" L'anxiété est une lucidité. En réalité, ce sont eux qui sont malades d'accepter de vivre. La vraie question dans ce monde n'est pas de savoir pourquoi je veux mourir. Mais pourquoi tout le monde veut vivre. "

unnamed (84)

Après 10 ans de couple, Jérôme, 35 ans, se voit contraint de faire une pause dans sa relation. Sa compagne aimerait avancer et avoir un enfant. Jérôme a peur de devenir papa, de fonder une famille et de rentrer dans la norme. Il profite de cette pause pour coucher sur le papier une histoire vécue 20 ans plus tôt. L'occasion idéale en effet pour Jérôme  se rappeler de ses 15 ans, quand il tentait de tromper les monstres qui viennent le hanter au crépuscule en fumant du shit. À l'école, Jérôme n'est pas vraiment là, à la maison, c'est encore pire..

Sur décision de la justice, et avec l'aval de ses parents, il est placé dans un centre de soins pour adolescents. C'est dans ce centre que le narrateur rencontre les dragons, ces enfants en souffrance.  

Jérôme Colin, journaliste belge, parle ici d’un sujet difficile et peu abordé, le mal-être des adolescents. 

 Jérome Colin  écrit avec sincérité, sensibilité, authenticité, émotion et son récit est universel tant il peut résonner en chacun de nous. Qui ne s'est pas senti un peu, beaucoup dragon à l'adolescence, ployant sous le poids du mal-être? 

Il rappelle également la responsabilité des parents derrière chaque enfant. C’est bouleversant, plus que bouleversant même, car son texte fort puissant, émouvant, retourne vraiment le coeur. 

Dire les maux de nos jeunes est salutaire. Reconnaître que nous sommes une partie du problème est déjà une partie de la solution.

Lisez les dragons, car ce roman nous aide a comprendre nos mécanismes, de protection ou de projection, parce qu’il est capable de d’exprimer nos violences refoulées aussi.

 « L’écriture, ce n’est pas un concours de beauté. C’est avant tout un moyen de s’examiner et de dire aux autres : voyez ce qui m’émeut et me bouleverse. C’est rencontrer l’autre et lui dire : tu n’es pas seul. Nous sommes légion." 

“C'est vertigineux d'y repenser. De se remémorer le monde avant l'apparition de ceux qui le bouleversent. Le monde quand il était encore vide. Préalable au surgissement de ceux qui vont compter pour toujours et dont on se demande comment on a fait pour survivre sans eux. Sans leur voix. Sans leur tendresse. Sans leurs mains. La vie avant eux. Avant elle. Avant son apparition. Avant sa présence. Avant son absence. Avant tout. C'est étourdissant de se rappeler le monde avant même son avènement.”

Un des livres à ne pas rater à la rentrée. 

Les dragons” ; Jérome Colin

Allary éditions

 En librairie le 24 août.