience m'a tout autant passionné que le tournage du "sens de l'humour"...

Un nouveau long métrage en 2022?

Oui,  si tout va bien  : un second long métrage de fiction devrait voir le jour…

 J'ai prévu dans mon emploi du temps une bonne partie de  mon début d'année 2022 à finaliser l’écriture et toutes les étapes pour que le projet puisse se concrétiser.

J’ai  déjà la  thématique en tête , j’ai pris pas mal de notes dessus;  maintenant le plus gros travail il faut faire le tri et de construire le scénario (rires).

marilyne-canto

 L’envie de transmettre et de se faire plaisir 

J’ai la chance dans le cadre de mon métier d’intervenir régulièrement à la FEMIS, à la Ciné Fabrique de Lyon et au Conservatoire de Paris dans le cadre d’ateliers sur la direction d’acteur.

Ce métier a quelque chose de joyeux,  de très enrichissant et je me dis que le plus naturel  et le plus logique à mes yeux est de transmettre cela à des jeunes comédiens  mais sans jamais jouer les donneuses de leçons ni se prendre trop au sérieux.. 

Alex Hugo..et quoi d'autre à venir sur le petit écran?

J’ai tourné cet été en Bretagne la série " L’Île aux 30 Cercueils" qui va passer prochainement sur  France 2.

C’est un thriller adapté de l’œuvre de Maurice Leblanc, une intrigue pleine de rebondissements et de mystères.

Le casting est formidable : Virginie Ledoyen, Charles Berling, Dominique Pinon, et même Jean François Stevenin dans son tout dernier rôle et là je ne joue pas un flic mais une juge mais une suspecte, pas forcément quelqu'un au-dessus de tout soupçon dirons nous sans trop spoiler l'intrigue (rires).

Comme quoi je ne joue pas que des représentantes de l’autorité.

Plus généralement, je dirais que c’est vraiment cela qui me plait dans ce travail :  pouvoir incarner différentes facettes à travers des personnages totalement opposés l’un aux autres…