image001 (1)

 . "Et tous ces vilains petits boutons qui s'éparpillent un peu partout, surtout sur le visage, qui nous font presque regretter toutes les sucreries dont on est maboul. Les percer revient au pire, ils grossissent, tournent au violet et se voient encore plus. Et cet air dégingandé, qui se veut super cool, alors qu'on ne sait pas où poser nos pieds et encore moins se tenir debout, ne sachant pas quoi faire de nos bras qui se balancent, un peu comme ceux d'un singe."

On avait laissé le romancier Gilles Paris avec son témoignage émouvant et sincère sur la maladie qu'il a connu, on le retrouve en cette rentrée avec un roman  jeunesse  qui s’adresse également aux adultes, Un baiser qui palpite là, comme une petite bête, paru chez Gallimard depuis le 09 septembre dernier .

Le nouveau roman de Gilles Paris commence par une séquence très éprouvante : la jeune Iris est retrouvée pendue parce que ses camarades de classe la harcelaient…

Tom, Emma, Sarah, Timothée, Solal, Aaron et les autres ont désormais en eux  le poids de la culpabilité de leurs actes, de leur de leur inaction, de leurs silences respectifs.

Car tous les personnages ont une part de responsabilité dans ce drame terrible ; conséquence directe du harcèlement.

Gilles PARIS décrit ainsi une  histoire forte et sans fioriture d’adolescents confrontés au harcèlement, à la violence, à l’abus des réseaux sociaux et à leur sexualité naissante. 

Ces  jeunes de 15 ans  multiplient les partenaires et les expériences sexuelles et l'auteur décrit cette valse des sentiments dans un rythme enlevé , une langue très contemporaine et quelques  touches d’amour et d’amitié.

 De ce portrait choral d'adolescents en perdition, on ressent beaucoup de vrai et une belle finesse dans l’analyse des sentiments sur les tourments et les bouleversements de l’adolescence!